mis à jour le

Niono, agriculteurs-éleveurs : UN PAYSAN BATTU A MORT

En ce début d'hivernage, partout dans les zones de production de l'Office du Niger, les exploitants agricoles soucieux du respect du calendrier agricole, sont occupés par les travaux d'installation et de suivi des pépinières dans les parcelles rizicoles. C'est le cas dans le village de Kolodougou-coro, situé à environ une quinzaine de kilomètres de la ville de Niono, où il y a quelques semaines, un jeune cultivateur a été battu à mort.

Comme à son habitude, ce jour-là, Souleymane Coulibaly âgé de 25 ans, s'est rendu dans son champ vers 17 heures pour vérifier l'état de sa pépinière de riz. A son arrivée, il constaté avec stupéfaction qu'un troupeau de boeufs était en train de brouter les jeunes plants sous le regard de trois bergers.

Affligé par les dégâts causés à son champ, le jeune homme a tenté de rassembler les animaux pour les conduire à la fourrière du village. Les trois bergers s'y opposèrent. Une vive altercation a donc éclaté.

Un autre habitant du village du nom de Sidi Coulibaly, âgé de 40 ans, et qui serait même un proche de la victime, assure-t-on, a suivi la scène à distance. Il a accouru dans le but de calmer les esprits. Malheureusement, avant son arrivée, le pire s'était déjà produit. Il a retrouvé Souleymane étalé sur le sol et sans vie.

La nouvelle parvenue dans le village, les parents de la victime ont immédiatement saisi les autorités communales qui, à leur tour, ont alerté le commissariat de police de Niono. C'est ainsi que le commissaire principal Moussa Fanta Maïga a dépêché sur les lieux une équipe conduite par l'inspecteur Boubacar B. Koné et comprenant le docteur Ousmane Doumbia du Centre de santé de référence. Selon le docteur Doumbia que nous avons interrogé après le constat, Souleymane Coulibaly aurait succombé suite à une hémorragie interne due à des coups qu'il aurait reçus au ventre.

Les bergers rejettent cette version. Dans leur déposition à la police, ils nient avoir porté des coups à Souleymane Coulibaly. Ils soutiennent que le jeune homme serait tombé de lui-même. Le témoin de la scène, Sidi Coulibaly, affirme n'avoir pas vu les bergers porter des coups à la victime. Il avance comme argument qu'il a suivi la scène de loin et que ce n'était pas possible pour lui, de bien voir les détails de l'altercation, surtout que les protagonistes étaient entourés par  les animaux.

Mais comment Souleymane a-t-il donc trouvé la mort ? C'est l'enquête déjà en cours au commissariat de police de Niono qui pourra déterminer les causes et les auteurs de ce meurtre. Mais en attendant les trois suspects, Bori Sidibé âgé de 21 ans, Abèrè Diallo âgé de 17 ans et Yaya Diallo âgé de 16 ans, sont gardés à la maison d'arrêt de Niono.

Notons par ailleurs, que quelque soit l'issue de cette affaire, la problématique de la présence  des animaux dans les parcelles rizicoles de l'Office du Niger au moment des travaux champêtres, reste posée. La pratique perdure malgré les multiples concertations dans les communes. Ces rencontres sont toujours sanctionnées par des recommandations qui fixent les dates de rentrée et de sortie des animaux dans la zone de l'Office du Niger.

Affaire à suivre.

C. O. DIALLO

AMAP Niono

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

mort

AFP

Egypte: dix peines de mort confirmées pour des émeutes dans un stade

Egypte: dix peines de mort confirmées pour des émeutes dans un stade

AFP

RDC: la mort de Tshisekedi risque de retarder encore l'élection

RDC: la mort de Tshisekedi risque de retarder encore l'élection

AFP

Mauritanie: nouveau procès pour un condamné

Mauritanie: nouveau procès pour un condamné