mis à jour le

Les « Amis » du peuple syrien décidés à en massacrer le plus possible

Par Ridha Ben Kacem

Lorsqu'une kalachnikov est découverte chez quelqu'un, à paris, Londres ou Berlin, les chaines de télévision en font immanquablement, le principal événement de leur télé journal. Et chacun y va des ses commentaires croustillants, sur les risques encourus par les citoyens. Les meilleurs commentaires sont ceux bien évidemment, ceux qui interpellent les gouvernements sur le problème de la prolifération des armes à feu, qui mettent en danger toute la civilisation de l'Occident.

Que quelques politiciens à la cons, se réunissent à Doha, ce haut lieu du banditisme et du non droit, pour décider d'armer encore plus, les insurgés, qui n'ont de syriens que le nom, les mêmes télés journaux des mêmes chaines TV occidentales ne trouvent pas mieux à dire que de titrer « Les amis du peuple syrien décident d'armer l'opposition». Que cela sente l'hypocrisie et la pourriture de ces « ennemis de la Syrie »,ayant juré amitié et servilité éternelles à Israël, cela ne les interpelle nullement. Que l'aboutissement logique de ces décisions à l'emporte pièce, soit l'allongement de la liste des malheurs de la Syrie par des dizaines de milliers de morts civils supplémentaires, cela les laissent de marbre et ils n'en parlent même pas. Que des hommes des femmes et des enfants meurent en silence et dans l'anonymat, cela, ils font semblant de l'ignorer.

Eux, ce sont les champions de la démocratie. Eux ce sont les défendeurs des valeurs universelles des droits de l'Homme. Eux ce sont enfin, les porteurs devant l'éternel, des valeurs judéo-chrétiennes comme ils aiment à le répéter à leurs peuples, qui gobent tout et en particulier cela. Mais personne n'ira dire, surl' une de ces chaines de télévision, que la seule valeur réellement humaine, qui doit être respectée par tout le monde, est celle du respect du principe à l'autodétermination reconnu à chaque peuple, par les Nations Unies.

Mais, tels des scélérats, -n'est-ce pas Laurent Fabius ?- ils préfèrent faire de l'ingérence, qui est à l'opposé de l'autodétermination, leur seule source d'inspiration dans l'action. Et ils agissent bougrement et bigrement mal, les cons. Si mal, qu'ils préfèrent se réunir à Doha, au Qatar, que dans l'une de leurs capitales où ils risquent d'affronter la colère de quelques centaines de citoyens pas cons. Ils préfèrent bien évidemment, ne pas attirer l'attention sur leurs magouilles inhumaines, à l'opposé des slogans creux et décalés, qu'ils servent en plats de résistance, à leurs peuples, qui peinent de plus en plus, à joindre les deux bouts, à chaque fin de mois.

Pour faire bonne mesure, voilà ce que rapporte, samedi 22 juin, l'agence Reuters à propos de la réunion des « amis de la Syrie »,à Doha. Des commentaires sont insérés pour mieux éclairer ce que rapporte l'agence de désinformation la plus célèbre du monde :

Les « Amis du peuple syrien »,réunis samedi au Qatar, ont décidé « de fournir dans l’urgence, tout le matériel et l’équipement nécessaire à l’opposition sur le terrain ».

Que 21 millions de syriens ne se prononcent pas sur la question, cela ne semble pas gêner les « Amis certainement très intimes du peuple syrien »à qui personne n'a essayé auparavant, de leur restituer une partie de leur territoire spoliée par Israël.

Toute l’aide militaire sera livrée au Conseil militaire suprême de l’Armée syrienne libre (ASL), précisent les Etats membres dans une déclaration commune.

Tous savent pourtant, qu'une grande partie de cette « aide militaire » finira immanquablement, par se retrouver entre les mains sanguinaires des combattants de du front al-Nosra.

Le groupe, qui réunit Etats-Unis, France, Allemagne, Egypte, Italie, Jordanie, Qatar, Arabie saoudite, Turquie, Emirats arabes unis et Royaume-Uni, condamne en outre l’intervention de combattants d’Iran, d’Irak et du Hezbollah libanais au côté des forces pro-Assad et les somme de « quitter immédiatement la Syrie ».

