mis à jour le

36 candidats à la présidentielle: le changement peut-il venir?

Ils sont pour le moment trente-six. trente-six candidats potentiels à l'élection présidentielle malienne, qui se déroulera le 28 juillet. La Cour constitutionnelle doit vérifier et valider une à une toutes les candidatures, et donc en écarter certaines. N'en demeure pas moins que trente-six candidats à Koulouba, c’est un nombre considérable.  Et que côté nouvelles têtes, on aurait pu mieux faire !

Une campagne dominée par les mastodontes

Parmi ces trente-six prétendants se trouvent quelques figures politiques bien connues, comme celle de l'ancien premier ministre Cheick Modibo Diarra. On se souvient que ce dernier avait été remercié et  forcé de démissionner sous la pression de la junte militaire au mois de décembre 2012, en plein milieu de la crise malienne. L'homme, citoyen américain et président de Microsoft Afrique (s'il vous plaît), espère certainement redorer son image écornée à l'occasion de sa mauvaise gestion de la crise.

Dans le peloton de tête, on retrouve de la même manière plusieurs «gros» candidats, habitués de longue date à la vie politique malienne. De quoi laisser sceptiques les partisans d'un changement profond, qui auraient souhaité que la crise du nord permette au Mali de repartir d'un meilleur pied.

D'autres anciens ministres, comme Ibrahima Boubacar Keïta (surnommé IBK par les foules), Modibo Sidibé (premier ministre de 2007 à 2011, fidèle d'Amadou Toumani Touré), ou Tiébilé Dramé (ancien activiste étudiant, pionnier de la démocratie malienne) se présenteront ainsi vraisemblablement à la présidentielle.

Ajoutons à cela la candidature sulfureuse du docteur Oumar Mariko, qui fut lui aussi l'un des pionniers de la démocratie malienne dans les années 90, et qui sera une nouvelle fois le candidat de l'extrême gauche souverainiste malienne.

Des nouvelles têtes, s'il vous plaît !

Si ces têtes d'affiche cristallisent à elles seules bon nombre de débats, quelques nouvelles figures font leur apparition dans la course à la présidentielle. Même si elles ne semblent pas favorites, certaines semblent bien parties pour faire parler d'elles dans les années à venir.

C'est notamment le cas de Dramane Salif Dembélé, âgé de 46 ans. Investi par l'Adéma, la principale force politique au Mali, le candidat autoproclamé de la jeunesse pourrait bien revendiquer à court ou moyen terme la présidence du pays.

Notons aussi la présence de deux (et non pas une finalement, comme nous l'exposions précédemment) candidates féminines parmi les prétendants à Koulouba. Sidibé Aminata Diallo et Aïssata Cissé tenteront, elles-aussi, de faire valoir leurs positions au nom des femmes du Mali.

Trente-six candidats, c'est trop ?

La Cour constitutionnelle malienne doit décider, dans les prochains jours, quelles seront les candidatures validées pour le scrutin du 28 juillet. Pour être recevables, celles-ci doivent impérativement remplir plusieurs critères :

Chaque candidat doit pouvoir verser une caution de millions de Francs CFA ( environ 15 300 euros), et obtenir le parrainage de dix députés maliens ou 5 élus communaux. Sans cela, inutile d'espérer se présenter !

Si ces mesures devraient écarter de facto certaines candidatures, le nombre de prétendants reste aujourd'hui très élevé. Une conséquence, sans doute, de l'engouement suscité par la libération du nord, et le profond désir des Maliens de tourner la page de la gouvernance d'ATT. En 2007, seuls huit candidats avaient finalement pu rivaliser. Combien seront-ils cette année ?

Ambroise Védrines

 

Slate Afrique les blogs

Ses derniers articles: Tunisie : Le retour de la censure sur le Net?  Tunisie : Le retour de la censure sur le Net?  Egypte: hommage paradoxal aux manifestants anti-régime militaire 

Changement

AFP

Côte d'Ivoire: un nouveau gouvernement sans grand changement mais avec plus de femmes

Côte d'Ivoire: un nouveau gouvernement sans grand changement mais avec plus de femmes

AFP

Côte d'Ivoire: l'arrivée de Carrefour, un changement pour la distribution

Côte d'Ivoire: l'arrivée de Carrefour, un changement pour la distribution

AFP

Au Sénégal, des agriculteurs s'adaptent face au changement climatique

Au Sénégal, des agriculteurs s'adaptent face au changement climatique