mis à jour le

Ecole d’Etat-major nationale de Koulikoro : FIN DE STAGE POUR 20 OFFICIERS

Vingt officiers, parmi lesquels un Burkinabé, un Camerounais, un Ivoirien, un Nigérien et un Togolais, de la 25ème promotion de l'Ecole d'Etat-major Nationale de Koulikoro (EEMNK) en fin de stage ont reçu jeudi, à l'EEMNK, leurs diplômes au cours d'une cérémonie militaire présidée par le chef d'Etat major général des armées, le général Dahirou Dembélé.

C'était en présence du commandant du Centre d'instruction Boubacar Sada Sy,  le lieutenant-colonel, Nouhoum Mamadou Diallo, du directeur des écoles militaires, le colonel Cheick Oumar Bathily, du préfet de Koulikoro, Mark Dara, de personnalités civiles et militaires et d’une foule de parents et amis des membres de la promotion.

Ce fut une cérémonie haute en couleurs, dont les moments forts ont été une revue des troupes, une remise des diplômes et insignes et un grand défilé des éléments de la garde nationale, de la gendarmerie nationale, de la protection civile, ainsi que des élèves de la 3ème année de l'EMIA, etc.

Les vingt officiers stagiaires ont, au cours de 9 mois de formation (pratique et théorique), appris les connaissances et savoir faire nécessaires à un officier d'Etat-major moderne. Ils ont reçu leur qualification pour les opérations de soutien à la paix, faisant d’eux des officiers aptes à servir honorablement dans un environnement multinational, inter armées et pluridisciplinaire en temps de paix, temps de crise comme en temps de guerre.

Le diplôme d'Etat-major confère aux officiers subalternes et supérieurs la compétence requise ainsi que les savoir-faire nécessaires en matière de techniques d'Etat-major de type universel.

Le major et premier de cette 25ème promotion est le commandant Mamadou Koné du Mali tandis que le commandant Drissa Keïta et le capitaine Diawoye Sangaré tous du Mali se classent respectivement 2ème et 3ème du contingent.  « En ce jour solennel chargé d'émotion, je voudrais m'incliner sur la mémoire de tous les camarades d'armes de la France et d'Afrique qui sont tombés sur le champ de l'honneur pour que le Mali reste un et indivisible, laïc et démocratique », a indiqué le commandant du centre d'instruction Boubacar Sada Sy de Koulikoro, avant de s'adresser aux stagiaires.

« Je vous félicite pour avoir réussi, chacun selon son mérite, à obtenir le diplôme au prix de plusieurs mois de labeur et d'abnégation, très loin de vos familles », a déclaré le lieutenant-colonel, Nouhoum Mamadou Diallo.

Photo sortie promotion copieLe colonel Cheick Oumar Bathily a, pour sa part, prodigué des conseils aux nouveaux promus. « Il faut s'adapter à tous les environnements, en étant excellent parmi les meilleurs ou disparaître, la recherche de l'excellence et de la perfection devant être pour vous une quête quotidienne. Je vous exhorte à renforcer les liens d'amitié et de fraternité noués ici au sein de vos promotions afin de véhiculer à travers tout le continent, le message d'intégration africaine porteur d'espoir et auquel nous nous attachons si ardemment », a souhaité le directeur des études. L'école, a-t-il annoncé, envisage d'ouvrir dans les prochains jours, un Certificat d'Etat-major sur une durée de trois mois à l'intention des officiers frappés par la limite d'âge au Brevet d'Etat-major. Ce stage est prévu pour être ouvert à trente stagiaires dont 20 nationaux et 10 du Burkina Faso.

Pour relever les défis sécuritaires (banditisme, intégrisme et terrorisme transfrontalier,  etc.) auxquels nos Etats font face aujourd'hui, le colonel Cheick Oumar Bathily a appelé à la conjugaison des efforts.  « Il est impératif de mettre en synergie nos moyens, nos expériences et militaires », a-t-il préconisé.

Institution à vocation régionale et fruit d’un partenariat exemplaire entre la France et le Mali, l'Ecole d'Etat major nationale de Koulikoro est une référence continentale en matière de formation militaire. Avec pour devise « s'instruire pour mieux conseiller », l'EEMNK a formé, depuis sa création en 1997, 597 officiers d'une trentaine de pays africains.

Envoyés spéciaux

S.TANGARA

Awa SAMAKE 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

école

AFP

Ouganda: un ministre fait saisir dans une école un livre trop osé

Ouganda: un ministre fait saisir dans une école un livre trop osé

Tour de France

L'équipe qui veut (re)mettre en selle les écoliers d'Afrique du Sud

L'équipe qui veut (re)mettre en selle les écoliers d'Afrique du Sud

Sciences

Pourquoi l'Afrique a besoin des mathématiques pour accélérer son développement

Pourquoi l'Afrique a besoin des mathématiques pour accélérer son développement