mis à jour le

Missoum Sbih n’est plus ambassadeur à Paris : Un proche de Bouteflika écarté

En poste en France depuis 2005, ce fidèle parmi les fidèles du président de la République a été rappelé «définitivement» à Alger et devra être remplacé par Amar Bendjemaâ, jusqu'ici ambassadeur à Bruxelles.   L'ambassadeur d'Algérie à Paris, Missoum Sbih, en poste depuis novembre 2005, a été limogé, avons-nous appris hier de source diplomatique à Alger.  «C'est un rappel définitif», confie notre source, précisant que son collègue en poste à Bruxelles, Amar Bendjemaâ, est bien placé pour lui succéder en tant que représentant de l'Algérie dans la capitale française. Le rappel de Missoum Sbih aurait pu être banalement perçu pour un vieil homme âgé de 77 ans qui plus est n'a pas particulièrement brillé par son activisme à Paris qui est historiquement la tour de contrôle de la diplomatie algérienne. Mais sa proximité politique et presque filiale avec le président de la République fait de lui un symbole du règne de Bouteflika. Et, forcément, son limogeage s'apparente à un totem qui tombe tout aussi symboliquement en même temps que son mentor - Bouteflika en rééducation aux Invalides -, pratiquement au crépuscule de son pouvoir. Il est en effet difficile de ne pas y voir une relation de cause à effet entre la maladie invalidante du président Bouteflika et le renvoi de son ami, Missoum Sbih. Le fait est que ce vieux routier de l'administration et de la diplomatie algériennes fut remis en selle par Bouteflika qui l'a nommé conseiller auprès de la présidence en 2000. Il lui confie aussi la très sensible mission de réformer les structures de l'Etat au terme de laquelle il a élaboré avec une brochette d'experts un rapport exhaustif. Bouteflika a rangé dans le tiroir le document, mais pas son ami à qui il offrit en guise de cadeau le poste diplomatique le plus couru à Alger : l'ambassade d'Algérie à Paris. A la rue d'Argentine, Missoum Sbih n'a pas bougé depuis son installation en novembre 2005. Il aura survécu à tous les mouvements diplomatiques qui interviennent au moins chaque quatre ans. Malgré son palmarès plutôt famélique pour un poste aussi sensible dans un pays où vivent quatre millions d'Algériens, Missoum Sbih est resté scotché à sa place contre vents et marées. Pour de nombreux observateurs, son maintien à Paris n'est pas dicté par des impératifs diplomatiques en ce sens que Sbih n'a pas vraiment fait sensation en l'occurrence. Il n'y qu'à se rappeler le tristement célèbre traitement subi par son collègue Rachid Hasseni (actuellement en poste en Colombie) qui a été coffré par la police française dans le cadre de l'enquête sur l'assassin du défunt Ali Mecili. Le désormais ex-ambassadeur d'Algérie en France avait aussi perdu la voix en pleine tempête contre l'Algérie lancée par certains milieux de droite ou de l'extrême droite françaises. Un symbole du règne de Bouteflika Le constat vaut aussi pour les milieux d'affaires qui pointent «l'immobilisme» de l'ambassadeur pour concrétiser des projets d'investissement en Algérie. D'aucuns au sein du landernau algérois pensent que Missoum Sbih était en préretraite (certes dorée) à Paris. Son profil allait comme un gant au président Bouteflika pour qui Paris vaut bien une exception compte tenu de la charge symbolique et du contentieux historique entre l'Algérie et la France. Fidèle parmi les fidèles du Président, Missoum Sbih se devait donc d'être digne de la mission qui lui a été assignée : rester calme. Il aura rempli son contrat jusqu'au bout des forces... du président Bouteflika. Pour diplomatique qu'il puisse paraître, son rappel n'en est pas moins un signe de fin de règne. Pour lui et très probablement pour celui qui l'a nommé. Il est significatif de noter que tout ambassadeur à Paris qu'il était, Missoum Sbih a été tenu loin du Val-de-Grâce puis des Invalides où se repose son ami Bouteflika. Même le Premier ministre Sellal et le chef d'état-major de l'armée Gaïd Salah n'ont pas jugé utile de l'associer ne serait-ce que comme figurant dans la mise en scène télévisée du chef de l'Etat. Politiquement, la fin de mission signifiée à M. Sbih signe peut-être le début d'un processus de démantèlement du «système» Bouteflika arc-bouté sur un réseau dense de responsables à tous les niveaux de l'Etat. Surtout que son remplaçant Amar Bendjemaâ présente un tout autre pedigree politique.               

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

ambassadeur

AFP

Burkina: Kaboré annule la nomination de l'ex-Premier ministre comme ambassadeur

Burkina: Kaboré annule la nomination de l'ex-Premier ministre comme ambassadeur

AFP

JO-2016

JO-2016

AFP

Raids égyptiens en Libye: le Qatar rappelle son ambassadeur en Egypte

Raids égyptiens en Libye: le Qatar rappelle son ambassadeur en Egypte

Paris

AFP

COP22: négociations sur l'application de l'accord de Paris

COP22: négociations sur l'application de l'accord de Paris

AFP

COP22: une nouvelle marche pour le climat à gravir à Marrakech

COP22: une nouvelle marche pour le climat à gravir à Marrakech

AFP

RD Congo: Kinshasa accuse Paris d'"encourager les extrémistes"

RD Congo: Kinshasa accuse Paris d'"encourager les extrémistes"

Bouteflika

AFP

Algérie: première sortie publique en un an du président Bouteflika

Algérie: première sortie publique en un an du président Bouteflika

AFP

Algérie: le chef de cabinet de Bouteflika élu

Algérie: le chef de cabinet de Bouteflika élu

AFP

Algérie: Bouteflika

Algérie: Bouteflika