SlateAfrique

mis à jour le

Google au secours du tourisme tunisien

Dans une interview accordée à la radio tunisienne Express FM le 21 juin 2011, le directeur régional de Google pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, Wael Fakhrany, a réaffirmé la volonté du célèbre moteur de recherche de soutenir la Tunisie dans ses difficultés économiques, et notamment touristiques:

«La volonté de Google est de soutenir le secteur touristique tunisien à travers une coopération durable et porteuse», a-t-il déclaré.

Ce dernier a noté que depuis le 14 janvier 2011, de nombreuses requêtes étaient effectuées via le site pour des voyages concernant la Tunisie, majoritairement depuis la France:

«Notre moteur de recherche enregistre 100.000 recherches sur le terme "Travel To Tunisia" (partir en Tunisie), dont 44% proviennent de la France, 25% de la Grande-Bretagne, 15% de l’Allemagne et 9% de la Pologne. Or, l’image de la Tunisie n’est pas bien promue dans les résultats de recherche sur ces mots-clefs», a-t-il précisé.  

D’après un communiqué du ministère du Tourisme tunisien sur le site Destination Tunisie, la promotion et la commercialisation de l’offre touristique passera désormais par la Toile. Une stratégie qui repose sur des statistiques, comme cette étude de 2009 dans laquelle on apprenait que 35% des Français partis en vacances avaient reservé leur séjour en ligne.

En avril 2011, sur le site Tunisie Presse, Bilel Hamzaoui, président d'un groupe qui opère dans télémarketing, revenait sur les premiers rapprochements tunisiens avec Google:

«Une information m’est parvenue disant que Google désire s’introduire en Afrique, une sorte d’appel d’offre sera émise pour désigner enfin le représentant de Google en Afrique», a-t-il expliqué. «J’ai pu obtenir le contact de la personne qui s’occupait du développement et je lui ai adressé un simple e-mail ne comportant que cinq mots: pourquoi pas Google en Tunisie?»

Les retombées de cette collaboration avec Google soutiendront le secteur touristique mais également celui de l'emploi, puisque l'entreprise a déjà commencé à recruter et que 500 offres d'emploi ont d’ores et déjà été émises.

«Ce qui manque au tourisme tunisien c’est la commercialisation. Internet peut jouer un rôle important pour cela», explique Wael Fakharani. «La Tunisie est l’un des plus grands utilisateurs de Chrome [le navigateur Web de Google, ndlr] dans le monde. Plus de 50% des internautes tunisiens utilisent en effet notre navigateur».

Le célèbre moteur de recherche affichera des supports promotionnels sous forme de spots diffusés sur les chaînes françaises. Google analysera les réactions et l’impact de ces supports sur les touristes potentiels.

Même si «l’ouverture d’un bureau Google en Tunisie n’est pas actuellement à l’ordre du jour», la firme de Mountain View (Californie) découvre le marché local et souhaite préciser son intérêt pour le petit pays. «C’est d’ailleurs l’une des raisons de ma présence ici», a déclaré le directeur régional de Google, qui promet de revenir en Tunisie «avec un plan d'action adapté [au pays]».

Lu sur Express FM, Tunisie Haut Débit