mis à jour le

Mondial Fifa U-20, Mali-Mexique : Dougoutigui a confiance au mental de son groupe

Dougoutigi et Tiécoro Keita face à la presse cet après-midi

«Je respecte tous nos adversaires. Mais, nous n'avons d'autres choix que de battre le Mexique demain pour atteindre notre objectif principal : franchir le cap du premier tour» ! C'est la quintessence des différentes déclarations faites à la presse par Moussa Kéita dit Dougoutigui hier et aujourd'hui (26 et 27 juin 2013).

 

En effet, les Aiglons disputent leur dernier match de poule ce vendredi 28 juin 2013 contre le Mexique au Kamil Ocak Stadium de Gaziantep (18 heures T.U). Une rencontre déterminante pour la qualification en 8e de finale contre un adversaire qui aura aussi à c½ur de remporter la partie. Il est vrai que, malgré ces deux défaites, le Mexique n'est pas encore mathématiquement éliminé. A défaut, il voudra sauver l'honneur.

 

Lors de différentes interviews et du point de presse, qu'il a animé cet après-midi avec Tiécoro Kéita, Dougoutigui s'est dit conscient qu'il lui faut les trois points et, ces deux jours, il a travaillé dans ce sens avec ses protégés. A ceux-ci, il a demandé d'être solidaires et surtout de s'engager totalement pour obtenir le gain du match.

 

En plus de cette indispensable solidarité, Boubacar Diarra et ses coéquipiers doivent être surtouts agressifs et efficaces à l'attaque. En tout cas, Dougoutigui se dit confiant et mise surtout sur le mental de ses jeunes joueurs pour battre les Mexicains.

Moussa Bolly C.C/MJS pour Maliweb.net

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

FIFA

AFP

Un Mondial

Un Mondial

AFP

Avec comme N.2 une femme venant de l'ONU, la Fifa veut redorer son image

Avec comme N.2 une femme venant de l'ONU, la Fifa veut redorer son image

FIFA

Quand Sepp Blatter était envoyé au Burundi pour convaincre Nkurunziza de se retirer

Quand Sepp Blatter était envoyé au Burundi pour convaincre Nkurunziza de se retirer