mis à jour le

La France et certaines organisations des Nations unies contre le report de la présidentielle

-Maliweb.net – Malgré le constat patent de difficultés pratiques à tenir l'élection présidentielle  le 28 juillet prochain, partagé par le gouvernement malien et ses partenaires techniques et financiers, la France et certaines organisations des nations unies estiment que la meilleure solution de sortie de crise pour  le Mali est d'organiser la présidentielle à la date indiquée.
Ce qui veut dire en clair que la date du 28 juillet prochain demeure d'actualité et de rigueur pour la tenue du scrutin présidentiel aussi bien que l'ouverture officielle des campagnes pour les candidats  en course vers Koulouba sera effective le week-end prochain.
Face aux arguments pertinents et objectifs fournis par le gouvernement et même une bonne frange de la classe politique et la société civile maliennes que le Ravec nécessite beaucoup de corrections qui prendront assez de temps et que la situation à Kidal demeure toujours hypothétique malgré la signature de l'accord du 18 juin à Ouagadougou, il est donc impératif  de prolonger la date des élections.
La communauté internationale et surtout les partenaires techniques impliqués dans la gestion de la crise malienne estiment que la mise en place des organes démocratiques dans un bref délai favorisera un meilleur retour du « bateau Mali » sur des eaux beaucoup plus calmes.

 

« Des milliers de milliards  en termes de subventions, prêts et d'autres aides multiformes sont accordés au Mali. Nous pensons que seul un pouvoir démocratique serait le meilleur interlocuteur qui soit pour conduire en toute sérénité les destinées du renouveau malien », a confié un responsable d'une organisation des nations unies.

 
Concernant la situation de Kidal, le MNLA joue la montre dans l'application de l'accord de Ouagadougou

 

La commission mixte de sécurité éprouve d'énormes difficultés à faire accepter par  les bandits armés le désarmement contenu dans l'accord de Ouagadougou.

« Les groupes séparatistes  veulent jouer la montre afin d'enrôler  un maximum de jeunes touareg dés½uvrés de l'Algérie, la Libye, la Mauritanie et le Niger afin de les inscrire dans le programme de
réinsertion. Ils ne sont pas parvenus à donner le nombre de leurs combattants, à fortiori fournir une liste pour qu'on puisse entamer le processus de cantonnement et de désarmement. La commission mixte de sécurité fait face à une mauvaise foi totale des représentants du MNLA », a confié un membre de la commission mixte.

 
La compagnie béninoise  de 156 hommes déployée par la Misma a été empêchée par les combattants du MNLA d'occuper tous les 7 check-points de sécurité de Kidal. Le détachement béninois ne contrôle que trois postes et les quatre autres sont tenus par les séparatistes.
Ils refusent aussi d'abandonner les deux camps de l'armée malienne, bien que la commission ait proposé l'enceinte de la gendarmerie et l'enceinte de la direction régionale de la jeunesse. « C'est le statu quo pour l'instant, et la visite des responsables de la Minusma chez le patriarche Intallah, le vendredi 28 juin, visait à débloquer cette situation.
La Compagnie renforcée  de l'Armée malienne qui a quitté Gao vendredi vers 13 h00 GMT en destination de Kidal, a été bloquée par la force française à Anefis afin que les troupes maliennes démontent toutes les armes lourdes fixées sur leurs véhicules. Une situation que les militaires maliens ont considéré comme une grosse humiliation des alliés français. « C'est vraiment une insulte de la part des Français.
Qu'ils disent concrètement ce qu'ils attendent de Kidal. Ils veulent que nous entrons comme de simples passagers de camion transport, alors qu'ils laissent le MNLA et ses alliés se pavaner à leur barbe avec des armes. Il est temps que la France dévoile ses intentions à la face du
monde et qu'on apprécie », a déclaré un membre du détachement en partance pour Kidal.

