mis à jour le

ATTENTES - Après les démissions de Mohamed Samb et de Thierno Lô : Bokk gis gis s’attend à d’autres départs

A Bokk gis gis, les responsables s'attendent à d'autres démissions après les départs de Thierno Lô et de Mohamed Samb pour plusieurs raisons.

A Bokk gis gis, certains responsables ne regardent plus dans la même direction que Pape Diop. Après les démissions surprises de Thierno Lô, Vice-président de la Convergence bokk gis gis, Mohamed Samb a lâché l'ex-président du Sénat quelques mois après son ralliement. Porté sur les fonts baptismaux depuis moins d'un an, ce parti d'opposition est secoué par ces départs. Aux yeux de certains proches du leader, ils sont pris très aux sérieux surtout qu'il est toujours à l'état embryonnaire. Les motifs invoqués déstructurent le leadership de Pape Diop : Manque de vision et d'orientation politique. Le cas de Thierno Lô est lié à d'autres perspectives au-delà des considérations citées ci-haut. Lui nourrit des ambitions personnelles dans l'arène politique. Dans son entourage, des intentions de former un parti politique lui sont prêtées dans un futur très proche. Dans l'establishment libéral, les raisons avancées sont prises en compte pour éviter de «se cantonner dans des certitudes». «On prend en compte les reproches pour revoir la stratégie déployée jusqu'ici. Le parti ne fait pas du pilotage à vue. Nous allons évaluer ce qui a été fait et prendre aussi en compte les reproches qu'on nous fait pour s'améliorer», tonne un proche de Pape Diop.
Aujourd'hui, les responsables de Bokk gis gis évaluent les reproches pour éviter d'autres démissions qui «seraient préjudiciables» au parti qui tentent de s'implanter sur tout le territoire national. Curieusement, l'on annonce l'imminence d'autres départs de certains responsables. Pourquoi ? «Notre statut de parti d'opposition n'enchante plus certains. Certains sont habitués à un certain confort. Il est difficile pour eux de suivre le rythme de Pape Diop qui traverse le pays. Nous nous attendons à d'autres départs très importants», explique un autre proche du leader de Bokk gis gis. Ils soutiennent qu'ils sont informés que d'autres lettres de démission sont dans les circuits même s'ils avouent «que ces départs ne vont pas déstabiliser» leur parti.

Dans les rangs des détracteurs, l'on dénonce le manque de concertation du responsable du parti. Pressé par le temps, Pape Diop accélère la cadence de l'implantation de son parti à travers les comités. Présen­tement, il a réussi à placer plus de 70 mille cartes à Dakar. Alors qu'au niveau national, ils en sont à 300 mille. Après cette opération, les responsables des différents comités seront désignés «parce que nous sommes en train d'installer les structures de notre parti». Cette opération va faire émerger les leaders «naturels et légitimes» de la formation politique. Au sein du parti, l'on soutient que «certains sont déjà rongés» par cette perspective qui risque de remettre en cause leur statut de tête d'affiche dans leurs différentes zones.

Le Quotidien

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

Mohamed

AFP

Décès de l'islamologue tunisien Mohamed Talbi, "libre" penseur

Décès de l'islamologue tunisien Mohamed Talbi, "libre" penseur

AFP

Mohamed Abdullahi 'Farmajo', nouveau président de la Somalie

Mohamed Abdullahi 'Farmajo', nouveau président de la Somalie

AFP

Somalie: l'ex-Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

Somalie: l'ex-Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo élu président