mis à jour le

L’«expertise» française sollicitée

Le ministère de l'Education nationale effectue, depuis plusieurs mois, des consultations avec les acteurs du système scolaire en vue «d'évaluer la réforme» de ce secteur. Alors que les résultats de cette opération ne seront divulgués qu'à la mi-juillet, cette «réforme de la réforme» bénéficiera aussi de la coopération et de l'accompagnement du ministère français de l'Education. Ainsi, un vaste programme d'action et de coopération dans le domaine a été signé par les deux pays à l'aune de la visite à Alger de Vincent Peillon. «Ce document-cadre de partenariat (DCP) algéro-français définit les principaux axes de la relation bilatérale pour la période 2013-2017», annonce un communiqué rendu public hier par le ministère de l'Education nationale. Cette coopération et cette expertise porteront sur différents volets : de la gouvernance administrative à la formation des formateurs en passant l'évaluation des acquis des élèves, la coopération interacadémique ou encore le management participatif et l'utilisation des TIC. Le secteur bénéficiera ainsi du «soutien d'une expertise française» dans, notamment, «le passage d'un système de pilotage administratif vers un mode de gouvernance par objectifs dont les résultats sont garantis par la réalisation d'évaluations régulières à partir d'indicateurs de performance et de qualité nouvellement créées dans le système éducatif algérien», énumère-t-on dans le document. Il est aussi prévu la poursuite du processus visant le renforcement des capacités  nationales dans le domaine de la formation des formateurs dans les cycles  d'enseignement primaire et moyen, notamment en langue française et en mathématiques. De même, ce partenariat implique le renforcement des compétences professionnelles des professeurs d'enseignement secondaire dans le domaine de la didactique des sciences humaines, des sciences expérimentales et des sciences exactes. Pour ce qui est du volet pédagogique, il est convenu de renforcer l'évaluation systématique des acquis des élèves et des établissements scolaires algériens en généralisant la «guidance» scolaire, qui s'inscrit dans le cadre d'une politique d'orientation fondée notamment sur l'accompagnement et la valorisation de la construction des projets personnels des élèves. Afin de concrétiser le principe de l'égalité des chances de réussite, il sera également question du lancement de projets pilotes relatifs aux classes multi-niveaux dans l'enseignement primaire comme réponse aux problèmes de scolarisation dans les zones à faible densité de population. Dans l'objectif de donner corps à ce programme d'action, un comité mixte de suivi sera créé, qui devra se réunir pour une première rencontre au cours de cette année.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien