mis à jour le

Afrique du Sud: Mandela sous assistance respiratoire, Zuma annule un voyage

Résignée, l'Afrique du Sud s'attendait mercredi soir à apprendre sous peu le décès de son ancien président Nelson Mandela, placé sous assistance respiratoire, alors que le chef de l'Etat Jacob Zuma a annulé un déplacement prévu jeudi au Mozambique.

Le président Jacob Zuma a fait annoncer l'annulation de son voyage après avoir rendu visite à son illustre prédécesseur à l'hôpital dans la soirée. 

Or, ses services avaient pourtant confirmé sa présence à ce sommet régional à plusieurs reprises ces dernières heures.

Le héros de la lutte contre l'apartheid était "dans un état toujours critique", selon un communiqué de la présidence.

"Le président Zuma a été informé de la situation par les médecins qui font toujours tout leur possible pour assurer son bien-être", ajoute le texte.

L'état de santé de Nelson Mandela s'est aggravé durant le week-end. Il avait été hospitalisé en urgence le 8 juin après une récidive de l'infection pulmonaire qui le tourmente depuis deux ans et demi.

Le prix Nobel de la paix 1993 est sous assistance respiratoire, a précisé à l'AFP Napilisi Mandela, un chef de clan venu de sa région natale du Transkei (sud) qui lui a rendu visite  Pretoria mercredi.

"Oui, il utilise des machines pour respirer", a dit le chef traditionnel. "C'est triste, mais c'est tout ce qu'on peut faire."

Résumant le sentiment général, le quotidien populaire Daily Sun titrait mercredi "La lutte finale". En Afrique du Sud, la "lutte" (struggle en anglais) désigne traditionnellement le combat contre le régime ségrégationniste de l'apartheid dont Mandela fut le plus illustre pourfendeur.

Devant une armée de journalistes venus du monde entier, de nombreux anonymes se sont pressés toute la journée et jusqu'à tard dans la soirée devant un mémorial improvisé sur le mur du Mediclinic Heart Hospital de Pretoria où a été admis celui que la plupart des Sud-Africains appellent affectueusement Madiba --de son nom de clan--, se photographiant à l'occasion devant une avalanche de posters, petits mots, fleurs, drapeaux, nounours, ballons...

La rue de l'hôpital a été interdite à la circulation, et la présence policière a été renforcée.

"C'est triste mais il n'y a rien que l'on puisse faire, à part souhaiter qu'il puisse être en paix", confie les yeux déjà brillants de larmes Franz, un père de famille venu en voisin avec son fils.

"Que ta bénédiction repose sur Madiba maintenant et à jamais. Donne lui, nous te prions, une nuit calme et une fin bonne et parfaite", a prié le révérend Thabo Makgoba, archevêque anglican du Cap.

Les visites se sont multipliées à l'hôpital ces deux derniers jours. D'abord réservées à la famille, elles ont été élargies à des proches, l'ancien médecin de Mandela et des ministres - notamment Nosoviwe Mapisa-Nqakula, la titulaire de la Défense, qui est aussi chargée de la santé des anciens chefs d'Etat.

Mandela voulait être enterré à Qunu

Des aînés et chefs traditionnels du clan royal des Thembus, auquel appartient Nelson Mandela, se sont rendus à son chevet mercredi.

Les Thembus sont une branche des Xhosas, peuple originaire de l'actuelle province du Cap oriental (sud) d'où vient l'ancien président.

Cette visite a été décidée lors d'une réunion familiale mardi à Qunu (sud), le village où Mandela dit avoir passé les plus belles années de son enfance et où il a souhaité être inhumé.

Une bonne partie de la famille veut, selon la presse, voir revenir à Qunu les dépouilles de trois enfants de Nelson Mandela. En 2011, Mandla, petit-fils de l'icône de la lutte anti-apartheid et désormais chef du clan, les avait fait transférer sans concertation à Mvezo, le village natal de Mandela situé à environ 30 kilomètres de là.

Furieux, Mandla a claqué la porte à la réunion de mardi, selon le quotidien The Sowetan.

Aucun membre de la famille n'a voulu faire de commentaire.

Les problèmes pulmonaires à répétition du père de la nation sud-africaine, dont c'est le quatrième séjour à l'hôpital depuis décembre, sont probablement liés aux séquelles d'une tuberculose contractée pendant son séjour sur l'île-prison de Robben Island, au large du Cap. Il y a passé dix-huit de ses vingt-sept années de détention dans les geôles du régime raciste de l'apartheid.

Libéré en 1990, Mandela a reçu en 1993 le prix Nobel de la paix pour avoir su mener à bien les négociations en vue d'installer une démocratie multiraciale en Afrique du Sud, conjointement avec le dernier président du régime de l'apartheid, Frederik de Klerk.

Mandela a été de 1994 à 1999 le premier président noir de son pays, un dirigeant de consensus qui a su gagner le coeur de la minorité blanche dont il avait combattu la mainmise sur le pouvoir.

Il n'est plus apparu en public depuis la finale de la Coupe du monde de football, en juillet 2010 à Johannesburg.

AFP

Ses derniers articles: La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine  Le cinéma russe  Génocide au Rwanda: verdict attendu au procès en appel de Simbikangwa 

Afrique

AFP

Afrique du Sud: test d'un nouveau vaccin contre le sida

Afrique du Sud: test d'un nouveau vaccin contre le sida

AFP

Afrique du Sud: l'ANC rejette "l'appel" à la démission de Jacob Zuma

Afrique du Sud: l'ANC rejette "l'appel" à la démission de Jacob Zuma

AFP

Afrique centrale: un sommet régional sur la sécurité

Afrique centrale: un sommet régional sur la sécurité

Mandela

AFP

Les "enfants" de Mandela veulent "décoloniser" la fac

Les "enfants" de Mandela veulent "décoloniser" la fac

Sida

Seize ans après, Durban se rappelle le discours fort d'un enfant sur le Sida

Seize ans après, Durban se rappelle le discours fort d'un enfant sur le Sida

AFP

Un agent de la CIA affirme avoir contribué

Un agent de la CIA affirme avoir contribué

assistance

La Rédaction

Déplacés

Déplacés

Lefaso.net

Non assistance à population en danger dans la province du Tuy (Houndé)

Non assistance à population en danger dans la province du Tuy (Houndé)

group promo consulting

Une assistance psychologique aux ex-otages d’Atoute Badiate

Une assistance psychologique aux ex-otages d’Atoute Badiate