mis à jour le

Office riz de Mopti : UN PARTENARIAT PROMETTEUR

Des entrepreneurs indiens  investissent dans la zone dans le cadre d'un partenariat qui va  booster la production grâce à l'augmentation des superficies cultivables et des rendements  et la valorisation de la chaîne de la transformation, de conservation, de labélisation pour la commercialisation

Le ministre de l'Agriculture, Baba Berthé, a bouclé samedi deux jours de visite de terrain  dans les zones Office riz de Mopti (ORM). Le ministre était accompagné par le directeur de l'ORM, Zakaria Camara. La visite de terrain a débuté par le site de stockage des équipements agricoles de la coopération indienne dans le village de Sampara situé à une vingtaine de kilomètres de la ville de Sévaré, sur l'axe routier menant à Gao.

Les entrepreneurs indiens sont arrivés dans la zone dans le cadre d'un partenariat financé par Eximbank d'Inde. Ce partenariat vise à booster la production de riz grâce à l'augmentation des superficies cultivables sécurisées avec un rendement de 5 à 7 tonnes de riz paddy à l'hectare  en raison de 3 rotations de cultures par an. Il s'agit aussi de valoriser la chaîne spécifique de transformation, de conservation, de labélisation pour la commercialisation afin de réduire les pertes post-récolte à l'ensachage du riz.

Ce partenariat a fait l'objet d'un protocole d'accord signé en janvier 2010 entre le  gouvernement et la société indienne Angélique International. Il prévoit la réalisation d'une ferme rizicole moderne de 575 hectares. Cet investissement coûtera 6,2 milliards de Fcfa. Ce volet comporte la mise en place d'infrastructures d'irrigation, la fourniture de machines agricoles modernes, la construction d'un atelier de réparation de machines et la formation des agents d'encadrement et des producteurs

Il comprend également la réalisation d'une rizerie moderne pour la transformation et l'emballage du riz produit pour un financement de 476 millions de Fcfa. Le projet prévoit la fourniture et l'installation de toutes les machines nécessaires à la transformation du paddy en riz cargo, riz entier blanc et riz brisure blanc. L'ensachage du riz se fait en volume de 50, 25, 10 et 5 kg. La capacité de décorticage de la rizerie est de 2 à 3 tonnes de riz paddy par heure.

 

JEUNES DIPLOMES ET PAYSANS MODELES. Le projet de riziculture intégrée à travers le partenariat est une plate-forme technique qui jouera un rôle de catalyseur, de création d'emplois et de motivation permettant de renforcer la sécurité alimentaire et les revenus des populations de Mopti et du reste du pays. Sa réalisation va rehausser la capacité technique et technologique des producteurs pour la modernisation de leurs exploitations et la création de richesses.

L'achèvement des travaux de la ferme rizicole et surtout de la rizerie moderne est aujourd'hui un impératif pour notre pays afin d'honorer ses engagements vis-à-vis de la partie indienne.

La délégation ministérielle a visité les impressionnants équipements agricoles prépositionnés à Sampara, le chantier de la ferme rizicole qui va incessamment démarrer ses travaux à Sabè et la rizerie implantée à Sévaré. Le partenaire indien s'est dit disposé à tenir ses engagements. Il reste pour la partie malienne à assurer la clôture de l'enceinte de la rizerie, la réalisation de la piste d'accès à la rizerie, le remblayage de la cour et l'installation de l'électricité et de l'eau.

Par ailleurs, sur le périmètre de Sensè (village situé à 35 kilomètres de Sévaré), le ministre a pu constater le non fonctionnement du périmètre aménagé. Et pour cause, le chenal naturel d'une longueur de 400 mètres a été mal conçu par l'entreprise qui a exécuté le chantier. Ainsi depuis deux campagnes, les paysans ne peuvent exploiter le périmètre de 35 hectares ni en saison d'hivernage, ni pendant la contre-saison à cause de ce défaut de conception technique.

