mis à jour le

Appel d’offres en juillet pour les compagnies maritimes nationales

Le ministre du l’Equipement et du Transport, Aziz Rabbah, a indiqué, lundi, que son département prévoit de lancer, début juillet prochain, un appel d’offres pour sélectionner les compagnies marocaines dans le domaine du transport maritime.

M. Rabbah a précisé, en réponse à une question du groupe istiqlalien pour l’unité et l’égalitarisme à la Chambre des représentants concernant “l’avenir de la flotte marocaine du transport maritime”, que cet appel d’offres va inclure tous les ports qui peuvent être atteints par les navires marocains, y compris les nouveaux ports en Europe, en Afrique et aux Iles Canaries.

Le ministre a souligné les revenus importants que peut générer le secteur, qui a été confronté par le passé à plusieurs problèmes.

Il a affirmé que le ministère a adopté une politique en matière de transport maritime qui prévoit, en plus d’assurer les services du transport, de renforcer le volet de la formation, d’entretenir les navires et d’assurer la liaison avec de nouveaux ports.

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

appel

AFP

Génocide rwandais: ouverture du procès en appel de deux ex-maires

Génocide rwandais: ouverture du procès en appel de deux ex-maires

AFP

Mondial-2026 au Maroc: le président de la CAF fait un appel du pied

Mondial-2026 au Maroc: le président de la CAF fait un appel du pied

AFP

Algérie: le FLN réitère son appel

Algérie: le FLN réitère son appel

juillet

AFP

Mali: formation d'une "coalition pour l'alternance"

Mali: formation d'une "coalition pour l'alternance"

AFP

Mali: les électeurs officiellement convoqués pour la présidentielle le 29 juillet

Mali: les électeurs officiellement convoqués pour la présidentielle le 29 juillet

AFP

Mali: un candidat exige une présidentielle "crédible" fin juillet

Mali: un candidat exige une présidentielle "crédible" fin juillet