mis à jour le

Grave crise de carburant à l’Ouest du pays

L'Ouest du pays est en train de vivre une grave crise de carburant. D'énormes files d'attente se constituent aux niveaux des stations-service d'Oran ou Tlemcen, pour ne citer que ces deux wilayas.

Les autorités locales craignent même des «débordements» si jamais le problème persiste. Et ce n'est pas les «assurances» de Naftal, l'entreprise de distribution des carburants, qui va atténuer cette tension. En effet, la société a tenté, il y a trois jours, de calmer les choses en indiquant que «Naftal a mis tous les moyens qu'il faut pour répondre à la demande». «Nous assurons la livraison des carburants même la nuit. Fait exceptionnel afin de répondre à cette forte demande», ajoute-t-on du côté de cette entreprise.

Une tension provoquée, selon les responsables de Naftal, par l'accroissement de la demande de près de 20 % en ce début d'été. Bien évidemment, le trafic des carburants y est pour quelque chose aussi. Il y a quelques semaines, le Wali de Tlemcen a pris la décision de plafonner l'achat de carburant, à 500 dinars pour les véhicules touristiques et 2000 pour les camions et bus, afin de mettre un terme à ce trafic très fructueux. En effet, plusieurs jeunes achètent du carburant algérien, à l'aide de véhicules disposant un grand réservoir, afin de le vendre au Maroc. Bien évidemment, la fermeture des frontières entre les deux pays n'a jamais été un frein pour ces trafiquants. La décision de la wilaya de Tlemcen de plafonner l'approvisionnement en carburant n'a pas été mise en application dans les autres wilayas. De ce fait, les différents trafiquants se sont rués vers les stations-service d'Oran, Ain Temouchent et Sidi Bel Abbes. D'où toute cette tension. Sauf que certains pensent que le problème est lié à la capacité de l'entreprise à approvisionner le marché local. En tout cas, le problème risque de s'aggraver dans les semaines à venir, notamment après le mois de Ramadhan. Pour l'instant, ces files ont pénalisé la majorité des citoyens qui perdent un temps fou à vouloir s'approvisionner en carburant.

Elyas Nour

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

crise

AFP

Au centre du Mali, une crise qui "ne cesse de se dégrader"

Au centre du Mali, une crise qui "ne cesse de se dégrader"

AFP

En Afrique du Sud, un projet de budget acrobatique sur fond de crise

En Afrique du Sud, un projet de budget acrobatique sur fond de crise

AFP

En Afrique australe, touchée par la crise climatique, des hommes et des bêtes aux abois

En Afrique australe, touchée par la crise climatique, des hommes et des bêtes aux abois

carburant

AFP

Le Zimbabwe gronde contre la hausse des prix du carburant et le régime

Le Zimbabwe gronde contre la hausse des prix du carburant et le régime

AFP

A court d'électricité, de carburant et d'argent, l'été galère des Libyens

A court d'électricité, de carburant et d'argent, l'été galère des Libyens

AFP

Libye: 750 millions USD de perte du fait de la contrebande de carburant

Libye: 750 millions USD de perte du fait de la contrebande de carburant

pays

AFP

En Afrique, six pays officiellement épargnés par le virus

En Afrique, six pays officiellement épargnés par le virus

AFP

Tunisie: le président annonce un confinement général du pays

Tunisie: le président annonce un confinement général du pays

AFP

Afrique du Sud: la police évacue des migrants qui veulent quitter le pays

Afrique du Sud: la police évacue des migrants qui veulent quitter le pays