mis à jour le

Des millions d’égyptiens dans les rues pour demander le départ de Mohamed Morsi

Le Caire vit une journée sous tension, ce dimanche 30 juin, avec un rassemblement massif à l’appel du mouvement « Tamarrod » ( Désobéïssace ) pour réclamer la démission du président islamiste Mohamed Morsi, mais aussi des manifestations pro-Morsi en ce jour anniversaire de sa prise de fonctions. Tôt dans la matinée, des dizaines de milliers de manifestants ont convergé vers la place Tahrir, sur laquelle des centaines d’autres ont passé la nuit.
Les opposants ont planté des tentes et tendu des banderoles hostiles à Mohamed Morsi, en ce lieu symbolique de la révolte qui a chassé du pouvoir Hosni Moubarak en 2011. D’autres manifestants anti-Morsi  se sont  dirigés vers le palais présidentiel situé à Héliopolis, au Caire. Des rassemblements hostiles au président sont annoncés dans toutes les grandes villes et en provinces.

Dans l’autre camp, les militant de la confrérie des Frères musulmans pro-Morsi poursuivent leur sit-in entamé vendredi 28 juin dans le quartier de Nasr City ‘ Avenue Rabâa Adaouia ) , près de celui d’Héliopolis, pour défendre la «légitimité» de leur président.

Ces mobilisations rivales font craindre de nouvelles violences après des heurts en Alexandrie ( vendredi 28 juin ) et dans les provinces du Delta du Nil entre manifestants pro et anti-Morsi qui ont fait huit morts depuis mercredi dont un Américain. La police et l’armée ont été déployées pour protéger les établissements vitaux du pays en cas de graves dérapages. Selon le ministère de la Santé, les hôpitaux sont en état d’alerte. A l’origine des appels à manifester contre le président, depuis repris par l’opposition, se trouve Tamarrod (rébellion en arabe), un mouvement qui a revendiqué quelques 22 millions de signatures pour une pétition appelant à une présidentielle anticipée.

Mohamed Morsi a déclaré qu’il n’y aurait pas de nouvelle révolution en Egypte, en références aux manifestations monstres qui se déroulent actuellement à travers le pays.
« Il n’y a pas de place pour toute parole allant à l’encontre de la légitimité constitutionnelle », a déclaré le président Egyptien au quotidien britannique The Guardian, avant d’observer que s’il venait à démissionner, cela saperait la légitimité de ses successeurs et « mènerait tout droit à un chaos sans fin ».

Le quotidien ajoute que Morsi « regrettait sa déclaration constitutionnels qui lui donnait davantage de pouvoirs », en référence à la déclaration de novembre 2012, perçue par l’opposition comme une manoeuvre « dictatoriale », qui a divisé le pays.

L’article est sorti au moment où les opposants au président se rassemblaient par centaines de milliers  pour demander un changement de régime et la fixation d’une date d’élection présidentielle anticipée .

Des milliers de partisans du président à tendance islamiste, principalement des membres des Frères musulmans dont le parti de M. Morsi est issu, ont organisé un sit-in pour le troisième jour consécutif afin de défendre la légitimité du président.

Dans les jours qui ont précédé les rassemblements, opposants et partisans à Mohamed Morsi se sont préparés, attisant les craintes d’affrontements éventuels entre les deux camps.

Ces craintes ont pris de l’ampleur dimanche matin lorsqu’une explosion a retentit dans un appartement de la banlieue du Caire, blessant deux personnes. D’après les journalistes, l’appartement en question était employé pour fabriquer des explosifs destinés à être employés pendant les manifestations.

Huit personnes ont été tuées et plus de 600 ont été blessées en Egypte au cours de la semaine passée dans des affrontements entre les deux camps.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Mohamed

AFP

Mohamed Abdullahi 'Farmajo', nouveau président de la Somalie

Mohamed Abdullahi 'Farmajo', nouveau président de la Somalie

AFP

Somalie: l'ex-Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

Somalie: l'ex-Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

AFP

Tunisie: procès du meurtre de l'opposant Mohamed Brahmi reporté

Tunisie: procès du meurtre de l'opposant Mohamed Brahmi reporté

Morsi

AFP

Egypte: la justice annule une peine de prison

Egypte: la justice annule une peine de prison

AFP

Egypte: la Cour de cassation annule la peine de mort pour Morsi

Egypte: la Cour de cassation annule la peine de mort pour Morsi

AFP

Egypte: Morsi écope de 20 ans de prison, premier verdict définitif

Egypte: Morsi écope de 20 ans de prison, premier verdict définitif