mis à jour le

Vision Express sur… : L'accès à l'énergie

En 2011, l'Assemblée générale de l'ONU a déclaré l'année 2012 comme « Année internationale de l'énergie durable pour tous ». L'adoption de cette déclaration assigne à la communauté mondiale, trois objectifs ambitieux à atteindre à l'horizon 2030. Il s'agit : assurer un accès universel à des services énergétiques modernes (comprenant l'électricité et des solutions de cuisson des aliments modernes et propres) ; doubler le taux mondial d'amélioration de l'efficacité énergétique ; et doubler la part des énergies renouvelables dans le panier énergétique mondial.

En fin 2012, l'ONU a décrété une « Décennie de l'énergie durable pour tous », pour la période 2014 - 2024.

Ce qui ne doit pas être sans intérêt pour un pays comme le Burkina Faso, dont la couverture énergétique est des plus faibles. En effet, selon les statistiques officielles (INSD, données EICVM, 2009/2010), « le taux d'accès à l'électricité est resté stable entre 2007 et 2009, autour de 13,9% », avec des disparités entre le milieu rural (2%) et le milieu urbain (46%). Ces disparités sont également observées d'une région à l'autre. Ainsi, et selon la même source, il est de 41,3% pour la région du Centre, 27,3% pour les Hauts-Bassins, et 20,8% dans les Cascades, 2,6% dans le Sahel, 3,2% au Centre-Sud et 3,4 % au Centre-Nord.

En matière d'accès à l'énergie, l'ambition des autorités burkinabè telle que définie dans la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD 2011-2015), est d'atteindre 60% de taux d'électrification nationale en 2015. Une attention particulière sera mise sur « le développement des énergies renouvelables notamment l'énergie solaire, le développement de l'interconnexion avec les pays de la sous-région et la promotion de la coopération ». Il ne peut en être autrement, car l'énergie est une ressource indispensable et déterminante dans le développement économique et même à l'accès à certains services sociaux de base. Si l'on veut véritablement que les populations rurales aient accès à l'électricité, il faut sortir le solaire du joug de la SONABEL. En d'autres termes, en ville comme en campagne, on devrait être libre d'installer des plaques solaires sur son toit, sans avis de la nationale de l'électricité. Même si de plus en plus de personnes le font, il semble que la SONABEL pourrait protester d'un jour à l'autre. Parce que les textes le lui permettraient. Il ne faudrait pas que cette boîte qui n'arrive pas à satisfaire la demande, puisse s'ériger en obstacle à l'accès des Burkinabè à l'électricité. Pour l'instant, il n'y a pas de problème, parce qu'il s'agit d'une entreprise publique. Si par hasard on venait à la privatiser sans lui avoir supprimé ce droit, de nombreux propriétaires de plaques solaires pourraient se trouver en difficulté. Sans rien comprendre.

Comme on le voit, l'énergie peut être source de conflits. Pour preuve, la tension suscitée entre l'Egypte et l'Ethiopie par la décision d'Addis-Abeba de construire un barrage hydro-électrique sur le Nil Bleu. Ce barrage, « Grande renaissance » devrait être le plus grand d'Afrique, avec une production de 6 000 mégawatts. Sa construction qui a même déjà commencé, a entraîné la furie du Caire qui menace de s'attaquer directement à l'Ethiopie. En effet, devant ses contemplateurs au Caire, le président Mohamed Morsi n'exclut « aucune option pour protéger ses intérêts. Nous ne sommes pas les avocats de la guerre, mais nous ne permettrons jamais que soit mise en péril notre sécurité en matière d'approvisionnement en eau ». Si ce n'est pas une menace de guerre, ça y ressemble fort. Et pourtant, les pays riverains du bassin du Nil peuvent s'entendre, et doivent le faire, pour une utilisation équitable et durable de l'eau du Nil, au bénéfice de l'ensemble de leurs populations. C'est la seule voie qui vaille, car sans la paix il n'y a point de développement.

Aly KONATE [email protected]

L'Express du faso

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes