mis à jour le

La Polit-Revue: 2ème révolution ou soubresauts d’une époque révolue ?

Le retrait inattendu du général Rachid Ammar de la vie « politico-militaire » a donné le la de la dernière semaine du mois de juin, une semaine marquée par un chassé-croisé estival, passe d'armes indirecte avec un président Marzouki qui reprend la main, sur fond d'âpres débats autour de la loi d'immunisation de la révolution.

« La démission sera télévisée »

Il s’était presque fait oublier si ce n’était le bourbier Châambi. Sorti par la petite porte pour certains, par la grande pour d'autres, ce sont les modalités de la sortie du chef d'état-major interarmées qui resteront assurément dans les annales.

« Lorsqu'un jour vous m'aviez contacté, j'ai perçu chez vous une grande estime de l'institution militaire. Cela m'a ému et c'est pourquoi je vous avais alors promis que si un jour je devais m'exprimer, je le ferai chez vous ».

C'est en ces termes que Rachid Ammar, s'adressant à l'animateur vedette d'un talk-show télévisé, justifiait en direct cette entorse au code de conduite militaire qualifié de « cirque » par nombre d'observateurs, au lendemain de sa diffusion.

Si l'on se doutait déjà que le général auréolé d'une part de mythe n'avait cessé d'être une figure influente dans les sphères politiques depuis les évènements de la révolution, le récit volubile qu'il fait de son bilan donne à voir un véritable décideur ayant tenu un rôle clé dans tous les processus décisionnels depuis 2011.

C'est en soi un fait inédit pour un pays où l'on pensait que l'armée était à mille lieues de ce qu'elle représente dans d'autres pays du Printemps arabe.

C'est également durant les 3 heures d'une émission d'auto plaidoyer que le général fera de la politique, s'autorisant même une très alarmiste évaluation de la situation socio-économique du pays.

Mais alors pourquoi partir, pourrait-on se demander, si l'« amiral » pense que le bateau Tunisie coule sous nos yeux ? Quand Rachid Ammar, dépité, réduit les années Ben Ali à un simple « déficit de libertés », on comprend que l'on est en train d'assister à ce qui ressemble à un coming-out contre-révolutionnaire du général.

Exposée dans un contexte civil, sa vision forcément sécuritaire et nationaliste plait à l'auditoire de droite qui en fait aussitôt un présidentiable, notamment dans sa région du sahel. Certains quotidiens oseront même dès mardi un type de gros titres qui a la peau dure, le fameux « Reste ! ».

L'Histoire jugera si la révolution tunisienne avait ou non un homme providentiel en la personne du général Ammar, nous pouvons d'ores et déjà conclure en revanche que la révolution mérite une meilleure presse.

Indéboulonnable, Marzouki contre-attaque

1011835_10151445586237665_298000453_n
Le 26 juin, ce qui devait être une séance plénière symboliquement historique à l'Assemblée constituante, se mue en énorme cafouillage.

Lors du vote préliminaire de la motion de censure contre le président Marzouki, l'ensemble du bloc démocratique n’a pu voter à temps, suite à un malentendu lié à la formulation de la question à l'ordre du jour par la vice-présidente de l'ANC.

Résultat : 9 voix pour, 5 abstentions et 99 voix contre. La motion est d'emblée rejetée sur plan de la forme. La présidence peut jubiler (et sans doute aussi rigoler).

48 heures après avoir accepté le départ à la retraite du général qui avait omis de l'informer de la livraison de Baghdadi Mahmoudi aux autorités libyennes, Marzouki peut estimer que l'ANC lui réitère sa confiance. L'Assemblée où il ne comptait de toute façon pas se rendre selon son porte-parole, faute d'un texte suffisamment clair au sujet du retrait de confiance.

Surprise samedi 29, fort de cet état de grâce, le président provisoire se livre à un exercice peu orthodoxe en s'invitant sur plusieurs chaines, dont la TV nationale, pour une sorte de rencontre-débat avec le constitutionnaliste Yadh Ben Achour comme intervieweur d'un soir.

Assez serein malgré la non complaisance de son vis-à-vis, on redécouvre un Marzouki endossant le costume régulateur qui lui incombe au sein de la troïka : là où Ennahdha et le CPR poussent en faveur de la loi d'exclusion politique, il oppose un non à la loi.

Concrètement inopérante, sa position reste moralement importante en ce qu'elle donne un gage de « non-agression » en direction de la Tunisie représentée par Ben Achour, juriste proche de Nidaa Tounes.

Cette fois c'est sûr, via une riposte soft savamment dosée, la campagne pour les présidentielles est bel et bien lancée.

La révolte des cheveux grisonnants

1017584_540845615951807_1226795398_n

La loi dite d'immunisation aura au moins eu un effet salutaire : 1 an et demi après le début de ses travaux, l'Assemblée constituante fut le théâtre jeudi des premières envolées lyriques véritablement révolutionnaires.

Quelles que soient les positions des uns et des autres par rapport au projet de loi, force est de reconnaitre que les puissantes tirades passionnées de Béchir Nefzi (bloc CPR) ou encore d'Azad Badi (bloc Wafa) ont réinsufflé à cette enceinte sa vocation première. Une âme révolutionnaire qui fait ironiquement défaut au texte du projet de Constitution qui en a émané.

« Too little too late » ? Comme pour justifier leur vote, les élus de la majorité ont éprouvé le besoin d'énumérer les méfaits de l'ex régime sur le mode du rappel cathartique.

Quoi qu'il en soit, les résultats du vote sont sans appel. On se dit alors en découvrant l'ampleur du camouflet subi par le non (96 oui contre 36 non et 3 abstentions) que Nidaa Tounes n'osera peut-être pas maintenir sa manifestation de samedi au risque de passer pour anti démocratique.

C'est mal connaitre la détermination de l'ex establishment. Surfant sur le momentum initié en Egypte, des sexagénaires manifestaient pour la première fois de leur vie, tandis qu'une petite foule recyclait les « yahia Bourguiba » pour toute alternative au « projet islamiste ».

Flanqués du milliardaire Faouzi Elloumi, Kamel Morjène et Omar Shabou découvraient, sans grand talent oratoire, les joies d'haranguer un public conquis répétant à souhait des slogans aussi précis que « tous ensemble pour le bien de la patrie » ou encore « il faut nous unir ».

Il aura fallu l'affaire Adel Dridi, première grande arnaque type Ponzi en Tunisie, pour qu'un rassemblement crie « Vive Ben Ali » à Montplaisir. Et il aura fallu le passage au vote de la loi d'immunisation pour assister au piètre spectacle du retour des portraits géants au Bardo.

Un plébiscite culotté qui vient rappeler que ce n'est pas tant les destouriens qui sont en cause mais les ressorts de leur « tamarrod » qui, en l'état, confine davantage à une espèce de désobéissance des classes bourgeoises.

manif-sebsi

Nawaat

Ses derniers articles: Peut-on (encore) se passer des banques au quotidien en Tunisie?  En Tunisie, le "plus grand drapeau au monde" ne fait pas l’unanimité  Tunisie-Union européenne: une mise sous tutelle déguisée 

révolution

AFP

Journal filmé ou polar nerveux: deux regards sur l'Egypte avant sa révolution

Journal filmé ou polar nerveux: deux regards sur l'Egypte avant sa révolution

AFP

Des milliers de Libyens célèbrent le 6e anniversaire de la révolution

Des milliers de Libyens célèbrent le 6e anniversaire de la révolution

AFP

L'Egypte depuis sa révolution de 2011 en dix dates

L'Egypte depuis sa révolution de 2011 en dix dates