mis à jour le

Cour d’assises de Mopti : 42 ACCUSES A LA BARRE

Ils sont impliqués dans 23 affaires de meurtres, d'infanticide, de pédophilie, d'association de malfaiteurs ou d'usurpation de fonction ou de titre, etc.

Les travaux de la première session ordinaire de la Cour d'assises de Mopti ont démarré lundi avec  23 affaires inscrites au rôle général, concernant 42 accusés dont 4 femmes.

L'ouverture de cette première session de l'année judiciaire 2012-2013 qui se déroule du 24 juin au 8 juillet, était présidée par le premier président de la Cour d'appel de Mopti, Mahamadou Berthé. Y ont assisté le  gouverneur de région, Ibrahima Hamma Traoré, le préfet du cercle de Mopti, Yaya Diallo, des  chefs  de services régionaux, des membres de la famille judiciaire et de nombre d'assistants.

Durant deux semaines, la cour statuera sur 23 affaires impliquant 42 accusés pour des infractions contre les personnes : 8 cas  de coups mortels ; 2 d'infanticide ; 1 de pédophilie ; 2 de viols ; 2 assassinats ;  2 meurtres ; 1 cas de coups et blessures volontaires aggravés. Des infractions contre les biens, 2 incendies volontaires, 2 cas de vol qualifié et d'association de malfaiteurs et une affaire  d'usurpation de fonction et de titre, figurent aussi au programme.

A l'entame des travaux, après  la présentation,  la  prestation de serment  et le renvoi à leur fonction des assesseurs par le président Mahamadou Berthé, le procureur général près de la Cour d'appel de Mopti, Alfisséni  Diop,  a salué l'organisation de cette session qui n'était pas gagnée d'avance eu égard à la crise du nord qui a provoqué la fermeture de la quasi-totalité des juridictions du ressort de la Cour d'appel de Mopti et la disparition des dossiers de procédure.

Il a rappelé que l'instruction des multiples crimes perpétrés dans les zones occupées (Douentza, Ténenkou, Youwarou, Gao, Tombouctou et Kidal) a été confiée à un juge d'instruction du tribunal de première instance de la Commune III du District de Bamako en attendant le retour des autorités judiciaires du ressort de la Cour d'appel de Mopti.

Malgré la situation de crise, la justice doit suivre son cours normal. Il est inadmissible de tolérer de nos jours au Mali, une vieille nation pétrie de plus de mille ans d'histoire, une civilisation basée sur le dialogue permanent et la coexistence pacifique, que certains continuent  recourir aux armes comme mode d'expression ; des gens qui du reste se sont illustrés par leur ambiguïté politique, leur complicité terroriste et leur velléité sécessionniste, a fait remarquer Alfisséni  Diop.

Le procureur a ensuite remercié les magistrats, greffiers, secrétaires des Greffes et Parquets, personnel d'appui, officiers et agents de police judiciaire, auxiliaires de justice et piquet  d'honneur.

Le représentant du Barreau, Me Simon Lougué, s'est félicité de la tenue de cette session  un an après la précédente malgré la situation particulière qui prévaut. Il a remercié le gouvernement a travers le ministère de la Justice pour les efforts consentis dans le cadre du respect des droits de la personne humaine.

D. COULIBALY

AMAP-Mopti

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

Mopti

AFP

Mali : 72 morts dans l'accident de pirogue dans la région de Mopti

Mali : 72 morts dans l'accident de pirogue dans la région de Mopti

La Rédaction

Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire

Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire

La Rédaction

Mopti : A COUTEAUX TIRES

Mopti : A COUTEAUX TIRES