mis à jour le

Tadla-Azilal est des plus vulnérables aux changements climatiques

“Impacts des changements climatiques sur la région de Tadla-Azilal” est le thème d’une rencontre internationale qui s’est ouverte mercredi à Béni Mellal, avec la participation d’experts et de spécialistes nationaux et internationaux. Initiée par le forum Béni Amir avec le soutien de la région et de la Wilaya de Tadla Azilal, cette rencontre de deux jours a traité de trois problématiques, à savoir l’impact des changements climatiques sur les zones montagneuses, l’impact des changements climatiques sur la plaine et les politiques d’adaptation face aux changements climatiques. Mais avant d’en arriver là, il est quand même important de constater que le Maroc ne fait certes pas partie du «club» des grands pollueurs, mais qu'il est, à l'instar du reste de la planète, impacté par le changement climatique. En effet, des études scientifiques crédibles montrent que la température globale de la terre ne cesse d'augmenter depuis le début du siècle dernier.

Le XXème siècle fut ainsi le siècle le plus chaud des 1000 dernières années, et la décennie la plus chaude fut celle des années 1990 ! D'ici la fin du siècle présent, il est prévu que la température moyenne au sol augmente de 1,5°C à 6°C globalement. Le niveau des mers devrait, quant à lui, s'élever de 15 à 95 centimètres. Cette hausse actuelle de la température du globe, dont les causes sont majoritairement anthropiques, a des conséquences néfastes. Parmi celles-ci, on peut citer les changements au niveau des circulations océanique et atmosphérique, ce qui perturbera les précipitations, augmentera la sécheresse et exacerbera la désertification. Face à une telle situation, le Maroc, avec ses 3500 km de côtes, de par sa position géographique particulière et diversifiée (le Littoral Atlantique à l'ouest, la Méditerranée au Nord, les montagnes de l'Atlas au centre et le Sahara au sud), se trouverait pris entre « le marteau » de la sécheresse et « l'enclume » de la hausse du niveau moyen de la mer. Des études ont montré que l'impact du changement climatique au Maroc diffère par région et par produit, certaines cultures étant très sensibles au changement climatique. La région de Tadla-Azilal, de par sa géomorphologie hostile, est une des régions du Maroc les plus vulnérables aux changements climatiques.

Très engagée dans cette région, l'Association Forum Béni Amir tire la sonnette d’alarme sur l’importance et l’urgence de la création d’un observatoire national sur l’environnement et les changements climatiques au Maroc. En attendant, le Forum a convié des experts et des spécialistes nationaux et internationaux pour se pencher sur les impacts du climat dans cette région, qui se caractérise par l’interaction géomorphologique, économique et sociale de la montagne et de la plaine.

H.Z

 

 

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

changements

AFP

Agérie: changements

Agérie: changements

Ambroise DAGNON

Amical Afrique du sud-Espagne: la Fifa planche sur l’affaire des sept changements

Amical Afrique du sud-Espagne: la Fifa planche sur l’affaire des sept changements

Steven LAVON

Algérie-Burkina Faso: des changements chez les Fennecs, Bancé et Traoré sur le banc

Algérie-Burkina Faso: des changements chez les Fennecs, Bancé et Traoré sur le banc