mis à jour le

Algérie: un patron de presse interdit de quitter le pays

Le directeur de publication de deux quotidiens algériens, Hichem Aboud, accusé d'atteinte à la sécurité de l'Etat, a affirmé mercredi à Alger s'être vu interdire de quitter le territoire alors qu'il s'apprêtait à se rendre en Tunisie.

"Ce matin, je devais me rendre à Tunis pour participer à une émission sur une chaîne de télévision tunisienne mais à l'aéroport d'Alger, un officier de police m'a informé que j'étais interdit de sortie du pays", a déclaré M. Aboud lors d'une conférence de presse.

Selon son avocat, Me Khaled Berguel, cette décision "a un lien direct" avec les poursuites engagées contre son client par le parquet "pour atteinte à la sécurité de l'Etat", après l'annonce censurée le 19 mai en Une de Mon journal et son pendant arabophone, Djaridati, d'une "détérioration" de l'état de santé du président Abdelaziz Bouteflika. Ce dernier est hospitalisé depuis le 27 avril à Paris à la suite d'un AVC.

"Mon client n'a été destinataire d'aucune convocation du parquet ou de la police, comme il n'a pas encore été entendu sur ces accusations", a précisé l'avocat.

Le parquet d'Alger a ordonné l'ouverture d'une information judiciaire contre M. Aboud le 19 mai pour "atteinte à la sécurité de l'Etat, à l'unité nationale, à la stabilité et au bon fonctionnement des institutions".

Depuis cependant, M. Aboud a pu sortir d'Algérie à trois reprises pour se rendre en France, où il a participé à des émissions sur plusieurs chaînes de télévision françaises, puis à Genève où il a pris part en tant qu'observateur à une réunion de la commission des droits de l'Homme de l'ONU.

M. Aboud, qui est rentré en Algérie en 2011 après un exil volontaire de 15 ans, a accusé le frère cadet du chef de l'Etat, Saïd Bouteflika, d'être à l'origine de ses "tracasseries actuelles".

"Je n'irai pas par quatre chemins: c'est Saïd Bouteflika qui est derrière la censure de mes deux journaux et cette interdiction de sortie du territoire. C'est lui qui dirige le pays", a accusé M. Aboud.

La presse algérienne prête à Saïd Bouteflika, 57 ans, frère cadet et conseiller spécial du président Bouteflika, de larges pouvoirs.

Le chef de l'Etat, présenté comme mal en point par certains organes de presse, est apparu le 12 juin pour la première fois depuis son hospitalisation à la télévision publique algérienne assis dans un fauteuil et buvant du café. Une manière de faire taire des rumeurs alarmistes qui le disaient même mort.

AFP

Ses derniers articles: Trump salue le "potentiel" de l'Afrique où ses amis vont pour "devenir riches"  Le président soudanais presse les citoyens du Darfour de rendre leurs armes  RDC: 12 morts et 92 diparus dans une inondation dans l'est 

presse

AFP

Le président soudanais presse les citoyens du Darfour de rendre leurs armes

Le président soudanais presse les citoyens du Darfour de rendre leurs armes

AFP

Burundi: l'ONU presse la CPI d'enquêter sur des crimes contre l'humanité

Burundi: l'ONU presse la CPI d'enquêter sur des crimes contre l'humanité

AFP

Présidentielle kényane annulée: la presse salue la "maturation" de la démocratie

Présidentielle kényane annulée: la presse salue la "maturation" de la démocratie

interdit

AFP

Secours aux migrants: la Libye interdit "tout navire étranger" près de ses côtes

Secours aux migrants: la Libye interdit "tout navire étranger" près de ses côtes

AFP

Guinée équatoriale: un journal interdit pour avoir parlé de censure

Guinée équatoriale: un journal interdit pour avoir parlé de censure

AFP

Un concert d'un Congolais

Un concert d'un Congolais

pays

AFP

A Rabat, la dépouille de Mobutu attend toujours son retour au pays

A Rabat, la dépouille de Mobutu attend toujours son retour au pays

AFP

Au Tchad, les réfugiés africains rêvent de rentrer au pays plutôt que d'Europe

Au Tchad, les réfugiés africains rêvent de rentrer au pays plutôt que d'Europe

AFP

Gabon: un an après la présidentielle, un pays en situation délicate

Gabon: un an après la présidentielle, un pays en situation délicate