mis à jour le

Une femme part au travail à vélo avec son bébé, à Ouagadougou, Burkina Faso. REUTERS/Juda Ngwenya
Une femme part au travail à vélo avec son bébé, à Ouagadougou, Burkina Faso. REUTERS/Juda Ngwenya

Petite reine au pays des deux roues

Sur le continent noir, le ballon rond laisse peu de place aux autres disciplines sportives. Mais le cyclisme a réussi à s’imposer.

Mise à jour du 30 octobre 2012: Le tour du Faso, épreuve cycliste reine en Afrique de l’Ouest, s’est achevé le 28 octobre et a consacré cette année encore la victoire de l’équipe des «étalons» burkinabè.Rasmané Ouédraogo termine ainsi premier au classement général du Tour, secondé par son compatriote Abdoul Aziz Nikiéma. En 2011 le coureur Hamidou Zidwemba, burkinabè lui aussi, avait remporté la victoire finale.

Une triste nouvelle vient toutefois gâcher cette victoire: le cycliste belge Gunther Cuylits, 38 ans, arrivé 9ème du Tour du Faso 2012, est décédé au soir de l'arrivée, vraisemblablement d'un malaise cardiaque.

*****

Si l’Afrique brille par ses footballeurs subsahariens qui fréquentent les clubs européens, sur le continent noir le foot est souvent perçu comme une véritable malédiction pour les autres disciplines sportives.

Sa popularité est telle qu’il accapare les principaux investissements —quel que soit le résultat qu’obtiennent les équipes nationales, et même lorsque celles-ci indignent les dirigeants. En 2000, après une piètre prestation continentale, les «Eléphants» ivoiriens avaient été retenus dans un camp militaire par feu le général Robert Gueï (au pouvoir de 1999 à 2000). Mais il en faut plus pour entamer l'enthousiasme des supporters.

Le Burkina Faso n’échappe pas à cette règle du foot-roi. Il n’a pourtant pas enfanté de Drogba [le joueur vedette de la sélection ivoirienne. Le buteur de Chelsea est actuellement le plus en vue des joueurs africains, ndlr]. En revanche, le pays se défend honorablement dans d’autres disciplines: en 2002, Irissa Kaboré, alias le Kaïd, devenait champion d’Afrique de boxe dans la catégorie super-welter —comme Nabaloum Dramane «Boum Boum», en 1996, dans la catégorie plumes.

Mais le Burkina est aussi le pays du cyclisme et abrite la plus fameuse compétition du continent: le Tour du Faso.

Le «Paris-Roubaix» africain

Comme le plat pays de Jacques Brel, celui d’Afrique de l’Ouest a des prédispositions; la majorité de la population burkinabè n’a pas les moyens d’acquérir une automobile. Ouagadougou est donc devenue «Ouaga-deux-roues», la capitale des cycles. D’ailleurs, dans l’ancienne Haute-Volta, même les gallinacés sont appelés «poulets-bicyclettes», semble-t-il pour la longueur de leurs pattes.

La première édition du Tour du Faso s'est déroulée en 1987, en pleine période révolutionnaire [incarnée par le régime de Thomas Sankara, au pouvoir de 1983 à octobre 1987, ndlr]; la 24e se tenait en octobre 2010. Entre ces deux dates, la compétition aura suscité l’intérêt des médias internationaux —et celui de l’ex-société du Tour de France. Lorsque la Grande boucle se voit massivement éclaboussée par les affaires de dopage, son patron, Jean-Marie Leblanc, décide de s’impliquer dans l’organisation de la Petite boucle burkinabè (10 étapes pour environ 1.200 kilomètres).

S’agit-il de retrouver une «virginité» athlétique dans un pays où les cyclistes n’ont pas les moyens de s’acheter des substances illicites? S’agit-il d’expier la dégradation de l’esprit sportif dans une course
burkinabè aride?

Avec ses routes parcimonieusement goudronnées, le Tour du Faso est une sorte de «Paris-Roubaix» africain —les 40 degrés en plus; l'Enfer du Sud.

L’implication de l’entreprise française —devenue Amaury Sport Organisation— confortera la réputation du Burkina en matière de cyclisme. Si les plus fameux coureurs ne se hasardent pas à y avaler la poussière, on y croisa, dans les coulisses, un Eddy Merckx bedonnant ou un Bernard Thévenet grisonnant. Une dizaine de pays participent chaque année à cette compétition.

Un avenir incertain pour l'épreuve

Les villes de province s’animent au passage de la caravane. Les antennes africaines de Canal+ couvrent l’événement. Des champions burkinabè apparaissent, comme Abdoul Wahab Sawadogo, vainqueur du Tour en 2004. La compétition est présentée comme l’événement cycliste incontournable sur le continent. Homologuée par l’Union cycliste internationale, l’épreuve sportive de l’ancienne Haute-Volta peut-elle pour autant se hisser au niveau des plus prestigieuses?

Le budget de la 24e édition était de 500 millions de francs CFA (environ 760.000 euros), quand une étape du Tour de France s’organise avec 5 millions d’euros. L’ex-Société du Tour de France a retiré ses billes en 2009 et les sponsors locaux n’ont pas de budgets aussi importants, surtout quand leurs copinages politiques les obligent à les réserver aux campagnes électorales. Il ne manquerait plus que les menaces d’al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), basée dans le nord du pays, ne fassent subir à l’épreuve le même sort que le Paris-Dakar, annulé en 2008 et délocalisé l'année suivante en Amérique du Sud.

Si l’aventure du Tour du Faso est admirable et inspire l’empathie, le ballon rond a encore de quoi mobiliser l’essentiel des foules. Depuis le 23 janvier, les «Etalons» —surnom  de l’équipe nationale du Burkina Faso— sont champions d’Afrique. Si au pays le foot reste roi, le cyclisme conserve sa place de petite reine. 

Damien Glez

Damien Glez

Dessinateur burkinabé, il dirige le Journal du Jeudi, le plus connu des hebdomadaires satiriques d'Afrique de l'Ouest.

Ses derniers articles: L'Afrique oublie ses drames le temps des jeux  Treize produits halal à la douzaine  Chine, labo des faux médicaments en Afrique? 

Côte d'Ivoire

Mondial 2014

Les Algériens doivent éviter le scénario des Ivoiriens

Les Algériens doivent éviter le scénario des Ivoiriens

Attentes

Le cœur de l'Afrique bat déjà au rythme du Brésil

Le cœur de l'Afrique bat déjà au rythme du Brésil

Espoirs

Les chances de l'Afrique au Mondial

Les chances de l'Afrique au Mondial

sport

AFP

Macron, Weah et Mbappé mobilisés pour le sport en Afrique

Macron, Weah et Mbappé mobilisés pour le sport en Afrique

AFP

La course

La course

AFP

Canal+ lance une chaîne de sport en Afrique

Canal+ lance une chaîne de sport en Afrique

vélo

AFP

Cote d'Ivoire: hommage

Cote d'Ivoire: hommage

AFP

Au Caire, de rares femmes affrontent

Au Caire, de rares femmes affrontent

Roger ADZAFO

Bernard Hinault : « Armstrong n’a jamais fait de vélo sans rien prendre »

Bernard Hinault : « Armstrong n’a jamais fait de vélo sans rien prendre »