mis à jour le

Égypte : l'armée lance un ultimatum de 48 heures pour la résolution de la crise politique

Des milliers d'Égyptiens continuent de manifester contre le gouvernement islamiste du président Morsi, juste un an après l'élection de ce dernier. Les manifestants lui ont donné 24 heures pour démissionner tandis que l'armée a lancé, lundi 1 er juillet, un ultimatum de 48 heures aux forces politiques pour qu'elles trouvent un accord. Quatre ministres ont par ailleurs déjà présenté leur démission.

Jeune Afrique

Ses derniers articles: Égypte : une bombe désamorcée sur une voie ferrée  Somalie : deux attentats meurtriers frappent Mogadiscio  Nigeria : l'armée annonce avoir tué une cinquantaine de membres de Boko Haram 

Egypte

AFP

Une collision ferroviaire tue 32 personnes en Egypte

Une collision ferroviaire tue 32 personnes en Egypte

AFP

Au moins neuf morts dans un naufrage sur un lac en Egypte

Au moins neuf morts dans un naufrage sur un lac en Egypte

AFP

Découverte en Egypte de ce qui serait "la plus vieille" brasserie au monde

Découverte en Egypte de ce qui serait "la plus vieille" brasserie au monde

ultimatum

AFP

Mali: ultimatum d'une coalition hétéroclite au président Keita pour qu'il démissionne

Mali: ultimatum d'une coalition hétéroclite au président Keita pour qu'il démissionne

AFP

Liberia: ultimatum des organisateurs de la manifestation anti-Weah

Liberia: ultimatum des organisateurs de la manifestation anti-Weah

AFP

Centrafrique: l'accord de paix entaché par un massacre, ultimatum de l'ONU

Centrafrique: l'accord de paix entaché par un massacre, ultimatum de l'ONU

résolution

AFP

Sahara: le Maroc se félicite de la résolution de l'ONU

Sahara: le Maroc se félicite de la résolution de l'ONU

AFP

Le Gabon dénonce un "acharnement" après la résolution du Parlement européen

Le Gabon dénonce un "acharnement" après la résolution du Parlement européen

AFP

Soudan du Sud: l'ONU révise son projet de résolution après le rejet de Juba

Soudan du Sud: l'ONU révise son projet de résolution après le rejet de Juba