7lel 3lya 7aram 3lik, ce qui est bon pour moi, n'est pas bon pour toi !

Les ministres des Affaires étrangères des Etats membres s’inquiètent de l’aspect de plus en plus religieux du conflit et de son internationalisation, qui « menacent l’unité de la Syrie ». Ils déplorent en outre l’implication croissante « d’éléments terroristes ».

Là, on est carrément dans un monde kafkaïen. Depuis le premier jour, les insurgés barbus ont placé le conflit sur le terrain religieux. Qui l'ignore vraiment ? Quant aux éléments terroristes, qui des insurgés quelque soit leur « couleur politique »,ne l'est pas ? Et si l'Occident a des doutes sur la question, les milliers de vidéos postées sur Youtbe, par ces mêmes insurgés, sont là, pour témoigner de ce que je dis. Mais, l'ignorent-ils vraiment ?

Jusqu’à présent, les Etats-Unis ne fournissaient aux rebelles qu’une aide non létale, sous forme de vivres et de médicaments, mais le gouvernement a revu sa position après la prise, le 5 juin, de la ville stratégique de Koussaïr par les forces gouvernementales et les miliciens du Hezbollah et les annonces de la France et du Royaume-Uni concernant le recours aux armes chimiques par l’armée loyaliste. La semaine dernière, Washington a annoncé être parvenu à la conclusion que les forces de Bachar al-Assad avaient utilisé des armes chimiques, et a décidé de fournir une « assistance militaire directe »,aux insurgés.

L'usage de gaz sarin par les insurgés a bien été prouvé. Mais les comploteurs réunis à Doha font semblant de l'ignorer. De plus, l'utilisation du terme « insurgés » est significative à plus d'un titre.

L’Arabie saoudite, à la pointe de l’aide aux opposants du régime bassiste, a d’ores et déjà accru ses livraisons d’armes sophistiquées, selon deux hauts fonctionnaires du Golfe interrogés par Reuters. « Au cours de la semaine écoulée, davantage de ces armes sont arrivées. Ils en obtiennent plus fréquemment »,a dit l’un d'eux sans plus de précisions. L’autre a parlé de livraisons «potentiellement décisives ».

Tout le monde sait que le wahhabisme, qui a donné naissance à Oussam Ben Laden, est le plus grand danger terroriste qui menace le monde, à l'heure actuelle, mais on laisse faire. Ne savent-ils donc pas, que le principal objectif du terrorisme wahhabite est de frapper au c½ur de l'Occident ? Ils l'ont fait en 2001. Tôt ou tard, ils le referont. Dans les années 1990, ils cherchaient à obtenir quelques bombes nucléaires, de l'arsenal de l'ex Union Soviétique. Ils n'ont pas renoncé à ce vieux projet.

Les rebelles réclament des armes antichars et anti-aériennes. Selon leur porte-parole Louay Mekdad, le Conseil militaire suprême en a déjà reçu plusieurs cargaisons. « Il s’agit des premières expéditions de la part d’un des pays qui soutient le peuple syrien et il y a des promesses claires de pays arabes et étrangers qu’il en arrivera d’autres dans les prochains jours »,a-t-il déclaré, interrogé par Reuters TV à Istanbul.

90 000 civils syriens ont été tués dans ces affrontements, d'un autre temps. Apparemment, ce n'est pas suffisant. Au moment où l'armée syrienne est en mesure d'abréger les souffrances du peuple syriens, ces vautours se réunissent chez les plus minable des êtres humains ayant peuplé cette Terre, pour contrecarrer cette fin de souffrance qui aurait pu intervenir, en moins de six mois. Nous voilà partis pour un nouveau cycle de violence de plusieurs années. Je me demande vraiment, qui sont les vrais terroristes, dans cette affaire ? Ceux qui tuent impunément, en Syrie, ou bien, ceux qui décident de les armer au vu et au su de tout le monde, en s'alliant aux émirs et roitelets du golfe, tous surgis d'un passé mort et enterré, depuis longtemps ?

Pour le cheikh Hamad ben Djassim al-Thani, chef du gouvernement et de la diplomatie qatarie, « la force est nécessaire pour obtenir la justice. Et la fourniture d’armes est le seul moyen d’obtenir la paix dans le cas syrien ».

Obtenir la Justice ? Et c'est dit par celui qui l'exerce au quotidien ? Al-Thani wi m'tahllith wi m'rabbaâ 3al korsisans raison ? J'aurais pu ajouter ; « laissez-moi rire », mais, compte tenu de la tragique situation, je m'abstiendrai de la faire, cette fois-ci.

« Nous ne pouvons attendre, du fait des divergences entre membres du Conseil de sécurité (des Nations unies), sur les moyens de régler le problème »,a-t-il poursuivi, invitant par ailleurs le gouvernement libanais à faire le nécessaire pour limiter l’implication des miliciens chiites du Hezbollah.

Entendez : On se réunit ici, en toute illégalité internationale, pour échapper aux vétos de la Russie et de la Chine, au Conseil de Sécurité, pour comploter sans autre loi que notre bon vouloir et sans raison.

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry, a lui aussi, reproché à Damas, d’avoir laissé l’Iran et le Hezbollah « passer les lignes libanaises et prendre part au conflit sur le terrain ».

Depuis quand reproche-t-on à quelqu'un de se défendre comme il peut, face à ses ennemis ?

« La réponse du régime d’Assad aux efforts légitimes, en faveur d’une conférence de paix, a été en fait, de militariser davantage, d’internationaliser (le conflit) et de rendre la région plus dangereuse »,a-t-il ajouté.

Evidemment les Etats-Unis n'ont jamais cherché à internationaliser le conflit, en Syrie. S'ils s'y impliquent, c'est parce qu'ils sont SYRIENS !

En décidant d’emprunter exclusivement le canal du conseil militaire suprême, dirigé par le général Salim Idriss, les Amis du peuple syrien espèrent enrayer l’émergence des djihadistes.

Oui, on dit cela jusqu'à cela vous explose à la figure.

« Nos interlocuteurs doivent partager nos valeurs et les principes de démocratie et de pluralisme. C’est la raison pour laquelle M. Salim Idriss est notre interlocuteur »,avait souligné vendredi, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, assurant toutefois que Paris n’avait pas encore livré d’armes aux rebelles.

Salim Idriss un chantre de la démocratie et du pluralisme ? Ancien général de l’armée syrienne, Salim Idriss a été porté fin 2012 à la tête du conseil militaire suprême de l’ASL. Il a récemment déclaré à Reuters, que son but était de voir Bachar al-Assad, quitter le pouvoir afin de favoriser l’avènement d’une« Syrie tolérante et démocratique »,dirigée par lui-même, bien évidemment.

« Si livraison d’armes il doit y avoir, elles ne pourront intervenir que sous un certain nombre de conditions. Nous avons clairement à l’esprit le précédent libyen, lorsque certains stocks d’armes s’étaient retrouvés dans les mains de groupes terroristes que nous combattions dans le Nord du Mali »,a-t-il ajouté, évoquant les « filières » utilisées par la France pour acheminer jusqu’à présent une aide humanitaire ou du matériel non létal aux insurgés.

D'abord, les livraisons d'armes aux insurgés syriens, ont déjà eu lieu. Ensuite, non seulement c'est la Qatar lui-même, qui avait joué ce sale tour, à la France, mais ce qui est drôle c'est qu'il est prêt à récidiver ! Le Qatar ne soutient d'ailleurs que le Front al-Nosra et tout le monde, Paris en premier, le sait. En fait, ce n'est un secret pour personne.

Par Ridha Ben Kacem le 23 juin 2013

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

peuple

AFP

Tchad: "Le peuple prêt pour le changement", selon un chef de la société civile

Tchad: "Le peuple prêt pour le changement", selon un chef de la société civile

AFP

Soudan du Sud: le président s'excuse auprès du peuple pour les "insupportables souffrances"

Soudan du Sud: le président s'excuse auprès du peuple pour les "insupportables souffrances"

AFP

Le président afghan remercie le peuple américain dans un discours au Congrès

Le président afghan remercie le peuple américain dans un discours au Congrès