mis à jour le

Bobo-Dioulasso : L'arrondissement 2 est en session ordinaire

L'arrondissement n°2 de Bobo-Dioulasso est en session ordinaire. Du 18 au 19 juin 2013, le conseil présidé par le maire Ibrahim Sanou tient sa première session ordinaire. Autour de quatre points dont, l'examen et l'adoption du procès verbal de la première session extraordinaire, l'examen et l'adoption du projet de budget supplémentaire,le renouvellement des conseils villageois du développementet les divers.

Honneur aux disparus. Avant d'entamer sa première session ordinaire d'arrondissement, le conseil, sur invitation du maire Ibrahim Sanou a observé une minute de silence à la mémoire des disparus. Vérification faite du quorum, 29 des 30 conseillers de l'arrondissement N°2 ont entamé les travaux. Sous le regard avisé des doyens comme Baba Traoré, l'honorable Issa Sanogo, Ousmane BégaSavadogo... les conseillers de l'arrondissement n°2 ont examiné et adopté le procès verbal de la première session extraordinaire ; Premier point de l'ordre du jour de la session ordinaire.

Stratégique, le deuxième point de l'ordre du jour à été plus ou moins périlleux. A savoir, l'examen et l'adoption du budget supplémentaire. A ce titre, des chiffres et avec eux des contraintes de la continuité dans la gestion des mairies ont retenu l'attention des conseillers.

Installé en avril dernier, l'actuel maire a hérité d'une ardoise d'impayés d'environ 138 millions de francs CFA. Et c'est en tenant compte de cette note, pas des plus intéressantes que le budget supplémentaire de l'arrondissement n°2 a été fixé à 231 millions de francs CFA.

46 millions étant réservés au fonctionnement. Qu'à cela ne tienne et malgré l'handicap de la continuité, Ibrahim Sanou et son conseil espèrent trouver les voies et moyens pour donner du souffle au développement de leur localité.

Technique et reparti en recette et en dépense, le budget supplémentaire a été largement discuté pour une meilleure compréhension. Après des heures d'échange, la session a été suspendue. Mercredi 19 juin 2013, les conseillers plancheront sur les deux autres points de l'ordre du jour de cette première session ordinaire que sont le renouvellement des conseils villageois de développement et les divers.

En avant goût, il est bon de savoir que six villages sont rattachés à l'arrondissement n°2 de Bobo-Dioulasso et que conformément à la lettre circulaire du Haut-commissariat, le conseil d'Ibahim Sanou pilotera la mise en place des CVD dans les villages.

Annexe

Le conseil de l'arrondissement n°2 est constitué d'hommes expérimentés et de novices en matière de gestion des collectivités territoriales.

Et sans tabou, les jeunes conseillers, à commencer par le maire Ibrahim Sanou n'hésitent pas à appeler les doyens à la rescousse.

Toutefois, et du haut de leurs années d'expérience, les doyens rebutent souvent à voler au secours de la jeune génération. Ce fut le cas sur la très sensible question de la gestion des cimetières. Face au constat de non payement des 2.500 f cfa en vigueur dans le cimetière du secteur 23, les « vieux » ont refusé de donner leur thérapie pour inverser la tendance. Ce n'est que partie remise rassure cependant le maire.

Le cimetière n'est pas gratuit

En fonction des cimetières, l'inhumation des corps est fixée à 25.000 ou à 2.500 f cfaà Bobo-Dioulasso. Contrairement au cimetière municipal, celui du secteur 23 ne fait pas du tout recette. Entre autres raison, une rumeur serait à l'origine du refus des populations à s'acquitter des 2.500 f cfa comme frais d'inhumation.

Dans le souci de pouvoir entretenir le cimetière en question, il est demandé au citoyen de jouer leur partition en payant. Par ailleurs, il est porté à leur connaissance que le cimetière n'est pas un don d'un richissime homme d'affaire comme propagé par dame rumeur.

Ousséni BANCE Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

Bobo-Dioulasso

Bukina Faso

Le Burkina Faso vit-il son «printemps arabe»?

Le Burkina Faso vit-il son «printemps arabe»?

Banditisme

Bobo-Dioulasso n'est plus une ville sûre

Bobo-Dioulasso n'est plus une ville sûre

Actualités

Bobo-Dioulasso : La détresse des industriels

Bobo-Dioulasso : La détresse des industriels