mis à jour le

Magistrats burkinabè : La démission du ministre de la justice est-elle la solution ?

Encore une affaire de gros sous dorés (plus de 550 millions de F CFA) et qui, une fois de plus, met le pouvoir judiciaire burkinabè au-devant d'un cirque médiatico-judiciaire pour emprunter l'expression à Daniel Soulez Larivière. Des magistrats qui se donnent en spectacle, l'opinion médusée apprend désormais que les syndicats de la magistrature veulent frapper fort, en demandant ni plus ni moins que le départ de leur ministre, lui-même magistrat de surcroît.

En tout état de cause, c'est une affaire plus qu'embarrassante pour tous les protagonistes. J'ajouterai qu'elle ne va pas dans le sens d'un rapprochement de la justice et du justiciable.

C'était pourtant l'un des défis auxquels l'ensemble des acteurs devait normalement s'atteler après de nombreuses rencontres tenues sur le sujet. Au contraire, le citoyen découvre encore une fois médusé, la réalité d'une justice brinquebalante, fortement politisée, à forte odeur d'argent et qui a beaucoup de mal à se défaire des pressions internes ou externes.

Encore et toujours la justice

La démission du ministre Dramane Yaméogo va-t-elle résoudre le problème ? A supposer un instant que ce dernier ne soit plus à son poste, cela fera combien de ministres usés en moins de quelques années : 4 depuis 2007. De Zakalia Koté à Salamata Sawadogo en passant par Jérôme Traoré.

Autant de ministres qui ne seront pas parvenus à asseoir une gouvernance judiciaire efficiente. Du reste, ils appartiennent tous au même corps de la magistrature. Le problème se trouve donc ailleurs et les syndicats qui feignent de ne pas le savoir, en sont désormais pour leurs frais.

Le ver est dans le fruit

Je me souviens avoir demandé au cours d'une rencontre à l'un des signataires de la déclaration exigeant le départ du ministre de la justice, si la configuration actuelle du Conseil supérieur de la magistrature ne constituait pas en elle-même un risque pour l'affirmation de l'indépendance du pouvoir judiciaire au Burkina Faso. Il m'a répondu que « non ». Car dans le principe cela ne leur posait pas de problème, a-t-il ajouté.

Alors, pendant que nous y sommes, il faudrait pousser la logique plus loin en exigeant aussi la démission du ministre des mines, celle du Chef du gouvernement et même celle du président du conseil supérieur de la magistrature pour être plus complet.

Trop d'inconséquences

Un ministre de la justice burkinabè a affirmé qu'à compétences égales, il préférait des juges acquis. Un autre lui a emboité le pas en laissant entendre que le Directeur général des douanes de l'époque, n'était pas un justiciable comme tous les autres. Sur tous ces points les lignes n'ont pas beaucoup bougé.

C'est dire que la situation qui est celle d'aujourd'hui résulte d'une accumulation d'impairs dont les premiers responsables sont les magistrats eux-mêmes. Qui se rappellent subitement aux bons souvenirs de leur sacrosainte indépendance, dès lors qu'il est question de sanctions à leur endroit.

Après l'affaire Justin Zongo, n'est-ce pas sous la pression du politique que le dossier a été jugé ?

En outre la non soumission à l'autorité de la chose jugée date-t-elle d'aujourd'hui ? Il faut bien reconnaître que non. Pour ceux qui en douteraient encore, je les invite à relire l'interview que nous accordée le Bâtonnier de l'Ordre des avocats du Burkina, Me Mamadou Traoré.

Juvénal Somé
Lefaso.net

Lire aussi : Me Mamadou Traoré, Bâtonnier de l'Ordre des avocats du Burkina : « Je n'ai pas trouvé de documents ni d'archives après mon installation... »

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

magistrats

AFP

Madagascar: corruption, pressions...les magistrats se rebiffent

Madagascar: corruption, pressions...les magistrats se rebiffent

AFP

Mali: grève des magistrats pour des hausses de salaires, d'indemnités et de nouvelles primes

Mali: grève des magistrats pour des hausses de salaires, d'indemnités et de nouvelles primes

AFP

Niger: les magistrats dénoncent "l'immixtion" du régime dans "le traitement de dossiers judiciaires"

Niger: les magistrats dénoncent "l'immixtion" du régime dans "le traitement de dossiers judiciaires"

démission

AFP

Congo: démission du gouvernement du Premier ministre Clément Mouamba

Congo: démission du gouvernement du Premier ministre Clément Mouamba

AFP

Tunisie: démission du gouverneur de Tataouine sur fond de troubles sociaux

Tunisie: démission du gouverneur de Tataouine sur fond de troubles sociaux

AFP

Tunisie: démission surprise du président de l'instance électorale

Tunisie: démission surprise du président de l'instance électorale

ministre

AFP

Gabon: le ministre d'ouverture Ben Moubamba écarté

Gabon: le ministre d'ouverture Ben Moubamba écarté

AFP

Rwanda: Kagame choisit un inconnu comme Premier ministre

Rwanda: Kagame choisit un inconnu comme Premier ministre

AFP

Algérie: gouvernement remanié après le limogeage du Premier ministre

Algérie: gouvernement remanié après le limogeage du Premier ministre