mis à jour le

Education à l'environnement, la preuve par le ‘'sachet noir''

A la faveur des journées organisées par l'IGEDD, l'institut de génie de l'environnement et du développement durable, à l'université de Ouagadougou, un constat est revenu dans les interventions : l'éducation à l'environnement au Burkina est une nécessité.

Tous les intervenants aux journées de l'IGEDD ont été unanimes à le reconnaître, la question environnementale au Burkina demeure une vaste problématique. Et même une préoccupation qui si elle n'est pas bien maîtrisée, fragilise les efforts des pouvoirs publics.

Selon les spécialistes, 40% en moyenne des questions de développement peuvent être résolues si l'environnement est bien intégré dans le vécu quotidien des populations. Ce qui est loin d'être le cas actuellement.

La menace du sachet noir

Illustration du problème avec la question du ''sachet noir''. Qui, jusqu'à ce jour, ne connaît toujours pas une avancée réelle. Et ce, en dépit des campagnes de sensibilisations menées à la fois par les autorités et par les associations, appuyées par les ONG.

Dans les rues, sur de vastes étendues à perte de vue, et même en circulation, dans les marchés, dans les grandes surfaces, le péril demeure une équation quasi insoluble. Il constitue de ce fait une vraie menace à la fois pour l'environnement, les Hommes et les animaux

Impuissance générale

Le constat qui se dégage c'est une sorte d'impuissance générale face au problème. En raison sans doute de l'absence d'alternative. En effet, longtemps présentée comme la panacée, les emballages dits biodégradables peinent pour l'instant à s'imposer dans le quotidien des populations.

De même les quelques unités de recyclages des déchets plastiques qui ont vu opportunément le jour sont loin de pouvoir tenir le rythme, du fait des limites objectives qui sont les leurs.

Formation et éducation à l'environnement

Avec par exemple une population estimée à plus de 2 millions d'habitants et qui sont autant de consommateurs et donc des utilisateurs, Ouagadougou est un grand centre de productions de déchets. Lesquelles attendent que des solutions concrètes soient trouvées de la part des professionnels du domaine.

Pour les professionnels formés dans les écoles spécialisées et dans les instituts à l'image de l'IGEDD, le défi est immense : travailler à rattraper le retard technologique. Mais plus encore, ½uvrer à faire évoluer durablement les mentalités.

Juvénal somé

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

éducation

Ethnocentrisme

L'«éducation idéale» occidentale n'est pas la seule façon d'élever ses enfants

L'«éducation idéale» occidentale n'est pas la seule façon d'élever ses enfants

Sciences

Pourquoi l'Afrique a besoin des mathématiques pour accélérer son développement

Pourquoi l'Afrique a besoin des mathématiques pour accélérer son développement

Education

Les Nigérians économisent des milliers de dollars pour s'offrir un diplôme à l'étranger

Les Nigérians économisent des milliers de dollars pour s'offrir un diplôme à l'étranger