mis à jour le

Zéphirin Diabré : « L'opposition est en marche au Burkina Faso »

A l'initiative de responsables d'une trentaine de partis politiques réunis autour du Chef de file de l'opposition politique (CFOP), la journée nationale de protestation contre la politique du gouvernement a connu une très forte mobilisation à Ouagadougou ce 29 juin 2013. Toutefois, la marche entreprise dans ce cadre n'a pas connu l'aboutissement souhaité.

Selon les organisateurs, ce sont plus de 120 000 personnes qui ont pris d'assaut la place de la Nation, point de départ de la marche du jour. Et pour Zéphirin Diabré, chef de file de l'opposition politique et principal initiateur de cette journée de protestation, la mobilisation du jour est « à la hauteur du ressentiment et du mécontentement de la population face à la politique du gouvernement, mais surtout face à cette décision de créer un sénat inutile et budgétivore dont les burkinabè ne voient pas l'intérêt ». Sénat qui est réalité, selon M. Diabré, « un complot car il ferme ses portes aux jeunes et aux femmes, pour les réserver aux politiciens fatigués du CDP et à tous les enfants gâtés de Kosyam que Blaise Compaoré traine avec lui depuis des décennies, qui sont incapables de gagner leur pain à la sueur de leur front, qui sautent de nomination en nomination, et que lui-même ne sait plus où caser ! »

Après s'être ébranlée de la place de la Nation vers 10H, pour une marche voulue pacifique, la foule arrive au rond-point des Nations-Unies où elle pensait pouvoir rencontrer comme convenu, un représentant du Premier ministre à qui elle remettrait une lettre pour le chef de l'Etat. En lieu et place de l'émissaire du ''PM'', ce sont les forces de l'ordre qui sont en première ligne, derrière des barrières empêchant l'accès à l'avenue de l'Indépendance qui a été déclarée « zone rouge ». Et dans sa tentative de franchir les barrières, la réaction de ces forces de sécurité avec des gaz lacrymogènes et des « balles blanches », ne s'est pas fait attendre : c'est la débandade du côté des marcheurs.

Des blessés et beaucoup d'objets abandonnés dans la course

Tout le monde a couru, malmené par le gaz asphyxiant. Naturellement, des gens sont tombés, et certains, très mal. Sur place, deux personnes au moins ont eu une fracture, l'une à la cuisse et l'autre au niveau de la jambe. Des tirs par balle, les forces de l'ordre en ont également fait usage. Résultat, un jeune a été touché au niveau du ventre par des « balles blanches » ; un autre, également touché par les mêmes projectiles, a été reçu au CMA du secteur 30 de Ouagadougou.

Au niveau du CFOP (Chef de file de l'opposition politique), on chiffre les blessés à une dizaine. La mère (plus de 60 ans) de l'artiste musicien Smokey serait parmi les blessés du jour.

Mais « Dieu merci, nous n'avons pas déploré de mort, pour le moment en tout cas », a confié Zéphirin Diabré qui dit apprécier « très positivement la marche », malgré cet incident de parcours, à l'issue duquel l'on a aussi découvert un tas de chaussures abandonnées dans la course.

Des enseignements à tirer, et des acquis à capitaliser

L'incident du rond-point des Nations-Unies aura précipité le meeting marquant la fin du programme, à la place de la Nation. Après un discours galvaniseur, Zéphirin Diabré a invité les responsables des partis politiques présents à marche, à se rendre au CFOP pour une concertation. Il s'agira au cours de cette rencontre, de tirer « les enseignements de ce qui s'est passé aujourd'hui ».

La gestion de la foule semble avoir échoué quelque part au cours de la marche. Qu'à cela ne tienne, Zéphirin Diabré peut affirmer que « ça été un grand succès pour l'opposition, c'est un encouragement à continuer dans le combat politique que nous menons ». Il appartient à cette opposition de travailler à capitaliser la capacité de mobilisation qui a donné lieu à la foule du jour. Et s'adressant particulièrement à cette opposition qu'il souhaite voir véritablement unie, le chef de file de l'opposition politique dira que « nous devons être exemplaires, pour mériter la confiance des Burkinabè ».

La réunion au CFOP devra également servir de cadre idéale pour « dégager la conduite à tenir pour la suite ». « En tout cas, l'opposition est en marche au Burkina Faso », a fini par marteler Zéphirin Diabré qui confie avoir eu des échos intéressants de l'intérieur du pays quant à la tenue de cette journée nationale de protestation.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Word - 45.5 ko
Discours du CFOP - Marche meeting du 29 JUIN 2013

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

marche

AFP

Mali: 100 jours après son enlèvement, marche de soutien pour le journaliste français Olivier Dubois

Mali: 100 jours après son enlèvement, marche de soutien pour le journaliste français Olivier Dubois

AFP

Covid-19: sur le marché de Kampala, les vendeurs obligés de dormir entre les étals

Covid-19: sur le marché de Kampala, les vendeurs obligés de dormir entre les étals

AFP

Ethiopie: 64 morts dans la frappe aérienne sur un marché au Tigré

Ethiopie: 64 morts dans la frappe aérienne sur un marché au Tigré

Burkina

AFP

La colère gronde au Burkina face

La colère gronde au Burkina face

AFP

L'actrice américaine Angelina Jolie soutient des réfugiés maliens au Burkina

L'actrice américaine Angelina Jolie soutient des réfugiés maliens au Burkina

AFP

Massacre de Solhan: le Burkina promet une riposte

Massacre de Solhan: le Burkina promet une riposte

Faso

AFP

160 morts

160 morts

AFP

Les supplétifs civils, nouvelles cibles des jihadistes au Burkina Faso

Les supplétifs civils, nouvelles cibles des jihadistes au Burkina Faso

AFP

Présidentielle au Burkina Faso sous menace jihadiste

Présidentielle au Burkina Faso sous menace jihadiste