mis à jour le

Journée du 29 juin 2013 : Le collectif des femmes pour la défense de la constitution (COFEDEC) se fait entendre

Le débat sur le Sénat continue de susciter des réactions de la part de citoyens. Qui pour approuver, qui pour dire leur refus. Ainsi en est-il du COFEDEC qui appelle à la mobilisation pour dit-il, la défense de la constituions.

Sourd une fois de plus aux gémissements des femmes face à la vie chère, aux difficultés multiformes qu'elles rencontrent pour les études universitaires de leurs enfants et aveugle devant les souffrances qu'elles éprouvent dans les structures de santé démunies pour soigner leurs enfants malades, le pouvoir actuel de la VIème République a décidé de foncer contre tout bon sens pour mettre en place un sénat inutile et budgétivore. Il a, comme dans ses habitudes, opté de satisfaire les besoins de la minorité au pouvoir au détriment du plus grand nombre.

Face aux arguments pertinents exposés par les partis de l'opposition et la société civile, qu'il nous est ici inutile de reprendre, les partisans de la mise en place immédiate du sénat n'ont de réplique que le fait déjà constitutionnel de l'institution et l'argutie du renforcement de la démocratie.

Pour le premier argument avancé, le COFEDEC, dans son manifeste publié il y a quelques semaines, avait dénoncé l'iniquité de la modification de la constitution instituant le sénat et octroyant l'amnistie aux anciens chefs de l'Etat.

Ces modifications, rappelons le, ainsi que celle de l'article 37 en 1997(et projetée encore en cette année), n'ont servi et ne serviront que des intérêts de groupes limités. Aujourd'hui, le pouvoir et se alliés se font forts de la constitutionnalisation du sénat comme argument pour exiger sa mise en place immédiate.

Il est de droit reconnu que nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes. C'est comme le fautif reconnu comme tel, mais qui revendique que lui soient attribués les éventuels retombées positives de sa faute, au lieu de contribuer à la réparation de celle-ci. Et il serait bien plus facile de supprimer cette disposition constitutionnelle que de mettre en ½uvre le sénat.

L'argument de l'approfondissement de la démocratie ne résiste pas longtemps à l'analyse lorsqu'on examine la composition même du sénat telle que préconisée par la loi organique qui la définit : jusqu'à 29 sénateurs seront nommés par le président du Faso ; la plus grande majorité des autres proviendront ou seront très proches du parti au pouvoir.

Pour le COFEDEC, la mise en place du sénat ne vise qu'à préparer le tripatouillage de la constitution par la modification de l'article 37 et au passage la récompense de vieux compagnons politiques devenus sérieusement dés½uvrés et dangereusement encombrants.

C'est pourquoi le COFEDEC, opposé aux tripatouillages de notre constitution et surtout à la modification de l'article 37, convaincu que l'argent destinés au sénat peut et doit servir à l'amélioration des conditions d'études et vie des burkinabés, appelle toutes les femmes, politiques ou non, de la société civile, à sortir nombreuses le 29 juin 2013 pour dire non :
- à la mise ½uvre du sénat
- à la modification de l'article 37
- à la vie chère
- à l'impunité
- à la corruption
- au chômage des jeunes
- aux blanchiments des années de nos enfants

Femmes du Burkina Faso, l'avenir de nos enfants est entre nos mains à présent !

Pour le COFEDEC : Marie Madeleine SOMDA : 77 76 21 21 [email protected]

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

2013

AFP

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

AFP

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

AFP

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013

collectif

AFP

Un collectif d'"amis" de Lamine Diack verse sa caution

Un collectif d'"amis" de Lamine Diack verse sa caution

AFP

Burundi: un collectif de journalistes veut continuer d'informer "pour que le monde sache"

Burundi: un collectif de journalistes veut continuer d'informer "pour que le monde sache"

AFP

Algérie: un collectif féministe dénonce le blocage d'une loi contre les violences conjugales

Algérie: un collectif féministe dénonce le blocage d'une loi contre les violences conjugales

femmes

Droits des femmes

Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales

Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales

AFP

Kenya: "Est-ce halal?" demandent des femmes sur la contraception

Kenya: "Est-ce halal?" demandent des femmes sur la contraception

AFP

La Fashion week d'Accra, un pas pour l'émancipation des femmes

La Fashion week d'Accra, un pas pour l'émancipation des femmes