mis à jour le

Aminata Dramane Traoré : « Le colonisateur n’est plus là, mais ses intérêts y sont toujours »

« Le système mondial est en crise et il devient violent parce que justement les puissances capitalistes ne peuvent plus réaliser de taux de croissance et lutter contre le chômage sans puiser dans les ressources de notre continent ».

 

L’ancienne Ministre de la Culture du Mali, Mme Aminata TRAORE

Militante altermondialiste de la première heure, l'ancienne ministre malienne était présente à la conférence de la société civile des pays du Sahel en solidarité avec le peuple malien, qui s'est achevée hier à Alger. Durant cette rencontre, elle a réitéré son opposition à l'intervention militaire française dans son pays, une intervention motivée par des enjeux économiques, selon elle. Son engagement contre le système économique mondial, dont l'échec est traduit par la crise malienne, d'après la militante, lui a valu une privation de visa Schengen sur instruction de la France en 2012.

 

Écrit par MEHDIA BELKADI/ Reporters, Le 16 juin 2013

 

Reporters : Quel premier bilan faites-vous des travaux de cette première réunion de la société civile malienne, très peu consultée depuis le début de la crise ?

 

Aminata Dramane Traoré : Je salue d'abord cette initiative qui nous donne pour la première fois l'occasion de nous retrouver entre membres de la société civile du Mali et celle des pays du champ. Il y a eu dès le départ une exclusion délibérée de toutes les voix discordantes. Cette guerre s'est imposée à nous. J'ai eu le tord de publier un manifeste « Femmes du Mali, disons non à la guerre par procuration ». Dès le départ, j'appréhendais cette situation engendrée par l'intervention française. Toute guerre est une catastrophe, un désastre. Il n'y a pas de guerre juste. Si on peut passer par la solution politique, si à l'échelle interne, on se donne le temps et les moyens de comprendre pourquoi nous nous retrouvons dans cette situation, on peut resserrer l'étau. Mais on a voulu cette guerre pour nous. Et toute occasion de se concerter est bonne. J'ai pu écouter des confrères que je n'ai pas eu l'occasion de rencontrer au Mali.

 

Vous avez critiqué la société civile présente aujourd'hui. Que lui reprochez-vous ? N'a-telle pas suffisamment milité contre une intervention étrangère ?

 

Je ne peux pas parler pour tout le monde. Je parle de ce que j'ai fait personnellement. Je l'ai fait parce que j'ai eu l'avantage de militer au niveau international et dans le cadre du Forum social mondial, dont je suis une des principales animatrices en Afrique subsaharienne. J'ai eu le temps de comprendre que les guerres ont des enjeux cachés, des enjeux géostratégiques, miniers et pétroliers. J'ai compris également que les bouleversements qui ont lieu aujourd'hui dans le monde ont tendance à faire de la guerre une solution à l'échec du modèle de développement. Le capitalisme mondialisé et financiarisé a cruellement besoin d'uranium, de pétrole et d'autres ressources qu'il vient puiser dans notre continent riche. Je reproche à la société civile de s'inscrire dans cette logique libérale et de faire partie de la communauté libérale.

 

Les groupes armés on-t-ils servi de prétexte à la guerre pour les ressources ? Ont-ils été instrumentalisés, notamment ceux de la région du Nord, très riche en uranium ?

 

