SlateAfrique

mis à jour le

Tunisie - Des pistolets libyens pour l'Aïd

Parmi les casquettes, les DVD, les assiettes, les t-shirts et les sacs, des faux pistolets font aussi le bohneur des marchands ambulants de Tunis. Ces jouets, très prisés par les enfants qui attendent leurs cadeaux pour l’Aïd el-Fitr (jour de fin du ramadan) sont des contrefaçons importées de Libye et non conformes aux normes de sécurité, rapporte Tekiano.

S'ils ont l'air de jouets et sont estampillés «made in China», ils sont le produit de la contrebande qui sévit depuis plusieurs années à la frontière tuniso-libyenne. Ces armes en plastique sont directement importées de Tripoli et écoulées par les vendeurs à la sauvette à très bas prix. Ces «soft-guns», ou pistolets à air comprimé présentent des risques de blessures graves pour un enfant, à cause des billes qui servent de subsitut aux vraies balles.

Leur dangerosité a été signalée depuis plusieurs années par le ministère de la Santé publique tunisien, qui a d'ailleurs lancé une campagne de sensibilisation le vendredi 12 août 2011. L'usage des pistolets n’est normalement recommandé qu’à partir de l’âge de 14 ans et il est de toute façon interdit en Tunisie d’importer, de détenir et de commercialiser des pétards ou des jouets ressemblant à des armes à feu.

Les vendeurs ne se soucient guère de l’âge de leurs client, et les parents non plus, comme le confirme la recrudescence des accidentés dans les hôpitaux. Il y aurait ainsi plus de 150.000 jouets saisis chaque année à Tunis. Les sanctions prévues depuis 1992 ne semblent pas décourager ce business florissant en période de ramadan.

La contrebande à la frontière tuniso-libyenne existe depuis longtemps, mais le soulèvement libyen l'a renforcée. Outre les jouets et autres contrefaçons, ce sont les produits alimentaires et le carburant qu'on trafique allègrement ces temps-ci. L'armée tunisienne a donc dû redoubler de vigilance dans les villes de Ben Gardane, Tataouine et Remada, notamment pour contrôler le trafic de pétrole afin d’éviter que les contrebandiers n’en dérobent de trop grosses quantités.

Lu sur Tekiano