SlateAfrique

mis à jour le

Johannesburg fait la chasse aux rats

En dépit du succès du film Ratatouille, la cote d’amour des rats reste bien basse dans certaines métropoles. Johannesburg la première, puisqu'elle mène, depuis quelques jours, une intense campagne d’extermination des rongeurs, qui se multiplient dans certaines zones de la ville et menacent la santé de ses habitants. Mais les méthodes employées par les autorités sanitaires ne sont pas du goût de tous.

La société protectrice des animaux (NSPCA), qui veille au bien-être des animaux Afrique du Sud, est montée au créneau, rapportait le Mail & Guardian le 17 août 2011. Si elle comprend la nécessité d’endiguer la prolifération des rats dans la ville, l’association réclament que ces derniers ne soient pas battus à mort:

«La NSPCA n’est pas opposée à l’euthanasie des rongeurs ni à ce programme, mais… l’euthanasie —une mort sans douleur— c'est exactement ce qui devrait être fait», a déclaré Nicolette Armansin, inspectrice de la société.

Les autorités sanitaires de la ville concentrent particulièrement leurs efforts dans les secteurs d’Orange Farm, d’Ivory Park, d’Alexandra et d’Orlando East, où la prolifération des rongeurs empoisonne le quotidien de bon nombre d’habitants des townships.

Le chargé des opérations pour la santé environnementale de Johannesburg, Nicky Mazibuko, affirme par ailleurs que les rats deviennent de plus en plus gros. Ils n’atteignent sans doute pas la taille du rat à crête qui intrigue l’université britannique Oxford, mais leur présence est désormais très problématique.

Des témoignages font état de rats s’introduisant dans les maisons la nuit pour dévorer les vivres, détruire les vêtements et mordre les enfants. Les animaux vont même jusqu’à ronger la tôle des frêles habitations et les câbles électriques des voitures. Des dangers notamment sanitaires qui ont conduit la ville à prendre des mesures.

Le processus de dératisation doit s’étaler sur trois mois. Durant cette période, Nick Mazibuko voudrait également que les habitants apprennent les comportements à adopter pour limiter la prolifération des rats. Comme par exemple ne pas se débarrasser de ses déchets dans la nature ou autres espaces ouverts.

Lu sur le Mail & Guardian