mis à jour le

La communication au service de la culture

La 43e session de formation du Club de presse Nedjma, au profit des journalistes, s'est tenue, jeudi 20 juin 2013, dans son Institut de formation, à Tixeraïne, à Alger.   La séance, animée par Mustapha Chérif, professeur d'université et spécialiste des questions culturelles et d'éthique, lauréat 2013 du prix Unesco du dialogue des cultures, a porté sur le thème «La communication au service de la culture». Dans son introduction, le professeur Chérif a mis en exergue le rôle des nouvelles technologies, à savoir les télécommunications, la téléphonie et les multimédias dans la promotion de la communication culturelle. Cependant, ces outils peuvent, selon le conférencier, «imposer une seule forme de culture» dans un contexte de globalisation. A ce sujet, le formateur souligne que : «la communication culturelle joue un rôle prépondérant dans la sauvegarde de l'identité culturelle, car elle vise à promouvoir la culture à travers, notamment, le soutien aux créateurs et aux artistes. Elle a également pour objectif de permettre, à un large public, d'accéder à la culture». C'est de cette façon que les sociétés pourront «réaliser une symbiose entre authenticité et modernité», a-t-il précisé. En outre, l'intervenant est revenu sur les métiers de la communication culturelle qui englobent, notamment, les animateurs, les créateurs, les artistes, les médiateurs culturels, les intellectuels et les journalistes. Ces professionnels de la communication culturelle ont pour vocation de «favoriser la circulation des idées, l'émergence de cultures spécifiques et la démocratisation culturelle». Sur un autre volet, Mustapha Chérif a souligné le risque de «prédominance du modèle culturel occidental sur le reste du monde». D'où l'importance de «porter des références et modèles spécifiques à la connaissance des nouvelles générations et que des actions culturelles puissent être menées au sein des écoles et des universités, afin de faire émerger des citoyens dotés d'un jugement rationnel et capables d'intégrer la mondialité sans perdre leurs repères». Clôturant son intervention, M. Chérif a mis l'accent sur la nécessité «d'approfondir nos référents, notre héritage, nos héros et nos valeurs» pour «garder notre mémoire vivante» et sur l'importance «d'être fiers de nos racines, tout en étant ouverts sur le monde, tel est le but majeur de la communication culturelle».

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

communication

AFP

Burkina: la présidente du Conseil supérieur de la communication écrouée pour malversations

Burkina: la présidente du Conseil supérieur de la communication écrouée pour malversations

AFP

La justice française autorise la communication de l'acte de naissance complet d'Ali Bongo

La justice française autorise la communication de l'acte de naissance complet d'Ali Bongo

AFP

Burkina: l'ex-ministre de la Communication de Compaoré écroué pour malversations

Burkina: l'ex-ministre de la Communication de Compaoré écroué pour malversations

culture

AFP

Burkina: le ministre de la Culture exclu de son parti

Burkina: le ministre de la Culture exclu de son parti

AFP

Les Ballets africains, étoiles déclinantes de la culture en Guinée

Les Ballets africains, étoiles déclinantes de la culture en Guinée

AFP

En Algérie, métal et rock résistent au carcan de la culture officielle

En Algérie, métal et rock résistent au carcan de la culture officielle