mis à jour le

Libye : un Amazigh élu leader intérimaire

Tripoli (AFP)

Nouri Bousahmein, un indépendant d'origine amazighe, a été élu mardi à la tête de l'Assemblée nationale libyenne, la plus haute autorité du pays, succédant à Mohamed Megaryef poussé à la démission par une loi bannissant de la vie politique les ex-collaborateurs du régime déchu.

M. Bousahmein, premier Amazigh à occuper un si haut poste de responsabilité en Libye, l'a remporté lors d'un 2e tour, avec 96 voix sur 184, devant Al-Chérif al-Wafi, un autre député indépendant de l'est du pays, qui a obtenu 80 voix.Il y a eu huit bulletins nuls.

Diplômé en droit de l'Université de Benghazi (est), il a travaillé notamment dans le complexe chimique d'Abou Kamach dans l'ouest du pays, de 1978 à 2000.Il a remporté les élections législatives du 7 juillet 2012 dans sa ville amazighe de Zouara, puis a été élu "rapporteur" du Congrès général national (CGN).

Persécutés sous l'ancien régime de Mouammar Kadhafi, qui niait carrément leur existence, les Amazighs (berbères) s'estiment toujours marginalisés par les nouveaux dirigeants du pays et réclament leur "droit" à à l'officialisation de leur langue, le Tamazight.

Amazighs, "hommes libres" en berbère

En Libye, les Amazighs, "hommes libres" en berbère, représentent 10% de la population et vivent notamment sur les hauteurs des montagnes à l'ouest de Tripoli ou, comme les Touareg, dans le sud désertique du pays.

Le nouveau président du CGN doit conduire le pays vers de nouvelles élections générales sur la base d'une nouvelle constitution qui doit fixer le modèle politique du pays.

Le Congrès penche actuellement sur la loi électorale qui doit régir l'élection d'une "Commission constitutionnelle", d'une soixantaine de membres, qui sera chargée de la rédaction de la Constitution.

Tarek Mitri, représentant spécial de l`ONU en Libye, a appelé cette semaine les autorités libyennes à accélérer le processus constitutionnel, afin de "raccourcir la période de transition".

"Plus la période de transition est courte, mieux c'est", a-t-il déclaré à des journalistes.

La loi bannissant de la vie politique les anciens collaborateurs du défunt dictateur Mouammar Kadhafi, renversé en octobre 2011 après huit mois de rébellion, excluait d'office M. Megaryef qui avait été ambassadeur en Inde sous l'ancien régime durant les années 1980.

Problème de l'insécurité

Mais M. Megaryef a quand même choisi de démissionner.Elu en août à la tête du CGN issu des élections du 7 juillet 2012, il avait passé 31 ans en exil dont une vingtaine comme réfugié politique aux États-Unis, avant de rentrer au pays dans la foulée de la révolte qui a mis fin au règne de Kadhafi.

La loi n'est toujours pas entrée en vigueur, une commission devant encore statuer sur les personnalités visées par le texte.

Une vingtaine de membres de l'Assemblée pourraient être concernés par cette loi controversée adoptée le 5 mai sous la pression de miliciens armés qui ont occupé deux ministères à Tripoli durant plusieurs jours.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011, les autorités de transition n'ont pas été en mesure de rétablir l'ordre dans le pays en proie à une insécurité croissante.Plusieurs attaques contre les forces de sécurité et les intérêts occidentaux ont eu lieu ces derniers mois en Libye.

L'un des défis du nouveau président du CGN est précisément le problème de l'insécurité dans le pays où des milices aux différentes idéologies et motivations font la loi.

Encore mardi, six soldats ont été tués dans une attaque armée contre un point de contrôle au sud de la ville de Syrte (centre).

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

Libye

AFP

Près de 2.900 migrants secourus jeudi au large de la Libye

Près de 2.900 migrants secourus jeudi au large de la Libye

AFP

L'OIM dénonce les "marchés d'esclaves" en Libye

L'OIM dénonce les "marchés d'esclaves" en Libye

AFP

Tchad: réouverture partielle de la frontière avec la Libye

Tchad: réouverture partielle de la frontière avec la Libye

amazigh

Maroc

«Ils prennent l'argent et ils nous laissent les déchets»

«Ils prennent l'argent et ils nous laissent les déchets»

[email protected] (Amazighnews)

Hassania d’Agadir reçoit JSK de Kabylie, une rencontre 100% amazigh

Hassania d’Agadir reçoit JSK de Kabylie, une rencontre 100% amazigh

[email protected] (Amazighnews)

7ème édition du Festival Issni N Ourgh international du film amazigh

7ème édition du Festival Issni N Ourgh international du film amazigh

leader

AFP

Maroc: fin de cavale pour un leader de la contestation

Maroc: fin de cavale pour un leader de la contestation

AFP

Maroc: le leader de la contestation dans le nord recherché

Maroc: le leader de la contestation dans le nord recherché

AFP

Maroc: flou autour du sort du leader de la contestation dans le Nord

Maroc: flou autour du sort du leader de la contestation dans le Nord