mis à jour le

Les "institutions fortes" souhaitées par Obama exigent la compétence des juges, selon un magistrat

La réalisation du souhait du président des Etats-Unis Barack Obama d'avoir en Afrique des "institutions fortes" appelle un devoir de compétence de la part des juges du continent, a déclaré jeudi le premier président de la Cour suprême du Sénégal, Papa Oumar Sakho.

"Les +institutions fortes+ que vous appelez de tous vos v½ux pour l'Afrique exigent, en ce qui concerne la justice, des juges compétents", a affirmé M. Sakho, dans une allocution prononcée lors d'une séance de travail de juges africains avec le président Obama.

Ce dernier effectue depuis mercredi soir une visite de deux jours dans la capitale sénégalaise. Cette visite est la première étape d'une tournée africaine devant prendre fin le 3 juillet. Obama se rendra à cette occasion en Afrique du Sud et en Tanzanie.

M. Sakho a cité une célèbre phrase prononcée par M. Obama en juillet 2009 à Accra (Ghana), lors de son premier mandat : "L'Afrique n'a pas besoin d'hommes forts, elle a besoin d'institutions fortes."

De l'avis de Papa Oumar Sakho, s'ils sont compétents, les juges "ont les principes fondamentaux de la justice, c'est-à-dire l'indépendance et l'impartialité, chevillés au corps, des juges qui doivent non seulement être indépendants mais aussi être perçus comme indépendants".

"Ils doivent ½uvrer chaque jour, en toute responsabilité, au renforcement du processus démocratique, à l'instauration d'une société juste et équitable et à la matérialisation de l'idée de la justice comme service public", a-t-il poursuivi. "Il ne saurait y avoir de démocratie sans un pouvoir judiciaire fort, parce qu'indépendant."

"A travers leurs décisions et actes, ils (les juges) doivent ½uvrer chaque jour, en toute responsabilité, au renforcement du processus démocratique, à l'instauration d'une société juste et équitable et à la matérialisation de l'idée de la justice comme service public", a-t-il poursuivi.

M. Obama rencontrait, au siège de la Cours suprême du Sénégal, les chefs des institutions s½urs du Bénin, du Botswana, de la Côte d'Ivoire, du Gabon, du Ghana, du Kenya, du Malawi, du Niger, de l'Ouganda et de la Zambie.

Selon M. Sakho, la "séance de travail" du président américain avec ces magistrats portait sur "l'importance de l'indépendance du pouvoir judiciaire dans la construction d'une démocratie véritable".

Les Etats-Unis sont "une nation qui, à travers l'histoire et partout dans le monde, a joué un rôle important dans la défense de la liberté et de la démocratie", a souligné Papa Oumar Sakho.

Le pouvoir judiciaire est "l'un des piliers" de la démocratie américaine, a-t-il rappelé, louant le principe de "l'inamovibilité des juges" dans ce pays.

"L'intervention de la justice s'applique dans des domaines aussi divers que la dévolution du pouvoir politique, à travers le juge des élections, la protection des libertés individuelles et publiques, le contrôle de la bonne gouvernance financière, et la participation à l'½uvre de développement par la sécurisation judiciaire des transactions économiques", a rappelé M. Sakho.

Le pouvoir judiciaire participe aussi à "la stabilité politique, en raison de son rôle de régulation sociale. C'est dire que sa place est centrale dans l'édification et la pérennisation de la démocratie", a-t-il encore dit.
APS

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

Obama

AFP

Obama et l'Afrique, un héritage surtout symbolique

Obama et l'Afrique, un héritage surtout symbolique

AFP

Obama inaugure un musée pour mieux comprendre l'histoire afro-américaine

Obama inaugure un musée pour mieux comprendre l'histoire afro-américaine

AFP

Au Liberia, Michelle Obama invite les jeunes filles

Au Liberia, Michelle Obama invite les jeunes filles