mis à jour le

Elections sénatoriales : L'organisation pratique au centre d'une réunion de travail

A l'appel du ministère de l'Administration territoriale et de celui en charge des réformes politiques, les responsables des partis politiques en lice pour l'élection des membres du Sénat représentant les collectivités territoriales se sont trouvés en séance de travail à Ouagadougou le 1er juillet 2013. Objectif de cette séance de travail qui aura duré moins de 40 mn, décliner l'organisation pratique du scrutin prévu pour se tenir le 28 juillet prochain.

La salle de conférence du CENASA a servi de cadre à cette réunion de travail. Prévue pour démarrer à 16, c'est bien longtemps avant, que des cargos de CRS ont pris d'assaut les environs de ce cadre, sans doute pour permettre aux participants de travailler en toute sérénité.

Ils sont neuf, les partis et formations politiques dont les responsables ont répondu présents. Etaient également de la partie, tous les 13 gouverneurs de régions sur qui reposera l'essentiel des opérations entrant dans le cadre de cette élection sénatoriale du 28 juillet. Et les travaux se sont déroulés hors la présence de la presse qui a été invitée à se retirer après quelques mots introductifs de la séance.

A l'issue des travaux, le Secrétaire général du ministère de l'administration territoriale et de la sécurité, Sadou Sidibé, par ailleurs président du Comité d'organisation des élections en perspective, confie qu'il « était question d'expliquer les procédures d'élection des 39 sénateurs représentant les Collectivités territoriales ».

De l'organisation pratique des élections sénatoriales

Du 1er au 8 juillet 2013, les gouvernorats reçoivent les dossiers de candidature contre récépissé. A cette même échéance, les partis ou formations politiques en lice doivent communiquer au ministère en charge de l'administration du territoire, les couleurs, symboles, logos, emblèmes et titres qu'ils souhaitent faire apparaître sur le bulletin unique.

La validation des candidatures interviendra le 9 juillet 2013, avec les commissions qui auront été mises en place à cet effet par les gouverneurs. Le 10 juillet, les gouverneurs procéderont à la publication par affichage, des candidatures validées. A la même date, ils effectueront les tirages au sort en présence des responsables des partis en compétition dans leur région, à l'effet d'établir le positionnement desdits partis sur le bulletin de vote.

C'est à l'issue de ces opérations que le vote interviendra le 28 juillet 2013 de 6hà 14h au siège de chaque conseil municipal qui aura accueilli au préalable, un bureau de vote.

Signalons que les conseillers municipaux élus députés sont aussi électeurs. Toutefois, le mandat de sénateur est incompatible avec celui de député. Il l'est également avec plus de deux mandats électifs à caractère local.

Fulbert Paré

Lefaso.net

Les responsables de quelques partis s'expriment à la fin de la séance de travail

Blaise Sawadogo, secrétaire administratif du CDP : Pour nous, cette rencontre est fort intéressante, parce qu'elle s'inscrit dans la dynamique du processus de renforcement et de consolidation de la démocratie dans notre pays. Après les élections couplées législatives et municipales, nous progressons sur la base de la Constitution révisée.

C'est une dynamique qui se poursuit avec ceux-là qui veulent vraiment faire de ce pays, un pays démocratique, un pays d'Etat de droit exemplaire qui crée les conditions pour le développement prenant véritablement en compte les intérêts de nos populations. Pour nous, cela est très important. On est partant comme au début, et on ira jusqu'à la fin par la grâce de Dieu.

Traoré Amadou, chargé d'administration et de communication de l'Union pour la République (UPR) : L'UPR a participé aux élections couplées du 2 décembre. Et nous avons obtenu des élus locaux. Il était tout à fait évident que nous soyons présents cet après-midi pour prendre des informations relativement à la mise en place du sénat et nous préparer conséquemment à faire participer nos élus locaux à la mise en place de cette institution capitale dans l'espoir que nous aurons des sénateurs qui iront défendre les idéaux de notre parti au sein de cette institution.

Disons en passant que les députés de l'UPR ont tout à fait voté la loi relative à la mise en place du sénat.

Ce n'est pas évident que nous ayons un nombre important de sénateurs, mais nous avons bon espoir que allons glaner dans les différentes régions, un ou deux élus à l'occasion de cette élection.

Propos recueillis par Fulbert Paré

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

élections

AFP

Guinée: des dizaines de milliers de manifestants réclament des élections locales

Guinée: des dizaines de milliers de manifestants réclament des élections locales

AFP

Angola: l'Unita siègera au Parlement même si elle conteste les élections

Angola: l'Unita siègera au Parlement même si elle conteste les élections

AFP

Élections au Kenya: la transparence, dommage collatéral de l'électronique?

Élections au Kenya: la transparence, dommage collatéral de l'électronique?

Réunion

AFP

Invasion de chenilles en Afrique: réunion d'urgence

Invasion de chenilles en Afrique: réunion d'urgence

AFP

Retour de jihadistes en Tunisie: réunion jeudi pour un plan d'action

Retour de jihadistes en Tunisie: réunion jeudi pour un plan d'action

AFP

Climat: l'élimination progressive des gaz HFC au menu d'une réunion

Climat: l'élimination progressive des gaz HFC au menu d'une réunion

travail

AFP

Indonésie: Essien sans permis de travail

Indonésie: Essien sans permis de travail

AFP

La Tunisie veut lutter contre le travail des enfants

La Tunisie veut lutter contre le travail des enfants

AFP

Gabon: les salariés de Shell-Gabon reprennent le travail

Gabon: les salariés de Shell-Gabon reprennent le travail