mis à jour le

Sept partis se retirent du congrès national contre la violence et le terrorisme

Sept partis politiques tunisiens, entre autre, l’islamiste Ennahdha et son satellite, le Congrès pour la République ( CPR ) , se sont retirés aujourd'hui, de la séance inaugurale du congrès national contre la violence et le terrorisme qui se poursuivra sur deux journées à Tunis.

Les organisateurs de ce congrès national ont invité quelques 300 associations et pas moins de 47 partis politiques y compris ceux représentés à l’Assemblée constituante. Les assises de ce congrès devraient aboutir en principe, au lancement d’un Observatoire de lutte contre la violence et le terrorisme, avec la prérogative de se constituer partie civile, faire recours à la justice et ayant pour mission la documentation et la « cueillette » des dépassements et des violations enregistrés en la matière.

Les représentants d’Ennahdha n’ont pas apprécié, en particulier, des slogans accusant leur  chef , cheikh Rached Ghanouchi, d'être derrière l'assassinat de Chokri Belaïd. Rappelons que Chokri Belaïd était lui-même, à l’origine de l'idée d’un congrès contre le terrorisme et la violence, en Tunisie, avant d'être lâchement assassiné, le 6 février dernier, tout près de chez lui. Organisé sous l’égide de l’Union générale tunisienne du Travail (UGTT), la Ligue tunisienne des droits de l’ Homme, l’Ordre des avocats et l’ Institut arabe des droits de l’Homme, cette manifestation anti-violence a enregistré certaines scènes de violence physique et verbale, ciblant des présents pro-islamistes, ont constaté certains observateurs. Evidemment, on ne lutte pas contre la violence, en faisant usage de violence.

Activiste islamiste et président de l’Association pour la sensibilisation et de la réforme, Adel Almi a été qualifié de terroriste, par bon nombre de militants du Front populaire, la coalition des partis de gauche, qui ont refusé sa présence au congrès, en scandant des slogans hostiles aux dirigeants islamistes au pouvoir. Certains se sont mis à crier « Chokri Belaïd est martyr … qui a tué Belaïd ? ». Adel Almi ainsi que des membres de la fameuse Ligue de protection de la révolution ont été promptement dégagés du Palais des congrès.

Ces réactions hostiles à la présence de certains islamistes ont été regrettées par des dirigeants de la centrale syndicale (UGTT) dont son secrétaire général adjoint Samir Cheffi qui a affirmé, à la presse, être surpris par ces scènes de violence, tout en les qualifiant de « honteuses ». Oui, mais qu'est-ce qui a été prévu pour les prévenir ? Apparemment rien ! De l'amateurisme primaire, comme toujours.

Coordinateur général de ce congrès, Ghazi Ghraïri, a déclaré que cet événement « ambitionne de contribuer dans la conception d’une stratégie nationale anti-terrorisme et contre la violence (…) deux phénomène qui s’amplifient, de plus en plus ». D’après lui, « toutes les parties politiques et la société civile devraient signer une charte nationale en la matière ».

M. Ghraïri qui n’est autre que le secrétaire général de l’Académie internationale de droit constitutionnel, a confié que les congressistes proposeront à l’issue de cette manifestation de faire du 6 février de chaque année, une journée nationale contre la violence, avec à l’ordre du jour, des campagnes de sensibilisation ciblant les enfants, écoliers et collégiens. Joli programme, s'il n'est pas laissée entre les mains des amateurs.

Par Ridha Ben Kacem

partis

AFP

Mauritanie: 15 partis d'opposition forment une coalition électorale

Mauritanie: 15 partis d'opposition forment une coalition électorale

AFP

Présidentielle au Nigeria: une trentaine de partis d'opposition font alliance

Présidentielle au Nigeria: une trentaine de partis d'opposition font alliance

AFP

Présidentielle en Sierra Leone: deux nouveaux partis contestent leur élimination

Présidentielle en Sierra Leone: deux nouveaux partis contestent leur élimination

congrès

AFP

Burkina: congrès de l'ex-parti au pouvoir pour élire un nouveau chef

Burkina: congrès de l'ex-parti au pouvoir pour élire un nouveau chef

AFP

Au Cameroun, le congrès du SDF s'ouvre malgé les menaces des séparatistes anglophones

Au Cameroun, le congrès du SDF s'ouvre malgé les menaces des séparatistes anglophones

AFP

Gabon: la révision constitutionnelle adoptée au Congrès

Gabon: la révision constitutionnelle adoptée au Congrès

national

AFP

Un enfant dévoré par un léopard dans un parc national d'Ouganda

Un enfant dévoré par un léopard dans un parc national d'Ouganda

AFP

Ouganda: 11 lions retrouvés morts dans un parc national

Ouganda: 11 lions retrouvés morts dans un parc national

AFP

Algérie: deuil national de trois jours après la chute d'un avion militaire

Algérie: deuil national de trois jours après la chute d'un avion militaire