mis à jour le

« Infos écoles Burkina » : Parents d'élèves, recevez désormais les nouvelles de vos enfants par sms !

Avoir en permanence des informations sur les performances scolaires et les tendances comportementales de son enfant à l'école est l'un des soucis majeurs de tout parent d'élèves. Plus besoin de se rendre dans l'établissement où fréquente son enfant pour avoir lesdites informations. Ce, grâce à la magie des TIC. En témoigne la plateforme lancée par « Infos écoles Burkina », un système de transmission d'informations scolaires aux parents par SMS. Le produit a été officiellement lancé le 25 juin 2013 à la Maison de la femme de Ouagadougou.

Le lancement officiel de ce système électronique, sensé révolutionner la transmission des informations aux parents d'élèves, était présidé par le secrétaire général du ministère des enseignements secondaire et supérieur, Bila Dipama.

« Il arrive parfois qu'un parent d'élève se demande si son enfant se trouve à l'école, mais il n'a pas les moyens de le vérifier. Alors « Infos écoles Burkina » va lui permettre à partir de son portable, d'interroger et de savoir si son enfant est effectivement à l'école toute la journée », pense le président de la cérémonie.

Venant en appui au système classique par voie orale ou par courrier ordinaire, « Infos écoles Burkina est un produit innovateur, un produit utile à la fois pour les enseignants, pour les parents d'élèves que pour les élèves parce que c'est un outil qui permet d'avoir des informations sur les performances scolaires de l'élève, les tendances comportementales de l'élève et il n'est pas toujours facile pour les parents d'aller auprès de l'école de leur enfant pour avoir ces informations », a-t-il poursuivi.

C'est donc dire qu'avec ce service, le parent d'élève peut désormais garder le contact avec l'école de son enfant à n'importe quel endroit du monde sous couverture GSM.

Types d'informations

Cela se traduit par la réception des messages courts de 160 caractères maximum destinés à véhiculer les informations suivantes : Calendrier scolaire, résultats des examens, moyennes périodiques, notes de compositions, alertes de situations d'urgence, avis de l'association des parents d'élèves, avis de l'association des élèves, alertes absences, alertes retards, alertes épidémies, rappels de paiements divers (scolarités, cotisations, suivi-pédagogique).

La plateforme d'information scolaire, « Infos écoles Burkina », serait opérationnelle sur tous les réseaux téléphoniques du Burkina et du monde entier. « L'envoi des messages est aisé et peut être assuré par un agent de l'école formé par nos soins ou par l'équipe de veille de Infos écoles Burkina disponible et joignable 24h/24 pour assister et aider les écoles à l'envoi des messages », confie le promoteur, Fousséni Traoré.

Produit déjà testé par l'école internationale de l'Amitié

Par ailleurs, il précise que sa structure dispose d'assez de moyens techniques pour que le message soit livré à temps.

« On le fait déjà en Guinée, en Côte d'Ivoire, au Sénégal, en France et ça marche très bien, ici pourquoi pas ? », ajoute-t-il. Le produit a été testé au Burkina l'école internationale de l'Amitié de Ouagadougou durant l'année scolaire écoulée (2012-2013). Selon les témoignages de la directrice dudit établissement et d'un membre des parents d'élèves, le service serait très bénéfique aussi bien pour l'établissement que pour parents d'élèves.

L'avantage pour l'élève ?

Cet outil a certes d'énormes avantages pour les parents d'élèves. Mais, qu'en est-il du premier concerné à savoir l'élève ? Cette plateforme permet à l'élève d'être suivi de près par ses parents. Ce qui peut être une source de stimulation dans le travail. Il peut être contacté à tout moment. S'il lui arrive quelque chose, son établissement a la possibilité d'informer ses parents. Ce sont entre autres avantages énumérés par le promoteur de la plateforme.

En clair, le projet se donne pour objectif de créer le lien entre le parent d'élève et l'école de son enfant. Toute chose qui devrait permettre de résoudre bien de conflits entre élèves et parents. « Un enfant qui va bénéficier de ce service va se mettre au travail, sera mieux ouvert à ses parents parce qu'il sait que ses parents sont informés. Nous pensons que ça va réduire si non détruire tout ce qui est conflit entre parent et élève », estime Fousséni Traoré.

La direction régionale du Centre a signé un partenariat avec le promoteur d'« Infos écoles Burkina » afin de permettre aux directeurs des 450 établissements de la région d'avoir la possibilité de recevoir en l'espace de quelques secondes la même information.

L'adhésion à cette technologie est libre pour chaque établissement. Selon le promoteur, il coûtera 500f par élève et par mois.

Parents d'élèves, préparez donc vos poches. Mais, le jeu n'en vaut-il pas la chandelle ?

Moussa Diallo

Faso-tic.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

écoles

AFP

En Afrique, la Turquie livre une guerre totale

En Afrique, la Turquie livre une guerre totale

AFP

Les écoles brûlent au Kenya et le pays se demande pourquoi

Les écoles brûlent au Kenya et le pays se demande pourquoi

AFP

Afrique du Sud: incendie criminel

Afrique du Sud: incendie criminel

Burkina

AFP

Burkina Faso: un plan de développement de 23,5 milliards d'euros

Burkina Faso: un plan de développement de 23,5 milliards d'euros

AFP

Burkina Faso: le gouvernement affirme avoir déjoué un putsch

Burkina Faso: le gouvernement affirme avoir déjoué un putsch

AFP

Le Burkina Faso inaugure sa première usine de lampes solaires

Le Burkina Faso inaugure sa première usine de lampes solaires

parents

AFP

Nigeria: les parents des "filles de Chibok" reçus

Nigeria: les parents des "filles de Chibok" reçus

AFP

Une Nigériane accuse ses parents de l'avoir poussée

Une Nigériane accuse ses parents de l'avoir poussée

AFP

Malala demande au président nigérian de rencontrer les parents des otages de Chibok

Malala demande au président nigérian de rencontrer les parents des otages de Chibok