mis à jour le

Population multiculturelle à Pretoria, Afrique du Sud / Flickr CC
Population multiculturelle à Pretoria, Afrique du Sud / Flickr CC

Les immigrés d'Afrique du Sud redoutent l'après-Mandela

Souvent victimes d'agressions, les étrangers craignent un regain de violence à leur encontre une fois Madiba parti.

Régulièrement accusés d’être responsables des malaises sociaux et de la criminalité, les étrangers vivant en Afrique du Sud craignent un redoublement des agressions xénophobes à leur encontre, après la mort de Nelson Mandela.

Une enquête menée par la chaîne France 24 à Sunnyside, un quartier populaire de Pretoria qui ne compte de 30% d’habitants sud-africains, révèle que les immigrés pakistanais, camerounais ou nigérians se sentent ignorés voire méprisés par les sud-africains.

Beaucoup redoutent une nouvelle poussée de violence xénophobe, comme la vague de meurtres sauvages de travailleurs immigrés en 2008 à Johannesburg ou les agressions plus récentes dans les bidonvilles de Diepsloot, près de Johannesburg, en mai 2013.

Des événements qui font tâche sur le drapeau de la nation Arc-en-ciel. Or, selon France 24, jusqu’à présent, «l'ancien président sud-africain avait toujours représenté une sorte de garde-fou, une sécurité morale qui empêchait le pays de basculer dans la violence». Une fois ce garde-fou disparu, le pays pourrait-il ouvrir ses portes à une nouvelle chasse aux immigrés?

La réponse est non, du moins à Pretoria, d’après certains immigrés, qui veulent rester confiants. L’un d’entre eux rappelle que la majorité des commerces de Sunnyside appartient à des travailleurs étrangers et que ce sont eux qui font «tourner l’économie» de ce quartier.

Le contexte social de Pretoria et Sunnyside diffère de celui des bidonvilles qui ont vu l’explosion des violences raciales. Les agressions ont visé principalement des zones reculées où les étrangers sont en minorité, ce qui n’est pas le cas à Sunnyside. Les étrangers interrogés affirment par ailleurs qu’ils sauront se défendre face aux attaques.

Sans craindre donc une véritable chasse à l’homme, les témoins pensent cependant que leur situation empirera après la mort de Mandela. Mais, si certains songent à regagner leur pays d’origine, d’autres n’imaginent pas pour autant quitter le pays:

«Je ne partirai jamais d'ici. Même si on essaie de me déloger. (…) Je suis Sud-Africain. Moi aussi, j'aime Mandela et je suis ici chez moi.»

Lu sur France 24

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: L'Algérie, premier importateur d'armes sur le continent africain  Le nouveau développeur star de Google est un Camerounais de 17 ans  Les fumeurs algériens se lamentent de la pénurie de cannabis 

immigration

Etats-Unis

Le décret de Trump pourrait empêcher le champion olympique Mo Farah de rentrer aux USA

Le décret de Trump pourrait empêcher le champion olympique Mo Farah de rentrer aux USA

Mondialisation

Quels sont les pays d'Afrique où il fait bon vivre pour les expatriés?

Quels sont les pays d'Afrique où il fait bon vivre pour les expatriés?

Immigration

Le Forum mondial sur la migration, une réunion de cyniques?

Le Forum mondial sur la migration, une réunion de cyniques?

xénophobie

AFP

A Johannesburg, une école pour enfants réfugiés victimes de xénophobie

A Johannesburg, une école pour enfants réfugiés victimes de xénophobie

AFP

Afrique du Sud: la veuve de Mandela, Graça Machel, appelle au réveil face

Afrique du Sud: la veuve de Mandela, Graça Machel, appelle au réveil face

AFP

Afrique du Sud: Mugabe ouvre un sommet régional sans évoquer la xénophobie

Afrique du Sud: Mugabe ouvre un sommet régional sans évoquer la xénophobie

Nelson Mandela

Politique

L'ANC a déjà perdu la bataille politique en Afrique du Sud

L'ANC a déjà perdu la bataille politique en Afrique du Sud

Street View

Visitez Robben Island, l'ex-prison de Nelson Mandela, sur Google

Visitez Robben Island, l'ex-prison de Nelson Mandela, sur Google

guéguerre

Quand Samuel Eto'o se compare à... Mandela

Quand Samuel Eto'o se compare à... Mandela