 

Un véhicule de ce  convoi de l'armée malienne a fait un tonneau entre Gao et Anefis, le même vendredi,  faisant un mort et un blessé grave.
Un élément de la garde national  a perdu la vie. Il a été enterré  au cimetière de Anefis, alors que le blessé a été évacué sur Gao, à l'hôpital de campagne de niveau 2.
Les militaires maliens et français sont pour l'instant en désaccord total sur le mode de progression. «Malgré qu'on ait accepté leur prise de position en faveur du MNLA qui a récusé les colonel -majors
El hadj Gamou et Didier Dakouo à Kidal, en désignant le colonel Mamary Camara comme  commandant de la force malienne devant se rendre à Kidal, les Français continuent à nous pourrir la vie », a déploré un  officier malien. Pour l'instant la progression de l'armée malienne à Kidal est interrompue jusqu'à nouvel ordre.
C'est dans ce contexte difficile que La cérémonie de transfert d'autorité entre les forces de la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA) et la Mission multidimensionnelle
intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a lieu ce lundi 1er juillet au Centre international de conférence de Bamako.

 

Parmi les invités figurerait le Représentant spécial de l'Union Africaine au Mali et chef de la MISMA, M. Pierre Buyoya, Président de la Commission de la Communauté Economique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), M. Kadré Désiré Ouédraogo, Commissaire de l'Union africaine à la paix et la sécurité, Ramtane Lamamra, Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la MINUSMA, M. Bert Koenders ainsi que le Secrétaire général adjoint chargé des opérations de maintien de la paix, M. Hervé Ladsous.

 

Au cours de la cérémonie, les unités militaires et de police de la MISMA échangeront leur béret actuel pour porter le béret bleu des Nations unies.

Pour l'heure, la France et les autres partenaires  affirment la main sur le c½ur, leurs volontés indéfectibles de contribuer à restaurer l'autorité de l'État, à lutter contre la délinquance financière, mais surtout de recouvrir l'intégrité totale du territoire national.
Toutefois, ils doivent s'engager nécessairement à encourager le culte de certaines valeurs. Ainsi, le peuple malien doit être sensibilisé sur l'impérieuse nécessité de soutenir les actions des institutions de
la transition.
La communauté internationale doit aussi faire en sorte qu'à l'issue de ce scrutin « exceptionnel » sortent des nouveaux gouvernants qui auront l'obligation de répondre positivement aux attentes et aux aspirations des populations et des membres des Forces armées et de sécurité. Ceci doit passer d'abord par leur volonté manifeste à incarner une rupture tout en marquant de leurs empreintes la théorie des valeurs qui ne se limitera pas à des discours mais plutôt matérialisée par des actes éloquents. C'est par le degré de patriotisme des nouveaux tenants du pouvoir que cette pratique devra s'avérer concrète pour servir de modèle aux jeunes générations d'aujourd'hui et celles de demain.

 
Tout individu doit rester constant et fidèle par rapport à ses choix quels que soit l'issue. Il faut bannir tous les fléaux qui gangrènent la bonne marche de notre république à savoir : l'effritement de
l'autorité de l'État, la délinquance financière, la gabegie, le népotisme et la corruption. Tout compte fait, notre pays étant à la croisée des convulsions, alors il urge d'entamer une rupture totale avec les mauvaises habitudes qui se sont installées depuis plus des décennies et qui ont connu une vitesse de croisière ces dernières années.
A l'heure actuelle, il ne faut pas perdre de vue la désaffection de la chose politique par la majeure partie du peuple et cela est principalement lié aux pratiques malsaines de bon nombre d'acteurs
politiques. Dés lors, c'est une nécessité impérieuse d'assainir le champ politique.

Source  : Maliweb.net

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

France

AFP

Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel

Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel

AFP

RDC: la France suspend les adoptions

RDC: la France suspend les adoptions

AFP

Foot: match nul 0-0 entre la France et la Côte d'Ivoire

Foot: match nul 0-0 entre la France et la Côte d'Ivoire

report

AFP

RDC: accord pour un report de la présidentielle

RDC: accord pour un report de la présidentielle

AFP

Côte d'Ivoire: un groupe d'ONG appelle

Côte d'Ivoire: un groupe d'ONG appelle

AFP

Mali: l'opposition pour un report des élections municipales de novembre

Mali: l'opposition pour un report des élections municipales de novembre

présidentielle

AFP

Ghana: le candidat de l'opposition remporte la présidentielle avec 53% des voix

Ghana: le candidat de l'opposition remporte la présidentielle avec 53% des voix

AFP

Les Ghanéens dans l'attente des résultats de la présidentielle

Les Ghanéens dans l'attente des résultats de la présidentielle

AFP

Présidentielle au Ghana: l'opposition retente sa chance

Présidentielle au Ghana: l'opposition retente sa chance