mis à jour le

Festival Gnaoua 2013 : Les artistes à l’ombre de l’Arbre à Palabres

C'est une tradition à Essaouira pendant le Festival Gnaoua : le temps est à la fête, au partage et aux rencontres. Pour cette 16ème édition du Festival Gnaoua Musique du Monde, la tradition a été préservée. A ce titre, l'un des rendez-vous les plus prisés et plus anciens du Festival reste sans conteste l'Arbre à Palabres. Forum de dialogue ouvert réunissant les artistes et le public, l'Arbre à Palabres se tient chaque jour à partir de 17h au siège de l'Alliance française à Essaouira, près de la Rue Laalouj et des Remparts.

 

Convivialité et partage sont les principales caractéristiques de cette rencontre, qui favorise les échanges dans un esprit fraternel. Animé par la critique musicale Emmanuelle Honorin, l'Arbre à Palabres est un moyen unique d'être au plus près des artistes et vedettes des festivités du Mogador, mais aussi l'un des seuls moments du festival à avoir ce côté intimiste et privé qui rend les rencontres beaucoup plus intenses.

 

Au détour d'un thé, les musiciens se présentent face à une audience attentive et admirative de ces paroliers et compositeurs. Pour cette année 2013, l'Alliance Franco-Marocaine d'Essaouira a accueilli de nombreux Maâlem et autres artiste, comme la chanteuse marocaine Oum qui, après une «fusion» musicale, nous a conté son parcours atypique et ses amours pour la langue arabe, la musicalité des mots et la rythmique qu'elle intègre dans ces albums. Les Maalems ont eu aussi cette aura qui, à chaque présentation d'une de leurs chansons, fait que le parterre de spectateur se met à hocher la tête, comme enivré par le rythme. Ce brassage musicale et ethnique prend tout son sens quand on connaît l'humanisme et la notion de partage inhérents aux thématiques de l'Arbre à Palabres.

 

Comme disait Maurice Druon, une tradition, ce n'est jamais qu'un progrès qui a réussi. En effet, cette tradition qui perdure est un aboutissement de ce festival. Les spectateurs apprennent et découvrent des artistes étrangers, comme la troupe Ennadi Al Bahri et leur instrument «monumental» la Tanboura, ou encore la troupe gnaouia Houwara, et le duo de danseur et danseuse qui s'oppose autour d'une danse à la chorégraphie hypnotisante.

Le partage et la convivialité sont à l'honneur durant ces 4 jours de fête, et quoi de mieux que de se retrouver à l'ombre de l'»Arbre à Palabres» pour profiter, l'espace d'un instant, de ces moments uniques.

 

HM

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

festival

AFP

Ouganda: un festival accusé de promouvoir l'homosexualité finalement autorisé

Ouganda: un festival accusé de promouvoir l'homosexualité finalement autorisé

AFP

Ouganda: un festival pour promouvoir le "Rolex", l'en-cas national

Ouganda: un festival pour promouvoir le "Rolex", l'en-cas national

AFP

Nigeria: festival de la culture Ijaw, ethnie dévastée par les conflits du pétrole

Nigeria: festival de la culture Ijaw, ethnie dévastée par les conflits du pétrole

2013

AFP

Les opérations militaires au Mali depuis 2013

Les opérations militaires au Mali depuis 2013

AFP

Un photojournaliste égyptien détenu depuis 2013 récompensé par l'Unesco

Un photojournaliste égyptien détenu depuis 2013 récompensé par l'Unesco

AFP

Nigeria: Boko Haram a enlevé plus de 1.000 enfants depuis 2013

Nigeria: Boko Haram a enlevé plus de 1.000 enfants depuis 2013

artistes

AFP

"Lumières d'Afrique" au théâtre de Chaillot: 54 artistes engagés pour un continent rayonnant

"Lumières d'Afrique" au théâtre de Chaillot: 54 artistes engagés pour un continent rayonnant

AFP

Soweto: pain avarié et bouse, ou l'art du recyclage par des artistes

Soweto: pain avarié et bouse, ou l'art du recyclage par des artistes

AFP

Les artistes africains contemporains prêts

Les artistes africains contemporains prêts