mis à jour le

Le peuple de Mandela défile la tristesse au coeur devant l’hôpital

Devant la clinique de Pretoria où les heures de l’ancien président sud-africain Nelson Mandela semblent désormais comptées, le ballet des visiteurs anonymes a repris mercredi « la tristesse au coeur ».

« C’est triste mais il n’y a rien que l’on puisse faire, à part souhaiter qu’il puisse être en paix », confie les yeux déjà brillants de larmes Franz, un père de famille venu en voisin avec son fils.

Comme lui, beaucoup ne font que passer, improvisent un détour, mus par le désir soudain de communier avec les autres en se plongeant dans la lecture des petits mots accrochés à la grille de l’entrée principale de l’hôpital.

Des fleurs, des ballons, des drapeaux, un nounours, des photos, dont celle en noir et blanc d’un Mandela dans la fleur de l’âge rappelant ce jeune avocat d’une quarantaine d’années qu’il fut, militant d’une nouvelle Afrique du Sud à laquelle bien peu croyaient, avant d’en devenir en 1994 le premier président élu démocratiquement.

Dans le flot des petits mots, déposés au fil des jours pour souhaiter « une guérison rapide », dire « Ciao Nelson et merci » ou « chère icône de l’Afrique », une maxime du héros de la lutte anti-apartheid se détache en majuscules: « Toute chose semble impossible seulement jusqu’au moment où elle se réalise ».

« Je passais par là, et je me suis dit: +allons lire les petits mots+ », murmure Annerine, 62 ans, qui se souvient de cette amie grecque qui quitta le pays avant 1994 par peur du bain de sang que tout le monde prédisait.

« Mais quand il a pris le pouvoir, nous avons juste connu la paix », dit-elle. « Je suis triste, c’était un grand leader pour notre pays », ajoute cette dame, issue de la communauté afrikaner blanche que Nelson Mandela a combattu avant de lui tendre la main.

« On se sent très tristes, c’est notre père. On ne veut pas qu’il souffre comme ça », ajoute Puluso, un étudiant de 19 ans qui se rêve avocat et dont la mère est femme de ménage.

AFP

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

peuple

AFP

Dans le delta du fleuve Niger, un peuple de pêcheurs

Dans le delta du fleuve Niger, un peuple de pêcheurs

AFP

Mausolées de Tombouctou: un euro symbolique pour le peuple malien et l'humanité

Mausolées de Tombouctou: un euro symbolique pour le peuple malien et l'humanité

AFP

Crise politique en RDC: l'archevêque de Kinshasa demande "au peuple de se tenir en ordre de marche"

Crise politique en RDC: l'archevêque de Kinshasa demande "au peuple de se tenir en ordre de marche"

Mandela

AFP

Macron rend hommage

Macron rend hommage

AFP

Obsèques de George Bizos, l'avocat pugnace et grand ami de Mandela

Obsèques de George Bizos, l'avocat pugnace et grand ami de Mandela

AFP

George Bizos, l'avocat et grand ami de Mandela

George Bizos, l'avocat et grand ami de Mandela

défilé

AFP

Ramsès II et Hatchepsout au grand défilé des momies royales au Caire

Ramsès II et Hatchepsout au grand défilé des momies royales au Caire

AFP

Algérie: 48e défilé hebdomadaire d'un "Hirak" en quête de nouveau souffle

Algérie: 48e défilé hebdomadaire d'un "Hirak" en quête de nouveau souffle

AFP

Afrique du Sud: la police défile contre les violences faites aux femmes

Afrique du Sud: la police défile contre les violences faites aux femmes