mis à jour le

Bouteflika signera-t-il la loi de finances complémentaire ?

Le gouvernement travaille actuellement d'arrache-pied pour ficeler la mouture finale de la loi de finances complémentaire pour 2013. Si ailleurs, la loi de finances complémentaire est un usage de grande nécessité, en Algérie, cela représente une soupape au gouvernement en cas de crise. Et c'est dans cette logique que la LFC-2013 a été tripotée, revue, corrigée depuis quelques semaines par les argentiers du pays. «Nous sommes en train de la reprendre à nouveau, car les nouvelles orientations du gouvernement concernant les finances publiques ont changé pour répondre aux dernières directives du président Bouteflika», nous révèle un cadre du ministère des Finances. En d'autres termes, on laissera de côté la politique de «rigueur» budgétaire telle qu'annoncée et souhaitée par Karim Djoudi, ministre des Finances, en réponse aux dernières statistiques alarmantes concernant le déficit prévu dans la balance des paiements et la régression des rentrées en devises due à la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, à la baisse de la demande du pétrole et du gaz algériens, notamment dans les marchés européens, et la dépréciation de la valeur de change du dollar américain. Ainsi, exit les augmentations des impôts prévues initialement par le gouvernement, idem pour «la révision de la politique de subvention publique des produits de large consommation». Le projet de la refonte du fonctionnement de l'Ansej aurait été lui aussi abandonné pour des considérations sociopolitiques et seule la décision de la suppression des taux d'emprunt bancaire, jugés haram par certains parce que «usuriers», aux profit des jeunes sera maintenue. La LFC-2013 prévoit aussi la création de plus de 10 000 postes budgétaires dans la Fonction publique, elle devrait inclure le recrutement de la DGSN de plus de 6000 policiers et agents assimilés dans le Sud et contiendrait les mesures socioéconomiques décidées récemment par le gouvernement en faveur des populations du sud du pays suite aux mouvements de protestation. Donc l'Etat continuera à dépenser sans compter pour acheter la paix sociale, surtout en cette période des grandes vacances d'été et du mois de Ramadhan en exécutant les directives du chef de l'Etat transmises à son Premier ministre lors du «conclave» parisien le 11 juin dernier. La LFC-2013 devrait dévoiler le budget alloué aux festivités de Constantine, capitale de la culture arabe. Si tous les rééquilibrages sont en phase d'être finalisés, l'enjeu de la LFC-2013 demeure celui de l'organisation ou pas du référendum sur la révision constitutionnelle ou éventuellement en cas d'une élection présidentielle anticipée. «Ce volet n'a pas encore été abordé par les experts chargés de la rédaction de la LFC, car cela relève de l'autorité politique. Pour l'instant, aucune directive ne nous a été transmise et le ministère de l'Intérieur chargé de l'organisation n'a pour ainsi dire pas inscrit dans son budget annuel complémentaire sa fiche des dépenses», révèle notre source. Autrement dit, la Présidence n'a pas encore tranché concernant l'organisation de la révision constitutionnelle, annoncée pourtant pour la fin de l'année. La LFC-2013 sera promulguée par ordonnance présidentielle et il reste donc à savoir comment sera-t-elle adoptée ? Pour l'instant, le Conseil des ministres ne peut se tenir en l'absence du chef de l'Etat, une absence qui risque, selon nos sources, de perdurer encore des semaines. Un tel retard paralysera le pays durant de longs mois : les crédits ne sont libérés que six à sept mois après la promulgation de la LFC.    

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

Bouteflika

AFP

Algérie: relance du débat sur la capacité de Bouteflika

Algérie: relance du débat sur la capacité de Bouteflika

AFP

Bouteflika presse Paris de reconnaître les souffrances liées

Bouteflika presse Paris de reconnaître les souffrances liées

AFP

Panama Papers: Bouteflika se désiste après des excuses du Monde

Panama Papers: Bouteflika se désiste après des excuses du Monde

loi

AFP

Tunisie: manifestation contre une loi controversée d'amnistie

Tunisie: manifestation contre une loi controversée d'amnistie

AFP

Craintes pour la transition démocratique en Tunisie après le vote d'une loi

Craintes pour la transition démocratique en Tunisie après le vote d'une loi

AFP

Corruption: le Parlement tunisien adopte une loi controversée

Corruption: le Parlement tunisien adopte une loi controversée

finances

AFP

Afrique du Sud: plainte de l'opposition contre le ministre des Finances pour corruption

Afrique du Sud: plainte de l'opposition contre le ministre des Finances pour corruption

AFP

Tunisie: limogeage de la ministre des Finances et celui de l'Éducation

Tunisie: limogeage de la ministre des Finances et celui de l'Éducation

AFP

En Afrique du Sud, Zuma limoge son ministre des Finances

En Afrique du Sud, Zuma limoge son ministre des Finances