mis à jour le

Journée de protestation de l'Opposition burkinabè : Jour J-5

Le 29 juin 2013, les partis d'opposition burkinabè ont donné rendez-vous à leurs militants et sympathisants pour des manifestations sur l'ensemble du territoire national. L'objectif de ce mouvement, c'est de protester à la fois contre le projet de mise en place du Sénat mais également de traduire sa désapprobation face aux politiques menées par le gouvernement. A cinq jours de cet événement, quel est l'état des lieux de la mobilisation ?

Sur ce point, le constat est que l'opposition a fait du rassemblement du 29 juin 2013, un test de vérité pour elle et pour tous ceux qui ont longtemps douté en sa capacité à s'unir.

Pour à la fois donner des signes de cohésion (plus d'une quarantaine de partis politiques sont annoncés et auxquels l'on prévoit des organisations de la société civile, des syndicats, des mouvements d'intellectuels engagés, des artistes...), mais également démontrer sa capacité de mobilisation sur le terrain.

Gagner la bataille de l'opinion

Sur le plan médiatique en tout cas, l'heure est à la recherche de la légitimation. Français, langues nationales, tout y passe. Avec un point d'ancrage : démontrer que le Sénat actuel est onéreux et inutile.

Au niveau de la communication, ceux des partis de l'opposition qui ont eu à participer aux assises du ''CCRP'' (Conseil consultatif sur les réformes politiques) ont été priés de se mettre en retrait. Pour dit-on, ne pas brouiller le message. Sans oublier la batterie d'arguments techniques et juridiques fournis par des experts.

Débat public cherche débatteurs

Sur le terrain du débat contradictoire, je dois dire, pour ma part, que c'est du côté de l'opposition que les arguments ont été les plus nombreux.

C'est elle qui est allée au charbon, face à un pouvoir manifestement à court d'inspiration. Et obligé parfois de tomber dans le piège de ses propres chiffres, en jonglant avec les milliards ; pour tenter de convaincre in fine, qu'il ne s'agit pas de six, mais de trois milliards de FCFA !

Qu'importe, dirait-on. C'est une affaire de milliards ! Et dans le contexte actuel du Burkina, cela peut aider, tout comme cela peut desservir la cause de ceux qui en usent.

Défense en ligne

Les sorties malheureuses de Maxime Kaboré et autres politiciens en service commandé ou non, n'ont pas non plus contribué à travailler dans le sens d'un rapprochement des positions.

Finalement c'est le gouvernement qui vient à la rescousse pour tenter de contrer les ambitions de l'opposition. Y parviendra-t-il ? Wait and see...

Juvénal Somé
Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

protestation

AFP

Présidentielle en RDC : appel

Présidentielle en RDC : appel

AFP

Viol de Zouhoura: vent de protestation au Tchad avant la présidentielle

Viol de Zouhoura: vent de protestation au Tchad avant la présidentielle

AFP

Journaliste tué en Guinée: une "journée sans presse" en protestation

Journaliste tué en Guinée: une "journée sans presse" en protestation