Heureusement, dans d'autres zones de la Région de Mopti, les choses vont mieux. Comme à Bogolodaga dans la banlieue de Mopti où se sont installés des jeunes diplômés qui ont accepté d'embrasser le métier d'agriculteurs, d'éleveurs, de pisciculteurs et d'agro-forestiers. Ces jeunes font l'objet de toutes les attentions des autorités locales et des partenaires locaux, en l'occurrence Care international. Cette ONG a ainsi accepté de financer la réalisation d'un périmètre de 50 hectares dans la zone de l'ORM. En plus de ce financement, elle a fourni des équipements agricoles d'un montant de 21 millions Fcfa composés de brouettes, de pelles, de pioches, de motopompes pour  encourager le maraîchage. La délégation a également visité un étang piscicole de 1000 mètres carrés empoissonné avec un millier d'alevins fournis par l'ONG.

Harouna Diallo, diplômé de l'Ecole nationale d'administration (ENA) fait partie de ces jeunes néo-agriculteurs. Dès sa sortie de l'école, il est retourné directement à l'exploitation de la terre.  Il pratique également l'embouche bovine,  le maraîchage, la rizipisciculture, l'aviculture.  Le jeune Diallo a, à sa disposition, des équipements modernes : un tracteur, une vingtaine de paires de b½ufs de labour, une batteuse et une décortiqueuse. Ses performances lui ont valu la Médaille du mérite agricole en 2010.

Le ministre de l'Agriculture a  incité les jeunes de la région (ruraux comme diplômés) à suivre l'exemple de Harouna Diallo. « Le métier d'agriculteur n'est pas dégradant. Ce jeune qui a accepté de venir cultiver n'a rien à envier à ses camarades restés en ville qui passent tout le temps à se lamenter sur leur sort. Il a décidé de prendre en main son avenir», a constaté le ministre à l'ouverture des travaux de la 3è édition de l'Assemblée annuelle de la campagne agricole 2013-2014 du Groupement des jeunes agriculteurs de Mopti. C'était samedi dernier. Ce groupement comprend 202 membres dont une soixantaine de femmes.

Le ministre a salué l'engagement des jeunes qui ont bénéficié d'un appui de la direction régionale de l'Agence nationale pour la promotion de l'emploi (ANPE). En effet, le directeur régional de l'ANPE, Ibrahima Garango, a remis un chèque symbolique de 750 000 Fcfa au groupement comme appui pour l'achat d'intrants pour la campagne agricole 2013-2014. Baba Berthé, lui-même, et le directeur général de l'ORM, Zakaria Camara, ont chacun mis à disposition 100.000 Fcfa pour encourager les jeunes. Le président du groupement Daouda Sougoulé a promis que ses camarades et lui redoubleront d'efforts pour mériter les encouragements.

M. COULIBALY

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

riz

AFP

Nigeria: pas de riz en plastique en circulation, mais du riz de contrebande

Nigeria: pas de riz en plastique en circulation, mais du riz de contrebande

L'Indépendant

Geste de c

Geste de c

Adam Sfali - Lemag

Du Riz pour sauver votre téléphone portable mouillé

Du Riz pour sauver votre téléphone portable mouillé

Mopti

AFP

Mali : 72 morts dans l'accident de pirogue dans la région de Mopti

Mali : 72 morts dans l'accident de pirogue dans la région de Mopti

La Rédaction

Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire

Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire

La Rédaction

Mopti : A COUTEAUX TIRES

Mopti : A COUTEAUX TIRES

partenariat

AFP

Foot: Orange signe un nouveau partenariat de huit ans avec la CAF

Foot: Orange signe un nouveau partenariat de huit ans avec la CAF

AFP

Au Medef, Youssou N'Dour milite pour un partenariat "gagnant-gagnant" France-Afrique

Au Medef, Youssou N'Dour milite pour un partenariat "gagnant-gagnant" France-Afrique

Yassine Bellamine

Tunisie-Union européenne: une mise sous tutelle déguisée

Tunisie-Union européenne: une mise sous tutelle déguisée