C'est un peu plus compliqué que cela. Quand on regarde les profils des combattants, on comprend qu'il y a plusieurs enjeux. Pour ce qui est de la question identitaire, nous sommes des nations composées d'ethnies différentes. Depuis 1958, existe un projet occidental de création d'un Etat tampon pour rassembler les Touareg de toute la région. Si on accepte aujourd'hui la partition de l'Azawad, il faut s'attendre à ce que les Touareg des autres pays demandent un jour leur Etat. Si on remet en cause le non développement du Nord, je dirai que le sud du Mali non plus n'est pas développé. Nous devons vivre ensemble avec nos différences. Pour ce qui est de l'enjeu idéologique, les islamistes radicaux qui se disent djihadistes sont en combat contre l'Occident. Aqmi ne l'a pas caché. Ils visent les intérêts français. Ils sont au Mali depuis longtemps, ont épousé des femmes maliennes et ont eu de bons rapports avec la population. Ils n'ont coupé de mains à personne et n'ont violé personne jusqu'à ce que le MNLA, encouragé par Nicolas Sarkozy, qui vers la fi n de la guerre en Libye, a estimé que les Touareg maliens en Libye pouvaient l'aider, décide de lutter contre Aqmi qui est une menace pour les intérêts français et pour récupérer leurs otages. C'est dans ce sens que je dis qu'on a instrumentalisé la rébellion. Je refuse, cependant, le discours haineux envers les Touareg, notamment celui les traitant d'« enfants gâtés ». On ne donne pas la chance au peuple malien de comprendre. Ce que je suis en train de dire, c'est que les puissants de ce monde identifient les tensions existant dans chaque pays, les attisent, les aggravent et les instrumentalisent à leurs fi ns. Je me dis qu'il y avait certainement un mécontentement à Benghazi en Libye, mais l'embrasement que connaît le pays a eu lieu quand N. Sarkozy a voulu profiter du « printemps arabe » pour déstabiliser le régime Kadhafi . Le nord du Mali rencontre depuis toujours des problèmes que nous n'avons pas réglés, surtout du fait de sa position géographique et de difficultés réelles. La communauté touarègue a souvent cru qu'il fallait prendre les armes pour revendiquer des droits et a fait des alliances avec Aqmi, Ansar Dine et le Mujao. On les a utilisés pour résoudre les problèmes de la France !

 

Ces données vous donnent-elles raison sur l'échec d'une intervention militaire étrangère ?

 

Regardons la situation actuelle : en plus d'Aqmi, Ansar Dine, Mujao, nous avons également des soldats français ! Finalement, l'opération Serval n'a servi qu'à disperser ces groupes et c'est ce que je craignais. J'ai toujours dit qu'on ne pouvait pas venir à bout d'un ennemi qui n'a pas de visage. Qui sont-ils ? Où sont-ils ? Que veut-on au juste, tirer dans le tas ? Tuer tout le monde ? Qui va tuer qui ? Des Maliens vont tuer des Maliens. On a déployé des milliers de soldats pour aller chercher une aiguille dans une botte de foin. Même l'armée la plus puissante au monde, celle de l'OTAN, a reculé en Afghanistan. L'idée pour moi était de trouver des solutions politiques africaines, sous-régionales et régionales plutôt que de déployer cette armada pour qu'à la fi n on arrive à la situation actuelle : la France constate qu'elle n'a pas les moyens de rester plus longtemps et elle ouvre la porte aux Casques bleus !

 

Dans leurs interventions aujourd'hui (hier, ndlr), les membres de la société civile des pays du Sahel se sont unanimement opposés au déploiement des Casques bleus…

 

Ce sera une répétition de ce qui s'est passé au Congo et au Kosovo. On devra subir la présence de soldats venus d'ailleurs, qui ne sont certainement pas plus performants que les militaires maliens, mais qui sont, certes, mieux rémunérés et seuls, sans leurs femmes, ce qui laisse le champ libre à la prostitution, la traite sexuelle et l'abandon d'enfants. Plutôt que de déployer 15 000 Casques bleus, remplaçons-les par 15 000 ingénieurs qui viendront en aide au Mali. La défense du Mali et sa sécurité doivent reposer sur l'armée malienne qui connaît bien le terrain. A l'origine, nos soldats ne sont pas des putschistes, mais des mutins, parce qu'ils ne sont pas contents de leur situation. Il faut donc faire en sorte qu'au-delà de l'armement, ils aient droit à un meilleur traitement et une meilleure rémunération. On ne va pas recruter n'importe où, n'importe qui, pour venir défendre notre pays.

 

Outre le rôle de l'armée, quel rôle peut avoir la société civile pour recoudre le tissu social ébranlé par la crise ?

 

Nous devons nous battre pour avoir l'espace de débats nécessaire. Chez nous, il n'y a pas de concertation, nous ne nous parlons pas. La décolonisation suppose une bonne connaissance des enjeux et des acteurs, et une bonne organisation locale. Par le passé, on savait qu'on avait affaire au Colon, il fallait s'en débarrasser. Aujourd'hui, le colonisateur n'est plus là, mais ces intérêts y sont toujours. Seulement, certains ne veulent pas qu'on en parle, qu'on s'organise. Ils préfèrent mordre à pleines dents dans la mondialisation, car c'est de cela qu'il s'agit. Les Africains vivent dans l'illusion de pouvoir émerger, comme la Chine, en prenant pour exemple les Occidentaux, qui eux, débattent entre eux. Si leur modèle était si bon, si performant, pourquoi leurs peuples sont-ils dans la rue aujourd'hui en train de revendiquer leurs droits ? Les crises en France, en Espagne, en Grèce et ailleurs nous renseignent sur l'échec du système économique libéral. La plaie de tous les pays est aujourd'hui le chômage, en particulier celui des jeunes. Tant qu'on ne trouve pas de modèle économique capable de générer de l'emploi pour le plus grand nombre de jeunes, ils se retrouvant narcotrafiquants, djihadistes ou intègreront l'armée à défaut. Quand je regarde les protagonistes de cette guerre, la plus part d'entre eux sont des victimes d'un modèle de développement qui a échoué. Un échec reconnu par les Nation unies. A partir de ce moment, le mali devient un pays d'avant-garde.

