mis à jour le

L’armée égyptienne lance un ultimatum de 48h pour satisfaire les revendications du peuple

Une déclaration officielle des représentants de l’armée égyptienne est arrivée depuis quelques minutes . Le chef d’Etat-major de l’armée égyptienne a accordé 48 heures aux responsables politiques pour « satisfaire les demandes du peuple », expliquant que celles-ci ont été exprimées d’une maniére « sans précédent » et que le pays ne peut plus se permettre de perdre du temps.

Dans une déclaration lue à la télévision, le général Abdel Fatah al Sissi n’a pas demandé explicitement la d?mission du président Mohamed Morsi, principale revendication des opposants qui ont manifesté par millions dimanche.
Il a en revanche déclaré que l’armée présenterait sa propre « feuille de route » pour sortir de la crise si les politiques n’arrivent pas à s’entendre.
Il a ajouté que l’armée, qui a géré la transition entre la chute d’Hosni Moubarak en février 2011 et l’élection de Mohamed Morsi l’été dernier, ne souhaitait plus s’impliquer en politique ou au gouvernerment.

Il a ajouté que  l’armée proposerait sa propre « feuille de route » si les forces politiques ne se mettent pas d’accord.

Ecoutez le communiqué

Cette déclaration des militaires a fait suite à l’ultimatum lancé par l’opposition au président égyptien, qu’elle accuse de dérive autoritaire et d’avoir trahi les idéaux de la « révolution du Nil ». Elle a été saluée par des acclamations de la part des manifestants anti-Morsi rassemblés devant le palais présidentiel et louée par le Front de salut national (FSN), principale coalition d’opposants, qui réclame depuis des mois la formation d’un gouvernement d’union nationale.

Quatre ministres, dont celui du Tourisme, ont présenté leur démission, dit-on de source gouvernementale. Selon l’agence de presse officielle Mena, ils ont pris cette décision par solidarité avec les manifestants.

Les opposants ont donné à Mohamed Morsi jusqu’à mardi 17 heures pour annoncer sa démission, sous peine d’organiser dans la soirée de mardi une marche géante en direction du palais présidentiel. Une telle initiative risquerait de dégénérer en violences de grande ampleur avec les partisans islamistes du chef de l’État, qui se sont rassemblés dimanche devant une mosquée du quartier voisin de Nasr City. Bien qu’elles se soient déroulées globalement dans le calme, les manifestations de dimanche ont donné lieu à des débordements qui ont fait au moins 16 morts dans le pays et près de 800 blessés.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

ultimatum

AFP

Liberia: ultimatum des organisateurs de la manifestation anti-Weah

Liberia: ultimatum des organisateurs de la manifestation anti-Weah

AFP

Centrafrique: l'accord de paix entaché par un massacre, ultimatum de l'ONU

Centrafrique: l'accord de paix entaché par un massacre, ultimatum de l'ONU

AFP

Centrafrique: après la destitution du président de l'Assemblée, ultimatum de l'ex-Séléka

Centrafrique: après la destitution du président de l'Assemblée, ultimatum de l'ex-Séléka

revendications

AFP

Ethiopie: les Oromo célèbrent leur festival annuel sur fond de revendications

Ethiopie: les Oromo célèbrent leur festival annuel sur fond de revendications

AFP

Algérie: les revendications de la contestation satisfaites, juge l'armée

Algérie: les revendications de la contestation satisfaites, juge l'armée

AFP

Maroc: les autorités s'engagent

Maroc: les autorités s'engagent

peuple

AFP

Algérie: un universitaire Premier ministre pour tenter de regagner la "confiance" du peuple

Algérie: un universitaire Premier ministre pour tenter de regagner la "confiance" du peuple

AFP

RDC: "la souffrance du peuple continue" après l'alternance, dénonce le nouveau cardinal congolais

RDC: "la souffrance du peuple continue" après l'alternance, dénonce le nouveau cardinal congolais

AFP

RDC: "Les Nations unies n'abandonneront pas le peuple congolais" (Guterres)

RDC: "Les Nations unies n'abandonneront pas le peuple congolais" (Guterres)