mis à jour le

Le rappeur Weld 15. Capture d'écran page Facebook.
Le rappeur Weld 15. Capture d'écran page Facebook.

Procès contre les rappeurs: la Tunisie parmi les pays les plus répressifs

Le procès en appel du rappeur Weld 15 a lieu ce mardi 25 juin à Tunis. Ses soutiens espèrent un verdict plus clément.

Le rappeur Weld El 15, de son vrai nom Alaa Yacoub, a été condamné à deux de prison ferme pour «outrage public à la pudeur et atteinte aux bonnes mœurs». En cause, une chanson: «El boulicia Kleb», les policiers sont des chiens.

 

Ce 25 juin, l'affaire Weld 15 se poursuit devant les tribunaux de Tunis pour le procès en appel. L'occasion pour le site Nawaat de revenir sur la dureté de la justice tunisienne dans les affaires mêlant des rappeurs en mal de libertés d'expression.

La journaliste énumère les cas où des rappeurs ont été inquiétés par la justice à cause de leur chanson. Elle cite l'affaire du rappeur tunisien El General, emprisonné trois jours en décembre 2010.

«De son vrai nom Hamada Ben Amor, le rappeur de 33 ans s’est fait connaître avec sa chanson Rais Lebled sortie en décembre 2010. Originaire de Sfax, il dénonce l’état policier de Ben Ali dans plusieurs de ses chansons dont Tounes Bledna qui lui vaut une arrestation à Tunis. Il est relâché après trois jours d’interrogatoire alors que la révolution tunisienne s’étend dans tout le pays», poursuit Nawaat.

Au Maroc, aussi, il ne fait pas bon d'être rappeur. On se souvient de l'acharnement de la justice marocaine contre le rappeur El Haqued ( l'enragé). Il avait été condamné à un an de prison ferme.

 

Comme Weld 15, il dénonce dans l'une de ses chansons une police gangrénée par la corruption . «Sa chanson, curieusement, s’intitule « Klab Dawla » (Les chiens de l’Etat) . Dans le clip de sa chanson, un des policiers a même la tête d’un âne. Âge alors de 24 ans, il purge un an de prison ferme et sera relâché le 29 mars 2013. A l’époque les ONG et la société civile dénoncent un procès « contre la liberté d’expression »», précise Nawaat.

Le Maghreb n'est pas la seule région où les rappeurs sont poursuivis par la justice. La journaliste site le cas des rappeurs français Kool Shen et Joey Star condamnés à six mois de prison dont trois ferme et une interdiction de chanter sur le territoire français pendant six mois. Une peine qui sera finalement atténuée en appel en juin 1997. Les exemples recensés par le site Nawaat montre que c'est souvent une chanson contre la police qui conduit les rappeurs devant les tribunaux. L'affaire Weld 15 ne déroge pas à cette règle.

Lu sur Nawaat

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée  En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales 

Weld 15

Tawa fi Tunis

Tunisie: quelle liberté pour quelle expression?

Tunisie: quelle liberté pour quelle expression?

rappeurs

AFP

Prison ferme pour deux rappeurs tunisiens jugés

Prison ferme pour deux rappeurs tunisiens jugés

[email protected] (Author Name)

Tunisie: Confirmation de la condamnation des rappeurs Weld El 15 et Klay BBJ

Tunisie: Confirmation de la condamnation des rappeurs Weld El 15 et Klay BBJ

Actualités

Tunisie : deux rappeurs condamnés

Tunisie : deux rappeurs condamnés

liberté d'expression

By DAVID D. KIRKPATRICK

L'Egypte tente de rassurer les journalistes étrangers

L'Egypte tente de rassurer les journalistes étrangers

Adel Taamalli

Peut-on comparer l'affaire Dieudonné à l'affaire Dreyfus?

Peut-on comparer l'affaire Dieudonné à l'affaire Dreyfus?

Punitions

Touche pas à mon Coran!

Touche pas à mon Coran!