mis à jour le

Campagne agricole 2013-2014 : LES REGIONS DU NORD AU CŒUR DU DISPOSITIF

Le département a envisagé des dispositions particulières pour permettre aux paysans du Septentrion d'aborder l'hivernage dans les conditions optimales de facteurs de production 

En raison de la situation politique et sécuritaire que vit notre pays, le département en charge de l'Agriculture a dérogé à la règle établie depuis quelques années qui veut que le lancement solennel de la campagne agricole soit donné dans une localité choisie au hasard.

Cette année, le ministre de l'Agriculture a innové. Il a choisi d'organiser un déjeuner de presse pour exposer le plan de campagne agricole avec ses objectifs de production. La rencontre s'est déroulée samedi dans la salle de conférence de la direction des finances et du matériel de son département. Baba Berthé a fait le point sur la subvention des intrants (engrais et semences) qui coûtera cette année 35 milliards Fcfa et réitéré les mises en garde contre la spéculation sur les engrais subventionnés. Il a évoqué les dispositions envisagées pour permettre aux paysans des régions nord du pays d'aborder l'hivernage dans des conditions optimales de facteurs de production, la poursuite des programmes d'intensification et de diversification agricoles, l'augmentation des rendements. Le ministre de l'Agriculture a aussi rappelé le programme d'aménagement et d'irrigation de proximité, le programme national de gestion de la fertilité des sols et de protection de l'environnement.

Pour la campagne agricole, les spéculations qui bénéficieront de la subvention des semences sont le riz, le blé, le coton, le maïs hybride, le mil, le sorgho et le niébé. Les objectifs de production sont établis à 7.590.690 tonnes de céréales contre une réalisation de 6.674.427 tonnes lors de la campagne 2012-2013, soit une augmentation de 14%. L'excédent céréalier prévisionnel est de 2.350.126 tonnes. Les prévisions de production de coton graine sont de l'ordre de 522.000 tonnes contre une réalisation de 449.661 tonnes lors de la campagne dernière.

La subvention sur les engrais est destinée prioritairement aux paysans et ne saurait souffrir d'aucune spéculation, a insisté le ministre Berthé. Il a également mis en garde les contrevenants, qu'ils soient agents ou opérateurs économiques, qui se rendront acteurs ou complices de ces malversations. Ils répondront de leurs actes. Baba Berthé a expliqué que le montant alloué à la subvention ne peut couvrir tous les besoins en intrants. Il a, de ce fait, convié les responsables chargés de la délivrance des cautions techniques à faire preuve de vigilance et à privilégier en premier lieu les paysans ruraux. Il les a incités à respecter les clauses du manuel de procédure relatif à la délivrance des cautions techniques.

Il a été demandé aux organisations paysannes de veiller en relation avec les services techniques sur la qualité des engrais déposés dans les villages avant toute utilisation dans les champs.

Pour les régions du nord et les déplacés de retour dans leurs foyers, le département a pris des dispositions particulières en relation avec des partenaires afin que les paysans ne manquent pas d'intrants pour démarrer et réussir la campagne agricole. D'ores et déjà, dans la région de Tombouctou qui fournit 10% de la production nationale de riz, des mesures sont envisagées pour racheter l'important stock de cette céréale encore en possession des paysans, a expliqué Daniel Siméon Kéléma, le directeur national de l'Agriculture. Environ 1,3 milliard Fcfa sont prévus pour acheter les intrants de même que d'autres partenaires comme la FAO, le Danemark, l'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), le CICR, la coopération allemande GIZ ont promis de fournir des semences et des engrais pour les paysans du nord.

 

LE PROBLEME DES SITES D'ORPAILLAGE. La base principale de lutte contre le criquet pèlerin située à Gao a été pillée par les bandits armés qui ont emporté tout le matériel (véhicules, carburant, équipements de prospection, équipements informatiques, locaux saccagés, etc.). Les dégâts sont évalués à plus d'un milliard Fcfa. La FAO, partenaire traditionnel du Centre national de lutte contre le criquet pèlerin (CNLCP), a apporté, il y a quelques mois, un appui en équipements de prospection et d'analyses des données.

Sur le problème des sites d'orpaillage traditionnel envahis par une foule de jeunes ruraux, le ministre Berthé a soutenu que leur fermeture s'impose en raison de l'hivernage et de l'environnement. Plusieurs départements étant impliqués dans cette question, le gouvernement ne tardera pas à prendre des mesures pour protéger l'environnement qui est dégradé et pour inciter la main d'½uvre locale à travailler dans les champs.

Le président de l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture du Mali, Bakary Togola, a salué les dispositions prises par les autorités pour faire déguerpir les bras valides des sites d'orpaillage. « Ils doivent retourner dans leurs villages pour aider leurs parents à cultiver. Car, la terre représente un trésor inestimable qui met à l'abri de la famine, le paysan et sa famille si les conditions optimales de culture sont remplies », rappelle Bakary Togola.

L'hivernage n'attend pas, il faut se lever à temps pour préparer les champs et cultiver, conseille le président de l'APCAM. Il a salué le gouvernement pour tous les efforts déployés afin de rendre l'hivernage moins difficile grâce à la subvention des intrants (engrais et semences). La balle est maintenant dans le camp des paysans, a-t-il jugé.

Enfin des dispositions sont envisagées pour réactiver, si le besoin se fait sentir, l'opération « pluies provoquées » des années précédentes. L'année dernière, par exemple, la pluviométrie a été exceptionnelle, ce qui n'a pas nécessité l'utilisation du dispositif.

Sur un tout autre plan, mais tout aussi en lien avec l'actualité du moment, le ministre Baba Berthé a demandé aux agents des services de son département ne pas utiliser les biens et services de l'Etat pour battre campagne pour un candidat à la prochaine présidentielle.

M. COULIBALY

 

 

 

 

 

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

campagne

AFP

Angola: début officiel de la campagne pour les élections d'août

Angola: début officiel de la campagne pour les élections d'août

AFP

Mauritanie: ouverture de la campagne pour le référendum constitutionnel

Mauritanie: ouverture de la campagne pour le référendum constitutionnel

AFP

Soudan du Sud: confusion dans un hôpital de campagne après des combats

Soudan du Sud: confusion dans un hôpital de campagne après des combats