mis à jour le

Barack Obama sur l'île de Gorée, 27 juin 2013. REUTERS/Jason Reed
Barack Obama sur l'île de Gorée, 27 juin 2013. REUTERS/Jason Reed

Le pèlerinage des noirs américains en Afrique

Les Afro-Américains marchent sur les pas de leurs ancêtres déportés depuis les côtes sénégalaises.

Les noirs américains veulent en savoir plus sur leurs ancêtres africains. Ils sont nombreux à faire des tests génétiques ou dépenser des fortunes pour marcher sur les pas de leurs très lointains ancêtres.

A l'instar de Barack Obama qui, avec son épouse et leurs enfants, ont visité, ce 27 juin, l'île de Gorée symbole de la traité négrière, les noirs américains passent obligatoirement par ce haut lieu de l'histoire de la traite africaine. Comme des pélerins, ils se recueillent, raconte le quotidien Le Monde.

«Certains visiteurs font des libations à leur arrivée. Ils forment un cercle et ferment les yeux, versent du lait et de la bière sur le sable, raconte un témoin sénégalais. Ils pensent être arrivés chez eux. C'est un moment d'intense émotion.»

«Un jour, une Américaine m'est tombée dans les bras. Elle disait que j'étais le portrait de sa sœur et étaient persuadée que nous étions parents, raconte Kine Diop, une vendeuse de souvenirs à Gorée. Elle n'arrivait plus à me quitter. J'ai fini par pleurer avec elle.»

Le mémorial, de renommée internationale, attire tant les grandes personnalités de ce monde comme Nelson Mandela ou Barack Obama, que les descendants des esclaves déportés depuis les côtes du Sénégal. Un quart des 42 millions de noirs américains d'aujourd'hui ont des ancêtres originaires de cette partie de l'Afrique.

«C'est dire l'importance que revêt l'Afrique de l'Ouest francophone pour le secteur du tourisme mémoriel américains —les Black Heritage Tours— y font florès», ajoute Le Monde.

Depuis plusieurs années, le business des tests génétiques explose. Ces analyses permettent notamment aux Noirs Américains de connaître leur ethnie d'origine.

«L'esclavage avait systématiquement effacé cette connaissance. L'ADN élucide un mystère douloureux  dont [les noirs] recherchent le secret de façon obsessionnelle, celui de leur identité», s'enthousiame Henry Louis Gates, professeur à Harvard et célébrité des études afro-américaines.

Les tests ADN ont aussi suscité de vives critiques au sein de la société américaine. Des tests sont vendus sur Internet sans que la qualité soit garantie. Par ailleurs, les données ADN recueillies en Afrique ne correspondent pas forcément aux véritables ethnies dont sont originaires les clients américains.

Lu sur Le Monde. fr

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: L'Algérie, premier importateur d'armes sur le continent africain  Le nouveau développeur star de Google est un Camerounais de 17 ans  Les fumeurs algériens se lamentent de la pénurie de cannabis 

Dakar

AFP

Gambie: scènes de liesse après l'investiture d'Adama Barrow

Gambie: scènes de liesse après l'investiture d'Adama Barrow

AFP

Tchad: le président déchu Hissène Habré jugé en appel

Tchad: le président déchu Hissène Habré jugé en appel

AFP

Le procès de l'ex-président tchadien Habré le 9 janvier

Le procès de l'ex-président tchadien Habré le 9 janvier

Barack Obama

Election présidentielle américaine

Trump a invité le demi-frère kenyan d'Obama au dernier débat présidentiel

Trump a invité le demi-frère kenyan d'Obama au dernier débat présidentiel

Etats-Unis

Dans la primaire républicaine, Ben Carson joue de ses origines africaines

Dans la primaire républicaine, Ben Carson joue de ses origines africaines

Au bout du fil

Quand Jacob Zuma ne raccroche pas son téléphone pour saluer Barack Obama

Quand Jacob Zuma ne raccroche pas son téléphone pour saluer Barack Obama

Africains-Américains

Diasporas

Les mille et une façons d'être noir aux Etats-Unis

Les mille et une façons d'être noir aux Etats-Unis

Stéréotypes

Tous les noirs ne sont pas chrétiens

Tous les noirs ne sont pas chrétiens

Blackness

La blackness, un truc cool et bankable

La blackness, un truc cool et bankable