mis à jour le

Tunisie: rassemblement pour le procès en appel d'un rappeur

Quelques dizaines de personnes se sont rassemblées devant le palais de justice à Tunis pour soutenir le rappeur Alaa Yaâcoubi, condamné à deux ans de prison pour une chanson insultant la police et jugé mardi en appel.

Le rappeur, dit Weld El 15, a été condamné le 13 juin après s'être livré à la justice en contestant sa condamnation par contumace à la même peine en mars. Le procès en appel a été fixé en un temps record.

L'audience a commencé en début d'après-midi. Le rappeur, en t-shirt noir portant l'inscription dans le dos "mains menottées libres", s'est défendu au nom de la liberté artistique.

"C'est comme les scènes de violences dans les films", a-t-il dit, expliquant que sa chanson ne visait pas en particulier la période actuelle, mais aussi les décennies précédentes sous le régime du président déchu Zine el Abidine Ben Ali.

Les défenseurs du rappeur ont parlé d'un "procès historique" et réclamé sa libération.

"Ce procès est politique, il doit sortir, il n'y a pas le choix sinon aujourd'hui ça risque (...) de mettre le feu aux quartiers", a prévenu avant le début de l'audience BendirMan, un chanteur engagé venu en soutien.

"Il s'agit d'une vengeance"

"Au départ nous n'avons pas voulu politiser l'affaire mais le jugement de première instance a fait de Weld El 15 un prisonnier politique, car il s'est exprimé dans une chanson", a dit son avocat Ghazi Mrabet

"Ce n'est pas juste la question de la sévérité du verdict mais aussi l'attitude sur la liberté d'expression", a-t-il déclaré à l'AFP.

Selon cet avocat, "il s'agit d'une vengeance contre la jeunesse qui a fait la révolution mais a été trahie car elle n'a plus le droit de s'exprimer".

La justice tunisienne a condamné Alaa Yaâcoubi pour sa chanson "Boulicia Kleb" (Les policiers sont des chiens) diffusée sur internet.

La sévérité du verdict avait été accueillie le 13 juin par des cris de colère suivis de heurts entre les amis du condamné et les policiers qui ont brutalisé des manifestants et frappé des journalistes présents.

Les ONG de défense des droits de l'Homme ont dénoncé cette condamnation, y voyant une atteinte à la liberté d'expression acquise avec la révolution de janvier 2011.

AFP

Ses derniers articles: Mali: plusieurs personnalités civiles inculpées et écrouées pour tentative de coup d'Etat (avocats)  Castex rencontre Déby au Tchad avant un réveillon avec les troupes françaises  Castex rencontre Déby au Tchad avant un réveillon avec les troupes françaises 

rassemblement

AFP

Sénégal: une foule de pèlerins au Magal de Touba, premier rassemblement de masse depuis l'apparition du virus

Sénégal: une foule de pèlerins au Magal de Touba, premier rassemblement de masse depuis l'apparition du virus

AFP

Magal de Touba: premier rassemblement de masse au Sénégal depuis l'apparition du virus

Magal de Touba: premier rassemblement de masse au Sénégal depuis l'apparition du virus

AFP

Algérie: nouveau rassemblement pour la libération du journaliste Khaled Drareni

Algérie: nouveau rassemblement pour la libération du journaliste Khaled Drareni

procès

AFP

Cameroun: procès le 17 décembre de trois militaires pour les meurtres de civils

Cameroun: procès le 17 décembre de trois militaires pour les meurtres de civils

AFP

Un homme accusé de torture pendant la guerre civile au Liberia menacé de procès en France

Un homme accusé de torture pendant la guerre civile au Liberia menacé de procès en France

AFP

Procès des attentats de Bamako en 2015: une "vengeance" après Charlie Hebdo

Procès des attentats de Bamako en 2015: une "vengeance" après Charlie Hebdo

appel

AFP

Algérie: appel

Algérie: appel

AFP

RDC: procès en appel de Vital Kamerhe renvoyé au 7 août

RDC: procès en appel de Vital Kamerhe renvoyé au 7 août

AFP

Présidentielle au Malawi: appel au calme pendant le dépouillement

Présidentielle au Malawi: appel au calme pendant le dépouillement