mis à jour le

Ajournement du procès de l'artiste chanteur Réda Sika à la prochaine session criminelle

Le procès de l'artiste chanteur Réda Sika, accusé  de trafic de drogue en 2011 dans le cadre d'un groupe criminel organisé, a été  reporté jeudi par le tribunal criminel d'Alger à la prochaine session criminelle, a constaté l'APS sur place.   Vingt et un (21) autres accusés dont deux (2) en état de fuite, sont  également poursuivis dans cette affaire. Ils doivent aussi répondre du chef  d'inculpation de constitution d'une association de malfaiteurs.  C'est devant une salle archi-comble, constituée de familles des accusés  ainsi que d'un nombre d'artistes que le juge Omar Benkharchi avait décidé de  ce renvoi en raison de l'absence de la défense de deux inculpés.  Steward à Air Algérie, Réda Sika avait profité de cette qualité --selon  l'arrêt de renvoi--pour pouvoir acheminer lors de ses voyages à Bamako (Mali)  et en Espagne différentes quantités de cocaïne pour le compte de l'accusé principal dans cette affaire, à savoir le dénommé F. Abdennour, un trafiquant de drogue  notoire. F. Abdennour, avait reconnu lors de l'instruction avoir recruté, en 2008, un groupe de stewards parmi lesquels figurait Réda Sika pour l'acheminement  des quantités "plus ou moins importantes" de cocaïne depuis Bamako et l'Espagne.  Réda Sika avait nié, le long de l'instruction judiciaire, les faits  qui lui ont été reprochés, reconnaissant cependant avoir consommé de temps à  autre de la drogue sans pour autant la commercialiser ou la transporter. Les faits remontent à 2011 après que les services de sécurité d'Alger  eurent été informés de "l'existence à Alger d'un réseau international spécialisé  dans le trafic de cocaïne provenant de Bamako et d'Espagne" a-t-on encore appris  auprès de cette source. Il s'est avéré, après les informations reçues, que le réseau dirigé  par l'accusé F. Abdennour, avait chargé un groupe de stewards travaillant à  Air Algérie d'acheminer cette drogue. Les services de sécurité sont parvenus le 2 octobre 2011 à arrêter l'un  des stewards à l'aéroport Houari-Boumediene venant de Bamako "en ayant en sa  possession une quantité de cocaïne pure", avant d'interpeller les autres accusés dont certains acheminaient de la drogue à partir de Bamako ou d'Espagne pour la remettre à des personnes qui se chargeaient, ensuite, soit de la commercialiser  dans la capitale ou de la revendre au détail à des toxicomanes.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

procès

AFP

Nigeria: l'indépendantiste biafrais Nnamdi Kanu absent

Nigeria: l'indépendantiste biafrais Nnamdi Kanu absent

AFP

Maroc: le procès des partisans du mouvement de contestation

Maroc: le procès des partisans du mouvement de contestation

AFP

Nigeria: l'indépendantiste biafrais Nnamdi Kanu absent

Nigeria: l'indépendantiste biafrais Nnamdi Kanu absent

chanteur

AFP

Manif interdite en Guinée: un chanteur contestataire détenu près de 24 heures

Manif interdite en Guinée: un chanteur contestataire détenu près de 24 heures

AFP

A Bamako, le chanteur -M- fait lever le public

A Bamako, le chanteur -M- fait lever le public

AFP

Sénégal : décès du chanteur Ablaye Mbaye

Sénégal : décès du chanteur Ablaye Mbaye