mis à jour le

Amadou Makhtar Mbow sur la réforme des institutions : « La concertation sera…participative et ouverte à tous »

Amadou Makhtar Mbow est formel. La réforme des institutions devant apporter à terme des changements majeurs dans la Constitution sénégalaise qui a été si « souvent modifiée » qu'elle a « perdu de son caractère sacré », selon un diagnostic fait par la Cnri, sera large et inclusive, conformément au v½u exprimé par le chef de l'Etat Macky Sall.

Rencontrant la presse hier, jeudi 20 juin, le Pr Amadou Makhtar Mbow, président de la Commission nationale de réforme des institutions (Cnri) et ex-patron de l'Unesco et des Assises nationales, a indiqué que les concertations de son institution seront de fait ouvertes à tous les Sénégalais, de quelque bord qu'ils soient. Un délai de six mois est arrêté par ailleurs pour mener les travaux de la commission et remettre les conclusions au chef de l'Etat.

Les diverses voix qui doutaient du caractère national des concertations entamées dans le cadre de la réforme des institutions peuvent se rassurer. Les échanges pilotés par la Commission nationale de réforme des institutions (Cnri) dirigée par le Pr Amadou Makhtar Mbow, l'ex-patron de l'Unesco et des Assises nationales, se veulent inclusifs. « La Cnri estime nécessaire, pour jouer son rôle, d'entreprendre une très large concertation avec les citoyens et avec toutes les organisations politiques, professionnelles de la société civile, en vue de recueillir leurs points de vue, leurs avis et leurs suggestions sur les changements à apporter à la Constitution pour que celle-ci reflète les sentiments et les aspirations profondes de toute la communauté». Voilà ce qu'a tenu à préciser le Pr Amadou Makhtar Mbow, président de la Commission nationale de réforme des institutions qui s'exprimait hier, jeudi 20 juin, lors d'une conférence de presse. A en croire le Pr Mbow, cette concertation sera large, participative, inclusive, ouverte à tous. « Tous ceux qui le souhaitent doivent pouvoir y exprimer leurs sentiments ou leurs points de vue sur les orientations qui leur paraissent les plus adaptées à notre pays ». Et de préciser encore : « La Cnri tient à ce que les consultations soient inclusives et que personne n'y soit exclue. La concertation, parce qu'elle concerne tout le peuple ne doit avoir, en aucun cas, un caractère élitiste, même si certains des problèmes qu'elle soulève paraissent complexes », rassure-t-il.

«AUCUN PARTI POLITIQUE N'EST EXCLU»

Réagissant à la sortie du Parti démocratique Sénégalais (Pds, ancien pari au pouvoir) qui a annoncé, mercredi dernier, qu'il ne répondra pas à la convocation de la Cnri, le Pr Amadou Makhtar Mbow a déclaré que la Commission n'a exclu aucun parti politique des concertations qu'elle a initiées avec les acteurs politiques. « Aucun parti n'est exclu. Tous les partis politiques reconnus, environ 222, ont été convoqués par lettre par une société spécialisée à leur siège », a dit Amadou Makhtar Mbow. Et d'ajouter : « la Cnri est ouverte au dialogue avec tout le monde. Nous ne faisons aucune différence entre les partis politiques », a fait savoir le président de la Cnri.

Ainsi, précise-t-il, afin de ne négliger aucune sensibilité pour des raisons de continuité et d'approfondissement des efforts, la Cnri a pris en compte toutes les sources pertinentes qui ont alimenté les débats politiques. « Aussi bien dans le diagnostic que dans les mesures et règles soumises à la concertation, la Cnri s'est efforcée de valoriser toutes les propositions de modification de l'actuelle constitution ou d'amélioration du fonctionnement des institutions pour autant qu'elles aient des liens avec les maux diagnostiqués », a-t-il affirmé au cours de la rencontre avec les médias.
Comme démarche de la concertation envisagée, la Cnri a jugé nécessaire de mettre en place un certain nombre de dispositifs qui combinent trois volets d'intervention. « Les consultations citoyennes auront lieu, dans chaque département, et permettront de constituer des panels de citoyens et de valoriser les points de vue des populations locales. Sera ainsi diligentée une enquête par questionnaire qui vise surtout à recueillir le point de vue des porteurs.

DEMARCHE DE LA CONCERTATION

Dans la même optique, la Cnri pilotera des séminaires thématiques et comités had hoc qui mobiliseront essentiellement les experts pour approfondir les dimensions spécifiques identifiées, à travers les consultations citoyennes et les réponses aux questionnaires, a expliqué le président Mbow. Lequel révèlera pour terminer que la Cnri s'est donné un délai de 6 mois pour mener ses travaux et remettre ses conclusions au chef de l'Etat Macky Sall.

Sud Quotidien

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

réforme

AFP

Côte d'Ivoire: l'énorme défi de la réforme de l'armée

Côte d'Ivoire: l'énorme défi de la réforme de l'armée

AFP

Soudan du Sud: le Parlement lève l'obstacle

Soudan du Sud: le Parlement lève l'obstacle

AFP

Rwanda: la réforme de la Constitution pour  un 3e mandat de Kagame adoptée

Rwanda: la réforme de la Constitution pour un 3e mandat de Kagame adoptée

institutions

AFP

Maurice: scrutin législatif déterminant pour une réforme des institutions

Maurice: scrutin législatif déterminant pour une réforme des institutions

AFP

Burkina: accord sur les institutions de transition, sortie de crise rapide possible

Burkina: accord sur les institutions de transition, sortie de crise rapide possible

AFP

Burkina: militaires et civils approuvent les institutions de transition

Burkina: militaires et civils approuvent les institutions de transition