 

C'est-à-dire un rôle d'avant-garde ?

 

Je revendique ce rôle. Les Maliens doivent parler et témoigner de leur expérience. Notre pays est aujourd'hui le théâtre de l'échec du système économique mondial. Nous devons dire au Monde ça suffi t ! arrêtez de nous punir, de nous humilier pour un système économique défaillant. C'est vous, Communauté internationale, qui avez dit que nous étions le meilleur élève de l'Afrique de l'Ouest. C'est vous qui avez soutenu trois décennies de politique de privatisation et de libéralisme. Vous nous aviez promis d'émerger économiquement, mais nous avons la guerre en guise d'émergence. Si aujourd'hui tout s'effondre comme un château de cartes, vous devez vous poser les bonnes questions. Vous ne nous aviez pas dit que vous alliez nous envoyer des armes et des soldats. Ce n'est pas avec eux que vous allez soigner la misère et le chômage. Vous devez faire en sorte que les gens mangent à leur faim, qu'ils vivent dignement. C'est tout ce qu'on demande. Les Maliens ont la mission de dire sans complexe que cette guerre n'est pas à part, mais s'inscrit sur la longue liste des guerres pour les matières premières.

 

Faut-il comprendre que dans le système libéral actuel, l'Afrique, terre très riche, est résignée à faire face aux invasions étrangères pour des motifs économiques ?

 

Il faut lutter pour la décolonisation et contre la recolonisation, mais on ne peut pas parler de ces concepts tant que nous vivons dans un monde capitaliste et que les puissants de ce monde ont besoin de nos richesses. Mais ce qu'il fait comprendre, c'est que l'Europe a beaucoup plus besoin de nous que nous n'avons besoin d'elle.

 

Des discussions ont lieu actuellement à Ouagadougou entre le pouvoir malien et les groupes touareg armés de Kidal pour le retour de l'armée dans la région, en vue des élections du 28 juillet. On se dirigerait vers le déploiement d'un seul contingent…

 

Vous pouvez faire tout ce que vous voulez d'un peuple désinformé. Vous pouvez même l'amener à agiter des drapeaux tricolores parce qu'il n'a pas compris. Mais le peuple vient de comprendre à la lumière de la situation de Kidal qu'on l'a mené en bateau, qu'on lui cache des choses. C'est pour cela que tous les Maliens ont aujourd'hui l'oreille tendue vers Ouagadougou pour savoir ce qui se passe. Si cette solution bancale est privilégiée, cela voudrait dire qu'on veut seulement aider François Hollande à relever son pari politique d'organiser les élections à cette date. Ce n'est pas une solution qui va nous garantir la paix et la réconciliation. Mais attendons d'abord que ce soit signé. Le gouvernement peut accepter cette concession sous pression, elle est, à mon sens, essentiellement financière. 80 % des ressources du Mali viennent des aides extérieures. Les sanctions économiques auxquelles nous avons fait face pendant onze mois ont anéanti le pays. Si cela continue, le Sud va imploser. La capacité de nuisance de la France est telle qu'elle fera pression sur la Communauté internationale pour faire croire que les dirigeants actuels n'ont pas voulu de la démocratie. Or, si le gouvernement de transition est si peu légitime et si infréquentable, pourquoi la France a motivé les résolutions du Conseil de sécurité en sa faveur ? On nous a délibérément exclus. On nous a volé notre pays. Et c'est pour cela qu'on va se battre pour le libérer. C'est une seconde libération. C'est pour cela que nous sommes ici aujourd'hui.

 

Qu'est-ce que l'Algérie peut apporter ?

