mis à jour le

Rencontre avec le député FFS de l’émigration

De mémoire d'immigrant algérien au Canada, c'est la première fois qu'un député de l'émigration donne signe de vie après son élection. Depuis 1997, année à partir de laquelle l'APN accueille des représentants des Algériens de l'étranger, aucun «élu du peuple» n'a daigné se déplacer pour rencontrer ses électeurs à Montréal. Une ville dans laquelle réside la majorité des Algériens du Canada. Ils sont estimés à près de 100 000, dont quelque 2500 dans la grande région de Toronto, dans la province anglophone de l'Ontario, et un autre millier en Alberta. L'acte du député FFS, Belkacem Amarouche, en lui-même, n'a rien d'extraordinaire, mais  tranche avec les m½urs des députés algériens plus enclins à entériner automatiquement les textes proposés par le gouvernement et, accessoirement, s'attaquer aux journalistes en plein hémicycle. C'est à l'invitation de l'association des Amis de l'Algérie plurielle, créée en mars dernier, que le député de la zone Europe hors France et des Amériques a animé, hier, une rencontre-débat avec les membres de la communauté algérienne du Canada. Une rencontre qui s'est tenue au quartier Le Petit Maghreb en présence de la députée fédérale canadienne d'origine algérienne Sadia Groguhé, du Nouveau parti démocratique (NPD). Une rencontre suivie d'un passage à l'émission Taxi Maghreb de Radio centre-ville de Montréal. Belkacem Amarouche a reconnu dès le début que le changement en Algérie ne viendra pas de l'APN elle-même, mais plutôt de la mobilisation citoyenne. Reprenant la rhétorique du FFS, celui qui a été le plus jeune secrétaire national du parti de Hocine Aït Ahmed a rappelé la nature pédagogique de la participation de son parti à l'actuelle Assemblée. Il a estimé que le changement ne se fera pas obligatoirement avec le pouvoir actuel encore moins avec la violence, tout en reconnaissant les limites de la voie pacifique. «Nous faisons de la politique tout en respectant l'unité nationale. Parce que l'environnement international ne nous est pas favorable du tout. Nous ne voulons pas fragiliser l'Algérie. Tout en étant actifs, nous sommes les garde-fous de cette unité nationale», a estimé ce natif de Bordj Bou Arréridj qui vit depuis une quinzaine d'années en Belgique. S'il se réjouit des 50 ans du FFS qui seront célébrés le 29 septembre prochain, Belkacem Amarouche, l'est moins devant le bilan des 50 ans d'indépendance. Pour lui, c'est un demi-siècle d'échecs. «Le pouvoir algérien a détruit l'Algérie en 50 ans. Il faudrait repenser le projet Algérie», estime ce juriste. L'émigration algérienne pourrait y jouer un rôle. L'Etoile nord-africaine, à la naissance du nationalisme algérien, n'a-t-elle pas été fondée par un noyau d'émigrés en France ? Il faut reconnaître que l'assistance n'était pas acquise, loin de là. Mais l'orateur a eu l'intelligence de saisir rapidement les profils des présents et d'interagir harmonieusement avec.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

rencontre

AFP

Mozambique: rencontre entre le président et le chef de l'opposition pour la paix

Mozambique: rencontre entre le président et le chef de l'opposition pour la paix

AFP

Rencontre entre rivaux libyens

Rencontre entre rivaux libyens

AFP

Rencontre entre le dalaï lama et le président du Botswana en août

Rencontre entre le dalaï lama et le président du Botswana en août

député

AFP

Sénégal: l'ex-président Wade renonce

Sénégal: l'ex-président Wade renonce

AFP

L'Ougandais Bobi Wine, "président du ghetto" et star du reggae devenu député

L'Ougandais Bobi Wine, "président du ghetto" et star du reggae devenu député

AFP

RDC: plus de 3.000 morts au Kasaï selon un député d'opposition

RDC: plus de 3.000 morts au Kasaï selon un député d'opposition

FFS

La rédaction

FFS : les victimes des événements survenus en Algérie entre 1963 et 1965 considérées comme des chahids

FFS : les victimes des événements survenus en Algérie entre 1963 et 1965 considérées comme des chahids

La rédaction

LNT

Algérie: le FFS boycotte l’ouverture du Parlement

Algérie: le FFS boycotte l’ouverture du Parlement