mis à jour le

De Siliana à Rio via Stockholm et Istanbul

Par Sofiane Ben Farhat

Rien n'y fait. Les protestations voyagent. Et, un peu partout, on constate le même modus operandi. Saigné à blanc, le peuple se mobilise. Les jeunes montent en première ligne. La répression féroce sévit. Facebook et les réseaux sociaux prennent le relais des manifestants. Le mouvement, d'abord local, devient national. Puis s'amplifie de manière à ce qu'on en ressent les échos internationalement.

On l'a vu il y a quelques mois dans nos murs. Siliana s'était soulevée. La terrible répression à la chevrotine est restée gravée dans les mémoires. Le gouvernement de Hamadi Jebali n'a pas pu survivre longtemps. Quelques semaines plus tard, il rendait le tablier. L'assassinat de Chokri Belaïd avait fait déborder le vase.

Depuis quelques semaines, le syndrome de Siliana se vérifie ailleurs. En Suède, le modèle historique de la social-démocratie fut réduit en miettes. Une semaine durant, les heurts sanglants opposèrent les manifestants aux forces de l'ordre, à Stockholm et ailleurs. Puis, ce fut le tour de la Turquie. Les manifestants de la place Taksim à Istanbul furent rudement malmenés. Ils étendirent leur mouvement à plus de 77 villes turques, notamment en Anatolie. Et last but not least plus de 1,25 millions de manifestants sont descendus avant-hier dans les rues des grandes villes du Brésil au dixième jour de fronde sociale. De violents affrontements avec la police eurent lieu, dans pas moins de 80 villes. A Rio de Janeiro, une foule immense scandait : « Le Brésil s'est arrêté ! Le Brésil s'est arrêté ! ». Une pancarte proclamait : « Nous sortons de Facebook ! » Disons-le d'emblée : le capitalisme va mal. Le modèle libéral est en crise. C'est un mouvement de fond. Les promesses à tout bout de champ n'y peuvent plus guère.

Bien pis, on constate que la crise, un peu partout, ébranle la légitimité des gouvernants. Quelle que soient leurs origines ou leur matrice sociale, ils trinquent.

Un peu partout, les gouvernements s'enfoncent dans le socle glissant des remises en cause fondamentales. La mondialisation a concouru à universaliser la pauvreté, les exactions financières, les exclusions. Les idéologies sont mortes. Et le désespoir sévit.

Autre constat : le citoyen lambda, monsieur tout le monde monte au créneau. Au Brésil, aucun parti, syndicat, chef charismatique ou programme ne préside au mouvement. Malgré les violences constatées, le mouvement social a un aspect festif même. Idem à Stockholm, Istanbul ou Siliana. L'être collectif prend son destin en main. Les partis, syndicats et coteries traditionnelles sont pris de court, dépassés. Le mouvement les a surpris, eux aussi. Tout au plus aspirent-ils à suivre le mouvement, sans pour autant pouvoir le canaliser.

En vérité, un peu partout, le ras-le-bol l'emporte. La pression des frustrations économiques et sociales est tenace. Les gens n'ont plus d'espoir. Le gain, le goût du lucre, les spéculations immobilières et financières n'en finissent plus de pressurer les citoyens. En Espagne, au Portugal, en France, en Italie, en Grèce, c'est le même topo, effrayant. La vie devient insupportable. Le chômage atteint des limites inégalées. Le renchérissement du coût de la vie en rajoute au marasme.

Lorsque Stéphane Hessel jetait son court brûlot intitulé « Indignez-vous », les gens n'avaient pas saisi la portée du message de prime abord. Au fil des ans, il requiert sa pleine signification. Le monde autour de nous s'écroule sans qu'il y ait d'alternative. Les perspectives d'un autre système sont quasiment nulles. Les pays les plus puissants oscillent entre le libéralisme effréné et le dirigisme suranné. Deux recettes éculées. Et qui font face, au bout du compte, à la même impasse.

Il reste l'indignation, le refus, le cri.

Par Sofiane Ben Farhat

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Siliana

AFP

Tunisie: violences et grèves

Tunisie: violences et grèves

Actualités

L’UAHT prend en charge la rénovation d’une école

L’UAHT prend en charge la rénovation d’une école

[email protected] (Author Name)

Meeting vendredi

Meeting vendredi

Stockholm

Benoit DOSSEH

ATP de Stockholm : Kevin Anderson surpris d’entrée

ATP de Stockholm : Kevin Anderson surpris d’entrée

group promo consulting

YOUSSOU NDOUR distinguée à Stockholm cet après-midi par le roi de Suède.

YOUSSOU NDOUR distinguée à Stockholm cet après-midi par le roi de Suède.

[email protected] (Author Name)

Tunisie : Une Tunisienne participe à une opération seins nus à la mosquée de Stockholm

Tunisie : Une Tunisienne participe à une opération seins nus à la mosquée de Stockholm