 

L'Algérie a mené deux guerres. La guerre de Libération a été l'une des plus féroces en Afrique. On l'a vu puisqu'une partie s'est déroulée au nord du Mali. Nous ne sommes pas seulement des pays frontaliers, nous avons milité ensemble. Le pétrole était l'un des enjeux de la libération de l'Algérie. Aujourd'hui, l'uranium est l'un des enjeux de cette guerre. Donc, si nous devons lutter, nous devons puiser dans notre mémoire de pays anciennement colonisés et voir ce qui a fait la force de l'Algérie résistante. L'Afrique doit résister et cesser de dormir. Le système est en crise et il devient violent parce que justement les puissances capitalistes ne peuvent plus réaliser de taux de croissance et lutter contre le chômage sans puiser dans les ressources de notre continent. L'expérience de la libéralisation de l'Algérie est intéressante de ce point de vue. Concernant la deuxième guerre, l'Algérie est le premier et le seul pays à avoir enterré 200 000 personnes pendant la lutte contre le terrorisme. Quand elle dit que le Mali ne doit pas aller dans telle direction, elle sait que ça coûte cher. Nous n'avons pas de pétrole, nous n'avons pas grand-chose, nous sommes un pays enclavé, et on a l'indécence de venir nous dire que c'est par les armes que nous allons nous en sortir, et nous pousser à acheter des armes que nous n'avons pas.

 

Vous comptez également sur l'aide des pays voisins. Or, jusqu'ici, les pays de la Cédéao ont été les premiers, avec le président malien, à appeler à l'intervention française. Comment expliquer une telle position cinquante ans après les indépendances ?

 

C'est le manque de lucidité et de solidarité qui pose problème dans la gestion des affaires de notre continent. Les chefs d'Etat font partie du système mondial et les mécanismes des sanctions économiques sont là. S'ils ne disent pas oui ici, on les attendra au tournant là-bas. Ils devraient s'organiser pour sauver le Mali qui se trouve dans la gueule du loup, mais il est vrai qu'il y a des décisions qu'ils ne peuvent pas prendre. La Cédéao est devenue l'instrument de la Françafrique. Au sein de l'organisation, des membres sont persuadés que la voie tracée par la France est la bonne voie comme si nous avions contracté une dette envers la France et qu'au nom de cette dette, nous devons accepter ses « solutions ». Ce qu'il nous faut c'est une prise de conscience sociale et politique des vrais enjeux et des mutations qui sont en cours. L'Afrique doit intégrer les expériences de l'Irak et de l'Afghanistan. Nos ressources sont convoitées et les manipulations sont à peu près les mêmes partout. Et à tous les coups, ce sont les peuples qui payent.

 

Les intellectuels ont-ils une plus grande marge de manoeuvre que les politiques ?

 

J'appelle à une insurrection intellectuelle au Mali et en Afrique. On m'a privé de visas Schengen sur instruction de la France, qui dit maintenant qu'elle n'a pas d'opposition politique à ce que j'aie un visa. Mais ce n'était jamais arrivé avant. J'avais un visa de quatre ans et j'ai beaucoup d'alliés en France. Le même discours que je tiens ici est tenu par des altermondialistes en France à propos de la France. Pourquoi ça devient un crime de lèse majesté en France. Parce qu'on est Africain ?

 

Par MEHDIA BELKADI - Mardi, 18 Juin 2013

( reporters.dz )

Traoré

AFP

Allemagne: Ibrahima Traoré prolonge avec Mönchengladbach jusqu'en 2021

Allemagne: Ibrahima Traoré prolonge avec Mönchengladbach jusqu'en 2021

AFP

La famille d'Adama Traoré sollicite "l'implication" du Mali

La famille d'Adama Traoré sollicite "l'implication" du Mali

AFP

HCR: la chanteuse malienne Rokia Traoré nommée ambassadrice de bonne volonté

HCR: la chanteuse malienne Rokia Traoré nommée ambassadrice de bonne volonté

intérêts

AFP

Le roi du Maroc se pose en défenseur des intérêts de l'Afrique

Le roi du Maroc se pose en défenseur des intérêts de l'Afrique

Abdou Semmar

Selon le New York Times, l’Algérie est dirigée “par une poignée de personnes aux intérêts conflictuels”

Selon le New York Times, l’Algérie est dirigée “par une poignée de personnes aux intérêts conflictuels”

Actualités

La coopération sécuritaire au centre des intérêts de la visite de responsables tunisiens

La coopération sécuritaire au centre des intérêts de la visite de responsables tunisiens